Les derniers articles

funérailles de Louisette Texier

MÉMOIRE ÉTERNELLE !

+ LOUISETTE Hovanessian épouse TEXIER née le 15.12.1913 à Geirie (Turquie) orthodoxe décédée à La Romieu (Gers) le 20.07.2021 à 108 ans. Sur sa demande Funérailles célébrées en la Basilique St Gény de Lectoure par l’Archimandrite ANTOINE, le Père GUILHÈM et le Père ALAIN, Recteur de la Paroisse Sts Martial et Eutrope de Bordeaux.

CLASSE DE MER 2021 SOLADARITÉ KOSOVO : UNE QUARANTAINE D’ENFANTS DES ENCLAVES EN VACANCES AU MONTÉNÉGRO

16 juillet, 2021 

Au début du mois d’août 2021, nous serons à Tivat (Monténégro) avec une quarantaine d’enfants des enclaves du Kosovo-Métochie pour notre neuvième classe de mer depuis le lancement de l’opération en 2012.

Continuer la lecture de CLASSE DE MER 2021 SOLADARITÉ KOSOVO : UNE QUARANTAINE D’ENFANTS DES ENCLAVES EN VACANCES AU MONTÉNÉGRO

NOUVELLE VAGUE D’ATTAQUES ANTISERBES AU KOSOVO : « QUE DOIT-IL ENCORE ARRIVER !?

Nikola Perić agressé au Kosovo

2 juillet, 2021 Par Solidarité-Kosovo

L’attaque le 1er juillet au soir d’un jeune garçon serbe par plusieurs individus qui lui ont arraché sa croix met en lumière l’augmentation des violences antiserbes depuis quelques semaines, et particulièrement au cours du mois de juin. Solidarité Kosovo dénonce ces violences et demande à la communauté internationale de s’engager enfin avec fermeté dans la protection de la minorité serbe du Kosovo-Métochie.
Le 1er juillet au soir, Nikola Perić, jeune garçon de 13 ans, a été battu par un groupe d’Albanais dans le village de Gojbulja, près de Mitrovica. Alors qu’il revenait du football, plusieurs jeunes hommes l’ont jeté au sol, l’ont battu et ont arraché la croix qu’il portait autour du cou. Il a été soigné à l’hôpital de Mitrovica.

Ces dernières semaines, les attaques, menaces et provocations antiserbes se sont multipliées partout au Kosovo-Métochie. Parmi les plus marquantes, l’arrestation le 28 juin de Risto Jovanović.

Risto Jovanović lors de son arrestation le 28 juin, juste devant Gazimestan.

Ce jeune homme est venu du Monténégro pour fêter Vidovdan à Gazimestan : ce monument élevé à la mémoire des soldats chrétiens de l’armée du Prince Lazar qui, le 28 juin 1389, se sont sacrifiés pour porter un coup d’arrêt à l’avancée de l’armée ottomane vers l’Europe. La veille, les autorités autoproclamées de Pristina avaient publié un communiqué annonçant qu’elles ne tolèreraient aucune « provocation » en cette fête de Vidovdan et qu’elles arrêteraient tous les fauteurs de trouble. Devant l’absence de troubles, et malgré les tentatives d’humiliations de nombreux jeunes hommes contraints de retirer leurs T-shirts portant un drapeau serbe ou n’importe quel signe religieux (croix, monastère, etc), la police présente sur place a entrepris de fouiller une religieuse orthodoxe. Risto Jovanović, passant devant cette scène choquante, a interpelé les policiers, signalant l’ignominie de ce qu’ils étaient en train de faire. À peine avait-il fini sa phrase que des agents en civil l’embarquaient sans ménagement dans un véhicule de police ; Pristina tenait son « fauteur de trouble »… Le 30 juin, après plus d’une journée de garde à vue, Risto Jovanović a été jugé en première instance et condamné à un mois de détention pour « provocation à la haine raciale ». Une décision injustifiable qui prouve une fois de plus qu’un Serbe n’est jamais en sécurité nulle part au Kosovo, et surtout pas dans un palais de « Justice ».

Autre affaire marquante, et tout aussi scandaleuse : Dragica Gašić est revenue vivre depuis début juin dans la ville de Djakovica, qu’elle a dû quitter pendant la guerre.

Dragica Gašić avec Petar Petković, directeur du Bureau pour le Kosovo-Métochie, au monastère de Gracanica.

La ville de Djakovica se trouve en Métochie, non loin du monastère de Decani. Avant le retour de Dragica Gašić, les seules Serbes qui y vivaient encore étaient trois religieuses qui vivent dans le monastère de la ville. Chaque année ou presque, des pèlerins qui veulent venir fêter Noël ou Pâques dans ce monastère sont refoulés par les Albanais.

