Baptême de Gabriel

Ce dimanche 26 décembre 2021 le Père ANTOINE, assisté du Père Guilhèm, ont célébré, après la Divine Liturgie, le baptême, selon le rituel orthodoxe, par immersion, de GABRIEL , fils de Jean-Marc Deffès et de Magali Larrivière, son épouse. Il est le quatrième enfant, après Victoire Maxence et Alexis. Cette Famille très fidèle à notre Fraternité depuis des années avait regroupé pour l’occasion des membres des Familles du Gers, de l’Aveyron, du Cantal et de la Lozère. Il est agréable de voir des Fidèles qui ont conservé les traditions sur tous les plans. Que Dieu les bénisse et que Marie les protège de son saint Voile

Funérailles de René Gareau à l’église Saint Aventin de Tarbes

Né le 12 janvier 1934 au Mans (Sarthe), né au Ciel le 17 décembre 2021 à Pau (Pyrénées Atlantiques)

TROPAIRES

Abîme de sagesse qui aimes les hommes et diriges toutes choses en vue du salut, unique Créateur dont chacun reçoit ce qui lui convient, accorde le repos, Seigneur, à l’âme de ton Serviteur car son espoir repose en toi, notre Auteur, notre Créateur et notre Dieu.

Avec les esprits des justes parvenus à leur ultime perfection, Dieu Sauveur, fait reposer l’âme de ton serviteur René, la Menant vers la bienheureuse vie près de toi, l’Ami des hommes.

En ta béatitude, Seigneur, là où tous les Saints jouissent du Repos, fait reposer l’âme de ton serviteur, Car toi seul es immortel.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.

Tu es, Seigneur, le Dieu qui aux enfers est descendu et qui a fait passer la tristesse des captifs ; toi-même, Sauveur, accorde également à l’âme de ton serviteur RENE le repos.

Maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Amen

Ô seule toute pure et seule Vierge immaculée qui sans semence mis au monde notre Dieu, intercède auprès de lui pour qu’il sauve l’âme de ton serviteur.

Cher Papa,

Comment résumer en quelques lignes une vie passée avec toi ?

Tu étais un père de famille sur qui on pouvait compter et, avec Maman, vous nous avez offert l’amour et la sécurité qui nous ont permis de nous construire.

Tu avais des valeurs, auxquelles tu n’as jamais renoncé, malgré les difficultés rencontrées ; par ton sérieux et la force de ton travail, tu t’es construit une carrière professionnelle plus que méritante : tu avais à coeur que ta famille soit heureuse, qu’elle ne manque de rien et tu as parfaitement réussi ! Tu étais également très fier de tes petits-enfants !

Tu aimais te cultiver dans bien des domaines car tu avais des centres d’intérêt variés et toujours l’envie d’apprendre de nouvelles choses malgré que tu aies quitté la scolarité très tôt: à l’âge de 15 ans, tu as commencé comme simple garde-barrière dans une petite gare de la campagne Sarthoise, mais avec Le courage et la volonté, tu as repris tes études tout en travaillant, tout au long de ta carrière, ce qui t’a permis d’accéder au niveau d’ingénieur à Elf Aquitaine !

Nos conversations étaient riches, animées, tu adorais partager et défendre tes idées !

Tu avais également un grand sens de l’humour et tu adorais ces moments de retrouvailles avec la famille ou les amis : tu étais alors le boute en train qui assurait l’ambiance pour que tout le monde passe un moment agréable ! Tu aimais faire des jeux de mots, blaguer et plaisanter avec tous ceux que tu rencontrais.

Avec Maman, vous avez été un couple uni, pendant plus de 60 ans, complémentaires dans bien des domaines et vous nous avez donné toute l’attention possible : les vacances en camping ou dans la Sarthe, les soirées ou après-midis à faire des jeux de société, les cousins qui venaient passer des vacances à la maison, sont autant de souvenirs qu’on a plaisir à se rappeler et qui resteront à jamais dans nos coeurs.

Le moment que l’on redoutait tant est à présent arrivé et il va falloir trouver la force de continuer sans toi, sans ta présence, sans nos échanges, sans tes fou-rires…

Il nous faudra trouver cette force dans tout ce que tu nous as donné et dans tous ces souvenirs si précieux !

Merci pour tout Papa, on t’aime très fort !

MÉMOIRE ÉTERNELLE !

