Saint Justin le Philosophe

FÊTE : 1er Juin

v. 100-165. Né à Naplouse en Palestine, de parents païens, il se convertit vers l’âge de trente ans au christianisme, sous l’effet de la lecture des Écritures et du témoignage héroïque des martyrs. Ses ouvrages, Apologie de la religion chrétienne et Dialogues avec le juif Tryphon, figurent parmi les documents les plus instructifs qui nous restent du deuxième siècle. Justin fut décapité à Rome, avec d’autres chrétiens. La description de son supplice subsiste toujours.

Kondakion 

Le héraut véritable de la piété, * l’orateur illustre des mystères divins, * Justin le philosophe, acclamons-le * avec des éloges, car il a, * par la force de la sagesse et de la grâce, rendu plus clair * l’exposé de notre Foi ; * et pour tous il implore la divine rémission.

Sainte Jehanne d’Arc

FÊTE : 29 Mai

Sainte vierge martyre  (1412-1431),dite La pucelle d’Orléans, elle naquit à Domrémy en Lorraine, comme fille de paysans. À l’âge de dix-sept ans, pendant qu’elle gardait les brebis de son père, elle entendit des voix surnaturelles qui l’engagèrent à prendre les armes et à conduire les Français au combat contre les envahisseurs Anglais. Ayant obtenu de Charles VII le commandement d’une armée, Jeanne, par ses succès militaires expéditifs, conduisit le roi à Reims, où il fut couronné. Comme elle l’avait prédit, elle-même fut cependant capturée par les Bourguignons et livrée aux Anglais. Elle fut jugée par un tribunal ecclésiastique, sous la présidence de l’évêque de Beauvais, et condamnée à la mort au bûcher comme hérétique. Elle fut exécutée à Rouen, le 30 mai 1431.

Kondakion t, 8

Chantons la bonne lorraine par qui Dieu fut premier servi, * Jeanne la Pucelle, qui lui fit don de sa jeune vie ; * humble et courageuse, elle s’empressa d’obéir * aux voix que le Roi céleste lui fit entendre par ses anges et par ses saints ; * miraculeusement elle fit lever le siège d’Orléans * et conduisit à Reims pour le sacre son gentil dauphin; * c’est pourquoi nous lui disons ; Stratège digne de toute admiration, * réjouis-toi, dont l’étendard fut aux armes du Roi du ciel.

Saint Guilhèm de Gellone

FËTE : 28 Mai

Duc d’Aquitaine et membre de l’entourage de Charlemagne, il se montra un excellent chevalier chrétien pendant la campagne contre les Sarrasins dans le Midi de la France. Peu après, il construisit un monastère à Gellone, dans le diocèse de Lodève, non loin d’Aniane, où il demanda des moines pour peupler sa fondation. Lui-même rejoignit son abbaye comme simple frère. Après sa mort survenue en 812, l’abbaye reçut le nom de Saint-Guilhèm-du-Désert.

Tropaire, t, 1

Dédaignant ta noble naissance et ta princière dignité * ainsi que les trophées de tes luttes contre les ennemis de la Foi, * comme un ange, au monastère de Gellone, tu vécus dans l’humilité, l’obéissance, la conversion de tes mœurs, * et pour les moines tu t’es montré un modèle de vertus, * c’est pourquoi, saint Guilhèm, nous te chantons : * Gloire à Celui qui a fait des merveilles grâce à toi, * gloire à Celui qui t’a donné ce pouvoir * et qui de nos fautes nous accorde, par toi, la rémission.

Saint Augustin de Cantorbéry

FÊTE : 27 Mai

Saint évêque + 604. Il partage avec saint Grégoire le Grand le titre d’apôtre des Anglais. Il était prieur du monastère bénédictin de Saint-André à Rome, lorsque le pape Grégoire l’envoya avec quarante compagnons pour évangéliser l’Angleterre. En 597, les missionnaires mirent pied à terre à Ebbsfleet, près de Ramsgate. Augustin convertit bientôt le roi du Kent avec quelque milliers de ses sujets. En 597, il fut sacré évêque à Arles et établit le siège de Cantorbéry. Il eut moins de succès dans ses relations avec les missionnaires celtes. Il mourut peu après saint Grégoire le Grand.

Tropaire

Théophore Père Augustin, chef de file des ascètes, joyaux des moines saints, missionnaire infatigable, fierté de l’épiscopat en Grande-Bretagne, thaumaturge auxiliaire des malheureux, par tes peines devenu désormais ; prie le Dieu compatissant de nous accorder la paix et la grâce du salut.