Depuis son retour, Dragica Gašić vit un calvaire : menaces de mort, caillassages de son appartement, insultes dans la rue, etc. Il y a quelques jours, 11 associations de la ville de Djakovica ont publié une pétition exigeant des autorités qu’ils l’excluent purement et simplement…

Elle dit qu’elle savait que ça serait difficile de revenir vivre chez elle, seule Serbe dans une ville entièrement albanaise, mais qu’elle n’imaginait pas que ça serait aussi violent. « Je n’ai pourtant jamais fait de mal à personne, ni avant la guerre, ni pendant. Je veux juste vivre chez moi, en paix avec tout le monde », déclare-t-elle.

Les autorités ont laissé faire pendant un mois, avant de passer à leur tour à l’action : alors que le Bureau serbe pour le Kosovo-Métochie avait financé l’achat et l’installation d’une porte blindée pour le logement de Dragica Gašić, pour qu’elle soit au moins en sécurité chez elle, la municipalité de Djakovica a tout simplement interdit que cette porte soit installée…

En plus de ces trois affaires particulièrement choquantes, de nombreuses autres provocations ont été enregistrées récemment. Il y a quelques jours, un grand drapeau de l’Église orthodoxe serbe installé sur le monastère de Gracanica pour les célébrations entourant les 700 ans de sa fondation a été volé une nuit, puis une vidéo a circulé montrant ce drapeau piétiné et brûlé par des individus arborant le drapeau albanais ; une large affiche représentant ce même monastère de Gracanica a été taguée des mots « UCK » et « Albanie » ; des bus de pèlerins ont été stoppés à la limite administrative entre la Serbie centrale et le Kosovo, et refoulés ; un autre bus de pèlerins a dû faire demi-tour quelques kilomètres après ce même passage, refoulé par la police ; des graffitis ont été peints sur la porte de la basilique Saint-Sauveur à Pristina après qu’un office y a été célébré pour la première fois depuis la fin de la guerre ; un panneau indiquant le monastère de Draganac a été une nouvelle fois détruit ; etc.

Le panneau du monastère de Draganac a été une nouvelle fois détruit.

Suite à l’attaque contre Nikola Perić, le Bureau pour le Kosovo-Métochie demande dans un communiqué : « Que doit-il encore arriver avant que la communauté internationale prenne au sérieux les risques que courent quotidiennement les Serbes au Kosovo-Métochie ? Faut-il que d’autres enfants soient encore pris pour cible pour qu’on obtienne enfin une réaction, ou tout le monde va-t-il continuer à prétendre que rien de tout ça n’arrive ? »

Le communiqué précise également que cette attaque est survenue le jour où le Secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg était justement au Kosovo pour faire de la préservation de la paix et de la sécurité la mission principale de la Kfor…

Source

Pensées de Saint Silouane l’Athonite

Gloire au Seigneur qui nous a donné le repentir, par le repentir nous serons tous sauvés, sans exception.

Ne seront pas sauvés ceux qui ne veulent pas se repentir : c’est en cela que je vois leur désespoir, et je pleure beaucoup par compassion pour eux.

Mais si toute âme connaissait le Seigneur, savait combien il nous aime, alors personne ne désespérerait et même ne murmurerait jamais.

Toute âme qui a perdu la paix doit se repentir, et le Seigneur lui pardonnera ses péchés.

Alors la joie et la paix régneront de nouveau dans l’âme.

Nous n’avons pas besoin d’autres témoins, car le Saint-Esprit lui-même témoigne que les péchés sont pardonnés.

Voici un signe du pardon des péchés : si tu hais le péché, c’est que le Seigneur t’a pardonné tes péchés.

Qu’attendrions-nous encore ! Que quelqu’un du haut des Cieux nous chante un chant céleste !

Au Ciel tout vit par Saint-Esprit, et sur terre le Seigneur nous a donné le même Saint-Esprit.

Dans les églises, les services divins sont accomplis par le Très Saint-Esprit; dans les déserts, sur les montagnes, dans les cavernes et partout, les ascètes du Christ vivent par le Saint-Esprit; et si nous le gardons, nous serons libres de toutes ténèbres, et la vie éternelle sera dans nos âmes dés ici-bas.

Si tous les hommes se repentaient et gardaient les commandements divins, alors le Paradis serait sur terre, car le “Royaume Dieu est au-dedans de nous“.