NAISSANCE AU CIEL DE NOTRE CHER MONSEIGNEUR LUKA (KOVAČEVIĆ)

ÉVÊQUE D’EUROPE OCCIDENTALE DE L’ÉGLISE ORTHODOXE SERBE

Né le 30 octobre 1950 à Piskavica près de Banja Luka (Bosnie), l’évêque Luka (Kovačević) a achevé en 1971 ses études au séminaire des Trois Saints Hiérarques au monastère de Krka (Dalmatie), avant d’obtenir en 1982 son diplôme de théologie à l’Institut Saint-Serge à Paris.

Il a reçu la tonsure monastique en 1976, date à laquelle il a été ordonné hiéromoine par l’évêque Nikolaj d’Australie-Nouvelle Zélande. Entre 1982 et 1992, il a fait partie de la communauté du monastère Saint-Sava à Elaine (Australie). Lors de sa session de mai 1992, l’assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe a nommé l’archimandrite Luka, évêque d’Australie-Nouvelle Zélande. Après avoir été désigné en 1997 administrateur du diocèse d’Europe occidentale, l’évêque Luka a été nommé en mai 1999 par l’assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe à la tête de ce même diocèse, qu’il a dirigé jusqu’au 17 décembre 2021, où il s’est endormi dans le Seigneur.

Continuer la lecture de NAISSANCE AU CIEL DE NOTRE CHER MONSEIGNEUR LUKA (KOVAČEVIĆ)

Baptême de Sophie en l’église Saint Denis à Dénat

Baptême de Sophie, en russe Niéva, le dimanche 17 octobre 2021, fête des Saints Stéphane et Hélène Chtianovitch, en l’église Saint Denis de Dénat (Tarn) née le 30 mars 2021 à Albi, fille de Jean Charles PERNÈS et de Alona YURCHENKO.

Dans l’Église orthodoxe, le mystère (ou sacrement) du baptême est nouvelle naissance, la participation à la mort et à la résurrection du Christ. C’est pourquoi il est nécessaire à la participation du renouvellement de l’homme dans le Christ.

Ce renouvellement, c’est la mort du « vieil homme », du vieil Adam, de l’homme de la Chute, pour « revêtir le Christ », présenté par saint Paul comme le nouvel Adam. Le baptême est donc véritablement une renaissance. L’Église étant comprise comme le corps mystique du Christ, le baptême est identiquement l’entrée dans l’Église et la participation à la vie du Christ.

Le baptême dans l’Église orthodoxe n’est pas compris comme un rite de passage seulement symbolique, mais comme étant participation réelle, mystique à la mort et à la Résurrection du Christ. Son efficacité n’est donc pas seulement considérée comme psychique, mais surnaturelle.

Il consiste en une triple immersion faite au nom « du Père du Fils et du Saint Esprit » dans une eau sanctifiée.

Cérémonie du baptême dans l’Église orthodoxe
La cérémonie du baptême dans l’Église orthodoxe est parfaitement semblable à celle décrite par saint Basile de Césarée au IVe siècle, dans son Traité du Saint Esprit.

1. Les trois exorcismes
Le Baptême commence par des exorcismes parce qu’il est d’abord libération. Saint Jean Chrysostome le comparait symboliquement à la sortie d’Égypte du peuple Hébreu.

L’exorcisme sous-entend que l’homme est dans ce monde le plus souvent l’esclave inconscient de forces qui le dominent. C’est ainsi que l’ultime demande du Notre Père est d’être délivré du malin.

Le baptême marque ce passage de l’état d’esclave à celui d’homme libéré.

Le prêtre ordonne à « l’esprit de mensonge, l’esprit d’erreur, l’esprit de cupidité et de toute impureté » de quitter celui qui va être baptisé.

Il est délivrance de la « tyrannie » du démon, selon le texte même de l’exorcisme :

« Le Seigneur t’exorcise, Satan, car il est venu dans ce monde et fixa sa demeure parmi les hommes pour abolir ta tyrannie et délivrer le genre humain ; sur la croix il triompha des puissances ennemies, quand le soleil s’est obscurci, que la terre a chancelé, que les tombeaux se sont ouverts et que de nombreux saints ressuscitèrent en leur corps ; par sa mort il a détruit la mort, c’est-à-dire toi-même, le Diable. »

C’est le diable que le Christ a vaincu par sa Victoire sur la mort, par sa Résurrection. Le Baptême est nécessaire à notre victoire sur les séductions mondaines, le péché et la mort.