Dimanche de l’Aveugle-né

SIXIÈME DIMANCHE DE PÂQUES

Dimanche de l’Aveugle-né

À LA LITURGIE

Lecture de l’Évangile selon saint Jean

(9, 1-38)

34

En ce temps-là, Jésus vit en passant un homme qui était aveugle de naissance. Ses disciples lui demandèrent : Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’aveugle il soit né ? Jésus répondit : Ni lui ni ses parents, mais c’est pour qu’en lui se manifestent les œuvres de Dieu. Tant qu’il fait jour, il me faut faire les oeuvres de celui qui m’a envoyé ; la nuit vient où nul ne peut travailler ; tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde ! Cela dit, il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive, en enduisit les yeux de l’aveugle et lui dit : Va te laver à la piscine de Siloé, c’est-à-dire à la piscine de l’Envoyé. L’aveugle s’en alla, se lava, et il revint, voyant clair. Les voisins et les gens habitués à le voir mendier auparavant dirent alors : N’est-ce pas celui qui se tenait toujours là à mendier ? Les uns disaient : C’est lui. Les autres disaient : Non, mais il lui ressemble. Mais lui, il affirmait : C’est bien moi ! Ils lui dirent alors : Comment donc tes yeux se sont-ils ouverts ? Il répondit : Celui qu’on appelle Jésus a fait de la boue, m’en a enduit les yeux et m’a dit : Va te laver à Siloé ! Alors je suis parti, je me suis lavé et j’ai vu clair. Ils lui dirent : Où est-il ? Il répondit : Je ne sais !

On amène aux Pharisiens l’ancien aveugle. Or c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux. Les Pharisiens lui demandèrent donc à leur tour comment il avait recouvré la vue. Il leur dit : Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé et je vois. Certains des Pharisiens disaient : Cet homme ne vient pas de Dieu, puisqu’il n’observe pas le sabbat ; d’autres répliquaient : Comment un pécheur pourrait-il faire des miracles pareils ? Ils étaient divisés. Alors ils s’adressèrent encore une fois à l’aveugle : Et toi, que dis-tu de lui, de ce qu’il t’a ouvert les yeux ? L’homme répondit : C’est un prophète !

Cependant les Juifs ne voulurent pas croire que cet homme eût été aveugle et qu’il eût recouvré la vue, avant d’avoir convoqué ses parents ; ils leur demandèrent : Cet homme est-il bien votre fils, dont vous dites qu’il est né aveugle ? Comment se fait-il qu’il voit maintenant ? Ses parents répondirent : Nous savons que c’est notre fils et qu’il est né aveugle ; mais comment il y voit maintenant et qui lui a ouvert les yeux, nous n’en savons rien ; interrogez-le: il est assez grand pour s’expliquer ! C’est par crainte des Juifs que ses parents parlèrent ainsi ; car les Juifs s’étaient déjà mis d’accord pour exclure de la synagogue quiconque reconnaîtrait Jésus pour le Christ. C’est pour cette raison que ses parents avaient dit : Il est assez grand, interrogez-le !

Les Juifs le convoquèrent donc une seconde fois et lui dirent : Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. Il répondit : Si c’est un pécheur, je ne sais ; ce que je sais, c’est que j’étais aveugle et qu’à présent j’y vois ! Ils lui dirent alors : Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? Il leur répondit : Je vous l’ai déjà dit, et vous ne m’avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous l’entendre une seconde fois ? Auriez-vous envie de devenir ses disciples, vous aussi ? Ils l’accablèrent d’injures, disant : Toi, tu es disciple de cet homme ; nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples. Moïse, nous savons que Dieu lui a parlé ; mais lui, nous ne savons pas d’où il est. L’homme leur répondit : C’est là justement la chose étonnante, que vous ne sachiez pas d’où il est, alors qu’il m’a ouvert les yeux. Nous savons bien que Dieu n’exauce pas les pécheurs, mais que, si un homme l’honore et accomplit sa volonté, celui-là, il l’exauce. Jamais on n’a ouï dire que quelqu’un ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance. Si cet homme-là ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire ! Ils lui répondirent : De naissance tu n’es que péché et tu nous fais la leçon ! Et ils le chassèrent au-dehors.

Jésus apprit qu’ils l’avaient chassé. Le rencontrant, il lui dit : Crois-tu au Fils de Dieu ? Il lui répondit : Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? Jésus lui dit : Tu le vois, c’est lui qui te parle. Alors il dit : Je crois, Seigneur, et il se prosterna devant lui.

Gravure sur granit du Tarn offert par Mr René MICHEL , marbrier à Castres

Kondakion, t. 4

Comme en l’Aveugle de naissance * les yeux de mon âme sont clos * et, Seigneur, dans la repentance * je viens à toi et je m’écrie : * pour ceux des ténèbres tu es la suprême clarté.

Saint Vincent de Lérins

FËTE : 24 Mai

+ v. 445 -Membre d’une illustre famille gauloise, il abandonna une carrière militaire pour prendre l’habit monastique à Lérins, où il fut ordonné prêtre. Il est surtout connu comme l’auteur du Commonitorium sur l’universalité des dogmes. Il considère l’Église comme seule interprète authentique des Saintes Écritures en tant que source de la doctrine orthodoxe.

Tropaire t,3 

Humble, ayant suivi pas à pas le Christ, * tu as proclamé comme vraie doctrine, saint Vincent de Lérins, *ce qui en tout lieu, en tout temps et par tous a été cru,* maxime d’or et pour l’Église sûreté de la foi ; * en elle nous gardant, procure à nos âmes le salut.