Le Royaume de Dieu, c’est le Saint-Esprit, et le Saint-Esprit est le même au Ciel et sur la terre.

À celui qui se repent, le Seigneur donne le Paradis et le Royaume éternel, et il se donne lui-même.

Dans sa grande miséricorde, il ne se souviendra pas de nos péchés, comme il ne s’est pas souvenu de ceux du larron crucifié à côté de lui.

La Hongrie estime que les pays des Balkans ne pourront être admis dans l’UE sans l’adhésion préalable de la Serbie

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a rencontré le président serbe Aleksandar Vučić à Belgrade jeudi, a déclaré à Bruxelles qu’elle devait savoir qu’il n’y aura pas d’adhésion à l’Union européenne pour les pays des Balkans occidentaux sans l’État central de la région – la Serbie. Un tel message d’Orban doit être pris au sérieux étant donné que la Hongrie dispose d’un droit de veto au sein de l’UE et qu’elle en profitera certainement, d’autant plus que le premier ministre tente de positionner son pays comme un acteur clé de la région.

La position de la Hongrie au sein de l’UE se renforce en raison de sa politique indépendante, provoquant ainsi une immense frustration en Europe occidentale (chez les dirigeants plus que chez les peuples). La position de Budapest repose en partie sur la coopération avec les membres du groupe de Visegrad (V4), composé de quatre pays d’Europe centrale – Hongrie, Pologne, Slovaquie et République tchèque. Par le biais du V4, ces pays font progresser l’intégration de l’Europe centrale, notamment dans les domaines économique et énergétique. La Hongrie devient également un acteur régional plus actif dans les Balkans, notamment grâce à sa coopération avec la Serbie.

Les relations entre la Serbie et la Hongrie sont aujourd’hui au plus haut niveau possible, que ce soit sur le plan économique, politique ou culturel. Les deux pays sont reliés par un certain nombre de projets régionaux, dont le plus important est sans doute le gazoduc Turk Stream, qui n’a été réalisé que récemment. La Serbie étant devenue une plaque tournante énergétique pour les Balkans et l’Europe centrale, la Hongrie est devenue le partenaire le plus fiable de la Serbie dans la région.
De son côté, Vučić a déclaré à Orban : « Beaucoup disent qu’ils soutiennent le chemin de la Serbie vers l’UE, mais peu agissent avec courage et ouvertement, prêts à subir des critiques à cause de la Serbie, comme vous le faites. »

Il a également souligné que la Hongrie était autrefois le 13e partenaire commercial de la Serbie, mais qu’elle est aujourd’hui cinquième. Cette situation ne fera qu’augmenter, surtout lorsque la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Belgrade et Budapest sera terminée. La ligne ferroviaire à grande vitesse entre Belgrade et Novi Sad, deuxième ville de Serbie située entre Belgrade et la Hongrie, sera achevée d’ici la fin de l’année. La construction du tronçon entre Novi Sad et Subotica, ville frontalière de la Serbie avec la Hongrie, commencera en septembre.

Novi Sad et Subotica se trouvent toutes deux dans la région autonome de Vojvodina, au nord de la Serbie, qui compte une importante minorité hongroise d’environ 250 000 personnes, soit 13 % de la population de la région. La coopération que Belgrade entretient avec la minorité hongroise de Voïvodine contribue à la confiance entre la Serbie et la Hongrie, car les minorités vivent sans être persécutées ou harcelées par l’État, ce qu’Orban identifie.

Le plus grand impact de la visite d’Orban a été sa déclaration : « Je comprends la Serbie et je pense qu’elle doit être admise dans l’UE car c’est le pays central des Balkans occidentaux, sans l’adhésion duquel il n’y aura pas d’admission pour les autres. La Serbie est un pays clé ».

L’UE tente d’accélérer l’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du Nord au sein de son espace sans aucune considération pour la Serbie, pourtant la locomotive économique des Balkans occidentaux. La Grèce s’est longtemps opposée à l’adhésion de la Macédoine du Nord en raison du différend sur son nom, mais cette question ayant été en grande partie résolue à la suite de l’accord de Prespa de 2018, la voie semblait libre. Cependant, en novembre 2020, la Bulgarie a effectivement bloqué le début officiel des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE en raison des violations par Skopje du traité d’amitié de 2017 entre les deux pays, Sofia affirmant que son voisin occidental se livre à des discours de haine soutenus par l’État et à des revendications de minorités contre la Bulgarie. La Bulgarie a même aggravé la rupture des relations en affirmant qu’il n’existe pas de langue macédonienne, mais que la langue de la Macédoine du Nord est un dialecte bulgare, un sentiment apparemment partagé la semaine dernière par la vice-ministre portugaise des Affaires étrangères Ana Paula Zacarias, secrétaire d’État aux Affaires européennes.

