Saintes Maries de la mer

FÊTE : 22 Octobre

Les Saintes Maries de la mer – MARIE-JACOBE, MARIE-SALOME et SARA l’EGYPTIENNE,  se trouvent au sud d’Arles, sur le littoral de la Camargue, entre la Grande Motte et Port-de-Bouc. Saint Césaire d’Arles (+543) mentionne dans son testament ce lieu de culte. Au XVème siècle, on découvre leur tombe : fin 1448, on creuse le sol et l’on retrouve le corps des deux Maries sous le maître-autel. Cela, sous René d’Anjou, roi de Naples et comte de Provence, le bon roi René. C’est lui qui, ayant appris la chose au cours d’une retraite à la Sainte-Baume, demanda au pape Nicolas V la permission de faire des fouilles sous l’autel. Les fouilles confirmèrent la tradition. Deux corps disposés en forme de croix exhalaient le parfum des myrophores. Elles avaient été ensevelies sur le site même de leur habitation, non loin de la source. Près de ce groupe, on trouva le corps de sainte Sara. Les ossements des deux Maries furent mis dans deux châsses jumelles, dans la chapelle haute de l’église. On les descend, puis les élève trois fois par an : 24 mai, 22 octobre et 3 décembre. Le corps de sainte Sara se trouve dans la crypte : la sainte servante y est représentée avec un visage à la peau noire. Les reliques des trois saintes n’ont pas souffert pendant les troubles de la Révolution : seule une partie des ex-voto a été détruite par les modernes iconoclastes.

Kondakion t, 8

Que retentissent nos joyeux accents de fête * en votre honneur, Saintes de la Mer, * et que vos châsses, s’élevant jusqu’au ciel, * fassent monter nos esprits vers Dieu ; * vers vous nous levons les bras, * implorant votre secours : * du plus haut des cieux, * abaissez votre regard * sur la nation qui vous a choisies * pour la protéger du Mal * et lui enseigner le Bien ; * et ses fils pourront alors * vous glorifier, * ô saintes Maries, patronnes de la Mer.

Notre Dame de Kazan

FÊTE : 22 Octobre

Très-sainte souveraine, ô Mère de Dieu, reine des cieux et de la terre, plus élevée que les Anges et les Archanges, plus vénérable que toute la création, pure Vierge Marie, excellente auxiliatrice du monde, soutien de tout ton peuple, toi qui nous délivres de tout malheur dans ta compassion, notre Dame, abaisse à présent ton regard vers tes serviteurs qui te prient avec componction et le cœur contrit, avec larmes se jettent à tes pieds et se prosternent devant ton image vénérable et miraculeuse, réclamant ton aide et protection. Vierge pure et Mère de Dieu, toute compatissante et miséricordieuse, notre Dame, considère ton peuple, car nous les pécheurs, nous n’avons d’autre aide que toi et le Fils né de toi, le Christ notre Dieu_ Tu es notre secours et protection, le rempart des opprimés, l’allégresse des affligés, l’asile des orphelins, la sauvegarde des veuves, la gloire des vierges, la joie des éplorés, la consolation des malades, la guérison des infirmes, le salut des pécheurs. C’est pourquoi, divine Mère, vers toi nous nous réfugions et, levant les yeux vers ta sainte icône, où tu tiens en main comme un enfant le Dieu d’avant les siècles, notre Seigneur Jésus Christ, nous t’adressons notre humble cantique et disons : Mère de Dieu, aie pitié de nous et exauce notre demande, car tout est possible à ton intercession. À toi la gloire, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Secourable et compatissante Mère du Très-Haut, prie ton Fils, le Christ notre Dieu, et procure le salut à tous ceux qui accourent sous ta puissante protection ; Notre-Dame, royale souveraine, viens au secours de nous tous qui, dans les épreuves, les malheurs et les peines dont nous accablent nos péchés, nous tenons en ta présence et te prions, dans l’humilité de nos âmes la contrition de nos cœurs, devant ta vénérable Icône, les larmes aux yeux. À nous qui mettons notre espérance en toi sans retour accorde ce qui nous est profitable et sauve-nous, car tu es, Vierge Mère, la divine pro­tection de tes serviteurs.