Mère de Dieu de Vladimir

FÊTE : 21 (8) Mai

La tradition attribue à Saint Luc l’icône de la Vierge dite de Vladimir, rapportée de Constantinople à Kiev, comme présent à la famille du Grand Prince. Vénérée au XIIIe siècle chez les Moniales de Vzshgorod, près de la capitale, portée en 1155 à la cathédrale de Vladimir construite à cette époque, puis en 1395 dans la cathédrale de la Dormition du Kremlin à Moscou.

Tropaire

En ce jour, lumineuse et belle, la cité accueille ton image miraculeuse comme l’aurore accueille le soleil, ô notre Souveraine·. Nous accourons vers toi, et nous t’invoquons en disant : Ô Reine merveilleuse, Mère de Dieu, demande au Christ, notre Dieu, qui s’est incarné dans ton sein, de garder cette cité, toutes les cités et tous les pays chrétiens, à l’abri des embûches ennemies, et de sauver nos âmes, par Jésus Miséricordieux.

Sainte Estelle

FÊTE : 21 (8) Mai

Saint Eutrope, (fête le 30 avril), compagnon de Saint Denys de Paris, premier évangélisateur de Saintes où il reçut le martyre, rencontra Sainte Estelle, jeune fille d’une rare beauté, et l’initia aux principaux mystères de la Foi. Baptisée, elle vivait en recluse lorsque son père la fit arrêter puis torturer. Elle rendit l’âme auprès de son protecteur où elle repose encore. Le dimanche 21 mai 1854, sept poètes devaient se rencontrer au castel de Font-Ségugne, dont Frédéric Mistral. Le félibrige était né avec comme combat la réhabilitation de la Langue d’Oc, sous la protection de Sainte Estelle, dont c’était la fête .

Noble vierge Estelle, tu es sortie victorieuse de ton martyre en Aquitaine. La gloire de ton renom se répand comme un parfum de spirituelle odeur, toi l’ardent défenseur de l’héritage de notre tradition , au mépris des païens et incultes. Dans les Sept parties de notre langue d’Oc, nous célébrons en ce jour ta mémoire pour transmettre la foi à notre Terre maternelle. Garde nous, honorable Estelle, de la mort et de la maladie. Par tes prières, fais de nous des fidèles à l’enseignement des Pères et la grâce de sauver nos âmes.

Saint Gens

FÊTE : 16 (3) Mai

Né à Monteux au XIIe siècle, tout enfant, il partage ses journées entre le chant des offices à l’église, le travail de la terre et la garde des troupeaux. Fol en Christ pour sauver sa virginité, il se retire, comme ermite dans le désert du Baucet où dans les gorges inhospitalières il se construit une cabane, revêtu de bure, ceint d ‘une ceinture et nus pieds, il travaille de ses mains, allant jusqu’à domestiquer un loup furieux pour l’aider dans son labeur : par ses prières il fait jaillir une source qui existe toujours et obtient de très nombreux miracles.

TROPAIRE :

EN ERMITE AYANT VÉCU AU DÉSERT DU BAUCET, TU EXCELLAS PAR TES MIRACLES, Ô NOTRE PÈRE SAINT GENS, TE NOURRISSANT DE PAIN ET D’HERBES, DANS LA COMPONCTION, TU AS DOMPTÉ L’ARROGANCE DE LA CHAIR : GLOIRE À CELUI QUI T’ACCORDE LE DON DES LARMES, GLOIRE À CELUI QUI T’A COURONNÉ, POUR FAIRE DE TOI NOTRE INTERCESSEUR DANS LE CIEL, L’AUSTÉRITÉ DE TA VIE.

Saint Germier de Toulouse

FÊTE : 16 (3) Mai

Natif d’Angoulême, il fit ses études à Toulouse, où il se fixa après la conquête de la ville par Clovis. Ordonné sous-diacre à Saintes, diacre à ]onsac et prêtre à Arsat, il fut élu évêque de Toulouse en 511 et le resta jusqu’à sa mort en 560. il construisit une église en l’honneur de St Saturnin à Ox ainsi qu’un monastère et une église dédiée à St Martin. Il mourut à Ox, hameau près de Muret. En souvenir de miracles accomplis par lui durant toute sa vie, on peut signaler une chapelle au cimetière de Frouzins, suite au prodige de «Monramet». Saint Rémi de Reims lui offrit une mitre, un anneau et des gants, et, après la mort de ce prélat, il fit construire un oratoire en son honneur, dans la rue qui porte le nom de Saint Remesy. Ces objets sont maintenant au trésor de Saint Sernin. Ses reliques sont vénérées en l ‘église Saint Jacques de Muret et en l’antique église de la Dalbade à Toulouse.

Tropaire, t.1

Disciple de Rémi qui baptisa la Fille Aînée de l’Église en Occident, Germier, tu as quitté l’Angoumois pour sanctifier comme évêque les Toulousains ; illustre prédicateur et thaumaturge, gloire de l’épiscopat, par tes prières ne cesse pas de guider nos âmes vers le salut.