Trois exorcismes s’adressent à Satan, en lui ordonnant de se retirer, après lesquels le prêtre souffle trois fois sur candidat au baptême et fait le signe de la Croix sur son front, sa bouche, sa poitrine.

2. La conversion

C’est alors que le choix libre, la conversion est possible.

Le prêtre demande alors au candidat au baptême de se tourner vers l’occident, lieu où meurt le soleil, et l’invite à renoncer à Satan.

Après avoir affirmé trois fois avoir renoncé à Satan, le catéchumène tourné jusqu’alors vers l’Ouest (où meurt le soleil), se retourne (ce qui est le sens originel du mot conversion) vers l’Est, lieu de la naissance du soleil et direction dans laquelle sont bâties toutes les églises. C’est véritablement pour le futur baptisé un changement de cap.

C’est alors que le prêtre lui demande trois fois s’il se joint au Christ.

Après quoi, le prêtre lui demande s’il croit en Dieu. Le candidat au baptême récite à ce moment le Credo.

3. La bénédiction des eaux

C’est à ce moment que commence réellement l’office du baptême.

La sanctification des eaux, comme toute sanctification, n’est pas une transformation de nature des eaux, mais bien plutôt la révélation de leur nature sacramentelle.

L’eau est à la fois ce qui est source de vie, et ce qui nettoie, purifie.

Le même poème de Saint Sophrone est récité pour la bénédiction des eaux du baptême et celui de la Théophanie le . C’est que par le baptême, nous devenons aussi Fils de Dieu. Par ailleurs, par son Baptême, le Christ immergé dans les eaux sanctifia ce monde.

4. La triple immersion “au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit”
Le candidat au baptême se dépouille alors de ses vêtements, symbolisant le vieux moi, le vieil homme qu’il quitte.

L’immersion totale est noyade du vieil homme, renouvellement dans les eaux transformées par l’Esprit en matrice de vie, participation à la mort et à la résurrection du Christ.

5. Le Baptisé revêt la tunique de clarté
Après l’immersion, le baptisé revêt des vêtements neufs, blancs, symbolisant ainsi son passage à un état nouveau, selon l’expression de saint Paul : « vous avez revêtu le Christ ».

« Accorde-moi la tunique de clarté, toi qui te drapes de lumière comme d’un manteau, trésor de tendresse, ô Christ notre Dieu. »

6. La chrismation
La chrismation consiste à oindre d’huile sainte une personne baptisée afin qu’elle reçoive le don du Saint Esprit. Alors que par l’immersion le baptisé meurt et ressuscite avec le Christ, celui qui est chrismé reçoit par ce mystère le don de l’Esprit Saint.

Ce don de l’Esprit Saint est celui qu’ont reçu les Apôtres le jour de la Pentecôte, scellant l’Église dans un même Esprit. En tant que tel, la chrismation est essentielle à l’appartenance du baptisé à l’Église comme participation et communion au l’Esprit de Dieu. C’est, en effet, par la Chrismation qu’une personne devient un membre du laos, le peuple de Dieu. L’évêque orthodoxe Kallistos (Ware) de Diokleia explique en ce sens :

« À travers la Chrismation, tout membre de l’Église devient un prophète, et reçoit une part de la royale prêtrise du Christ ; de même tous les chrétiens, parce qu’ils sont chrismés, sont appelés à agir comme témoins conscient de la Vérité. “Vous avez reçu l’onction (chrisma) de la part de Celui qui est Saint, et vous connaissez toutes choses” (I Jean 2:20). »

La chrismation dans l’Église orthodoxe suit immédiatement le baptême dont on considère qu’elle en est comme l’achèvement et fait partie intégrante de son office, c’est-à-dire de l’intégration du baptisé dans la vie du Christ et de son Corps mystique qu’est l’Église Orthodoxe.

La chrismation consiste à oindre le nouveau chrétien une huile sainte appelée Saint Chrême (en grec, myron) afin qu’il reçoive le don du Saint Esprit. Le Saint Chrême ou Myron est un “mélange de quarante huiles essentielles et d’huile d’olive” (Gialopsos, 35) consacré par l’évêque. Le chrétien est oint par un signe de croix avec cette huile successivement sur son front, ses yeux, ses narines, ses lèvres, ses oreilles, sa poitrine, ses mains et ses pieds. Chaque fois, le prêtre administrant le sacrement dit : « Le sceau du don de l’Esprit Saint ».