Saint Gaudéric l’agriculteur

FÊTE : 16 Octobre

Né, vers 820, à Viéville, dans l’Aude, entre Fanjeaux et Mirepoix, devenu le village Saint Gaudéric en Languedoc. Il y vécut une vie modeste de laboureur, de parents arrivés du Nord. Après la messe quotidienne il mêlait, avec son travail dur de la terre l’exercice de la prière, aimant les pauvres qu’il aidait et vénérant le Mère de Dieu avec une grande tendresse . Il rendit son âme à Dieu le 16 octobre, aux dernières années du IXème siècle et fut inhumé près de l’église où se produisit de nombreux miracles puisque l’Église le canonisa vers 990 lors du Concile de Narbonne où s’étaient réunis les Évêques de la Province de la Gaule du Sud. Il est invoqué contre la pluie et protège des épidémies. Ses reliques sont vénérées à Saint Martin du Canigou depuis 1009 et en l’église Saint Maurice de Mirepoix. Une église abbatiale porte son nom dans le diocèse d’Albi dès le début du XIème siècle. Il est le Protecteur du Languedoc et du Roussillon catalan.

Tropaire t, 4

Des Humbles ayant partagé le genre de vie, laboureur en Languedoc, tu as trouvé dans la pratique des vertus la voie qui mène à la contemplation ; c’est pourquoi donnant l’exemple de la foi et montrant ton amour à la Mère de Dieu, illustre Gaudéric, intercède auprès du Christ notre Dieu, pour qu’il sauve nos âmes.

Bienheureuse Philippe de Chantemilan

Née à Changy, en Forez, elle était la fille de chambre de Anne de Norry, sœur de l’Archevêque jean de Norry de Vienne (1423-1438). Elle vaquait ordinairement aux jeûnes, veilles, dévotions et piété, assistant les pauvres de la cité. Elle opéra de grands miracles en vertu de la ferveur de sa foi de son vivant et après son trépas, témoins et notaires, confirmés par les Prélats qui permirent son culte. Elle alla à pieds nus, avec sa maîtresse, à Rome pour le jubilé de 1450 et mourut saintement le 15 octobre 1451, à 39 ans, à Vienne. En 1629, la peste fit de terribles ravages dans la région. On eut recours à l’intercession de la Bienheureuse et en reconnaissance de la fin du fléau et des guérisons, on éleva un autel près de la chapelle Notre-Dame. Le Pataphium donne le témoignage de la gratitude des Fidèles à cette occasion.

Tropaire t, 7

Pour avoir chéri la pauvreté du Christ, tu goûtes son immortelle table à présent : ayant combattu la folie du monde par ton gratuit dévouement envers tous, par l’humilité de la croix tu as reçu la force de Dieu. Toi qui as hérité le don des miracles pour secourir, intercède auprès du Christ notre Dieu afin qu’Il nous délivre de tout mal par la pénitence, bienheureuse Philippe.

Sainte Aurélie

FÊTE : 15 Octobre

Fille d’Hugues-Capet et sœur du pieux roi Robert, elle s’enfuit de la Cour lorsqu’elle appris qu’elle était promise en mariage à Elwien. Elle alla, déguisée, vers saint Wilfrand, évêque de Ratisbonne. Il l’a reconnue et admira sa vertu. La voyant disposée à passer le reste de ses jours dans la solitude, il lui fit bâtir un ermitage où elle resta enfermée 52 ans, ignorée des hommes mais chérie, honorée et visitée par son Époux céleste, de qui elle reçut la couronne d’une gloire immortelle, le 15 octobre 1027. On porta son corps dans l’Abbaye de Saint-Emmeran où son tombeau fut placé au-milieu du cloître, avec l’inscription “Sous ce marbre est le corps de la vierge Aurélie, que le Ciel favorisa ·de mille bienfaits ; elle goûte sans fin la véritable Vie pour l’éclat des faux biens que son cœur a su mépriser”. L’église Archange Michel-Ste Foy de Nérac (Lot et Garonne) possède Icône et Relique.

Tropaire

Sur ton visage nous voyons se refléter la beauté de l’Image à laquelle tu ressemblas : tu n’es pas morte, belle Aurélie de France, en quittant un terrestre fiancé, mais tu as vécu pour l’Époux de ton âme, Jésus, pour Celui qui est vraiment notre Vie ; avec Lui tu règnes, sainte royale ermite, pour toujours.

Saint Géraud d’Aurillac

FÊTE : 13 Octobre

Comte d’Aurillac, il mena une vie très vertueuse dans une époque et un milieu libertins. Il fonda une abbaye bénédictine sur ses terres et la dota généreusement. Il est patron de la Haute-Auvergne.

Tropaire t, 1

Fidèles du Cantal, du Rouergue et du Quercy, célébrons saint Géraud, le comte d’Aurillac, qui sut manier l’arc et les flèches, mais plus encore chanter les psaumes et méditer les Écritures sacrées, au lieu de considérer les paysans comme ses serviteurs, il se mit à leur service pour leur bonheur, imitant en cela le Maître de l’Univers, qui à ses disciples déclara : Je suis au-milieu de vous comme celui qui sert.

Sainte Bénédicte de Rome

FÊTE : 8 Octobre

Fille d’un sénateur romain, elle embrassa la Foi chrétienne, elle désira imiter l’illustre martyr Quentin et ses compagnons de Picardie. Avec d’autres jeunes filles elle traversa les Alpes et les Gaules lyonnaises pour le Verdandois. Elles se retirèrent à Origny-sur-Oise au diocèse de Soissons, où l’exemple de leurs vertus et les exhortations familières convertirent beaucoup de fidèles. Sur ordre de l’empereur Julien l’Apostat, Matrocle les fit décapiter le 8 octobre 362. De très nombreux miracles éclatèrent sur le lieu du Martyre et les précieuses reliques furent placées dans une chasse conservée, jusqu’à la révolution française, à l’antique Abbaye d’Origny qui abritait des Moniales bénédictines.

Tropaire t, 7

Pour la défense de la Vérité et la proclamation de la Foi en Christ, Sainte Bénédicte et ses compagnes, ayant déjà sanctifié par l’ascèse de leur vie le Verdandois, ont ajouté les roses de leur sang à leur blanche couronne de Lys ; nous souvenant de leur
martyre, nous les prions d’intercéder auprès du Sauveur notre Roi pour qu’il inspire des sentiments de justice à nos gouvernants et qu’il accorde à nos âmes la grâce du salut.

Mère de Dieu de Korsun

FÊTE : 8 Octobre

Selon la tradition, c’est un Serbe qui, au XVIème siècle, aurait apporté de Transylvanie l’icône de Kasperov. En février 1840 elle se “rénova” miraculeusement alors que Madame Kasperov, propriétaire du village de Novo-lvanovski, priait avec ferveur devant Elle. Au fil des ans cette icône s’était obscurcie : le temps avait presque effacé les traits des deux visages. Or, tout à coup, elle devint lumineuse et parue comme neuve. De nombreux miracles furent ensuite obtenus en priant devant Elle et acquit une grande renommée. Pendant la guerre de Crimée (1853+1856) une procession fut organisée avec l’icône miraculeuse, dans la cité d’Odessa assiégée par l’ennemi : le salut de la ville fut attribué à Notre-Dame de Kasperov. En souvenir de cette protection il fut décidé qu’elle serait “honorée solennellement” les 1er octobre et 29 juin de chaque année. Elle est appelée Vierge de Korsun, du nom de la région formant aujourd’hui la Crimée. Elle est fêtée le 8 octobre.

Kondakion t, 5

Telle un astre au cours divin est apparue * ton icône sainte, Mère  toute-bénie, * montrant aux fidèles le chemin du salut. * Aux jours de malheur, elle entraîna dans la foi * princes et soldats, pontifes, moines et laïcs, * et comme David le fit de Goliath * ils triomphèrent des fils d’Agar qui les assaillaient * et par leur vraie foi transformèrent le pays de leurs ancêtres en un jardin de Dieu, * où d’âge en âge retentit le chant de l’Alleluia.

Sainte Foy d’Agen

FÊTE : 6 Octobre

Jeune vierge d’Agen, en France méridionale, elle fut brûlée vive sous Maximien Hercule. On ne parla guère d’elle jusqu’au IXème siècle, où un moine de Conques (Aveyron) vint voler ses os à Sainte-Foy d’Agen et les reporta dans son abbaye. Celle-ci, qui dépérissait faute de reliques, connut désormais une grande prospérité. Conques se trouvant sur la route de Compostelle, les pèlerins de Saint Jacques en Galice s’y arrêtaient pour prier devant la belle statue d’or qui renfermait le crâne de la martyre. Sainte Foy fut dès lors très vénérée en France, au Portugal et en Espagne. Les conquistadors de la péninsule répandirent son culte en Amérique ; c’est ce qui explique qu’il y a tant de Santa Fé aux États-Unis, au Mexique, au Brésil, en Argentine, au Chili et en Colombie, dont la capitale s’appelle en réalité Santa Fé de Bogota. Une partie de ses reliques a été transférée à Glastonbury, en Angleterre, ce qui explique sa présence sur le calendrier anglais et la dédicace de plusieurs églises dans l’île.

Tropaire t, 1

Agen célèbre son enfant, * devenue grande Gloire par sa Foi ; * ses reliques l’ont fait rayonner * dans toute l’Aquitaine et au-delà ; * Par le chemin du saint apôtre Jacques, son renom * a gagné l’Ibérie et les Indes d’Occident, * car elle sauve les faibles, protège les petits * et délivre de leurs chaînes les prisonniers. * Gloire à celui qui lui a donné ce pouvoir, * Gloire à celui qui l’a couronnée, * Gloire à celui qui accorde à tous, par ses prières, le Salut.

Saint François d’Assise

FÊTE : 4 Octobre

Né à Assise en 1181 , il connut une jeunesse pleine de plaisirs. Une série d’évènements providentiels le menèrent à la fondation de l’Ordre des Frères Mineurs en 1209. Sa spiritualité se distingue par une adoration aimante et joyeuse du Christ et par une pauvreté aussi bien individuelle que collective. En 1219, il s’embarque pour la Palestine, où il essaya en vain de convertir les musulmans. De retour en Italie, il envoya ses frères dans tous les pays d’Europe occidentale, avec l’instruction de se fixer de préférence dans les sites universitaires. Il rendit son esprit à Dieu le 4 octobre 1226. L’Icône ancienne, peinte sur cuivre, et conservée au Monastère des Sts Clair et Maurin, à Lectoure, le représente dans l’habit brun de son Ordre. L’archimandrite Denis, abbé émérite de St Gény à Lectoure, a composé tout l’office selon le mode byzantin. St François n’est-il pas synonyme d’amour et de pauvreté. Sa fraîche et candide spiritualité n’est pas sans rapports avec celle des mystiques d’Orient. Son goût pour la folie en Christ, son dénuement d’ascète font de lui un trait d’union avec l’éthique orthodoxe. Ne voit~on pas en Crête des fresques du Poverello !

 

Tropaire t, 2

Le Christ a fait de toi l’instrument de sa Paix ; en tout lieu où régnait la haine, l’inimitié, tu semas et fis croître l’amour, la charité : là où sévissait le doute, le désespoir, tu apportas l’espérance et la foi ; aux malheureux que les ténèbres et l’angoisse étreignaient, tu fis connaître, vénérable François, la Divine consolation, la lumière et la joie.