La fonctionnaire portugaise, explique que « Les négociations entre la Macédoine du Nord et la Bulgarie sont difficiles… évidemment liées à la langue de la Macédoine du Nord, qui était auparavant le bulgare. »

Pour les Macédoniens du Nord et les Albanais, la déclaration d’Orban selon laquelle l’expansion de l’UE dans les Balkans occidentaux est impossible sans la Serbie sera un nouveau coup porté à leurs aspirations. Avec l’Albanie confrontée à la résistance de la Grèce en raison des persécutions contre la minorité nationale grecque dans le sud de l’Albanie, et la Macédoine du Nord confrontée à l’opposition de la Bulgarie, la Hongrie a ajouté une autre dimension aux espoirs d’expansion de l’UE dans les Balkans occidentaux.

De cette manière, non seulement Orban contribue à renforcer la position de la Serbie en Europe, en particulier dans ses relations avec Bruxelles, mais il positionne également la Hongrie comme l’État leader d’Europe centrale qui exerce une influence significative non seulement dans le V4, mais aussi dans les Balkans. Il est probable que cela provoquera de nouvelles tensions entre Budapest et Bruxelles, l’Europe occidentale étant de plus en plus frustrée de ne pas pouvoir étendre sa propre influence à cause d’un pays d’Europe centrale sur le papier moins puissant.

Paul Antonopoulos, analyste géopolitique indépendant (via Infobrics, traduit par Breizh-info)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021,

Source

Neuvaine à l’icône miraculeuse Notre Dame aux trois mains en l’église Sainte Foy de Nérac, ce dimanche 11 juillet 2021 pour la France

Ô toute Sainte Souveraine, Mère de Dieu, mon espérance, Toi qui défends les orphelins et les errants, qui protège ceux qui sont offensés, Toi qui sauves ceux qui sont en train de se perdre et qui apportes à tous les affligés la consolation, vois ma peine, vois mon affliction et mon chagrin. Aide-moi dans mon infirmité, fortifie-moi, moi qui souffre. Toi qui connais mes peines et chagrins, disperse-les, étends sur moi Ta main, car je n’ai qu’en Toi mon espérance. Tu es ma seule défense, Toi qui intercèdes auprès du Seigneur, car j’ai péché sans mesure contre toi et contre les gens. Ma Mère, sois ma consolatrice et mon aide, et sauve-moi, éloigne de moi l’affliction, le chagrin et la sécheresse spirituelle. Aide-moi, Toi la Mère de mon Sauveur.

Amen.

Aujourd’hui, peuple fidèle, nous triomphons spirituellement en glorifiant celle qui intercède avec ferveur pour les chrétiens, et accourant vers ta très sainte image, nous te supplions : Ô Toute Sainte Souveraine, Vierge Mère de Dieu riche en miséricorde, donne-nous une joie inattendue, à nous qui sommes chargés du lourd fardeau de nos péchés et de nos afflictions, et délivre-nous de tout mal. Prie ton Fils le Christ notre Dieu de sauver nos âmes.

Le Kosovo est serbe et Emmanuel Macron n’y changera rien

Mercredi dernier, Emmanuel Macron a reçu à l’Élysée le Premier ministre de l’État autoproclamé du Kosovo, Albin Kurti. Et Emmanuel Macron a déclaré que le Kosovo avait « vocation, le moment venu et lorsque les conditions seront pleinement remplies, à adhérer à l’Union européenne ». Ce rêve atlantiste révolte les Serbes et se heurte à de nombreux obstacles.

Continuer la lecture de Le Kosovo est serbe et Emmanuel Macron n’y changera rien

Visite de jeunes pèlerins de l’école privée Notre-Dame d’Aurenque

Père Rostislav Cheniloff

Chers frères, nous avons maintes fois parlé de l’importance de la fréquentation des offices de l’Église. Toutefois, les gens continuent de plus en plus de perdre le contact avec l’Église, de perdre le contact avec Dieu. Ils succombent de plus en plus aux tentations qui ont été semées dans le monde par Satan.
 
Ce n’est pas là un phénomène nouveau. Tout au long de l’existence de l’homme sur terre, les gens se sont éloignés de Dieu et de Ses commandements. Avant le déluge, les hommes s’éloignèrent tellement de Dieu que toute existence sur terre subit un changement draconien et une nouvelle vie commença. Pour reprendre les paroles de l’académicien russe Chipunov, ce fut la première correction cosmique. Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé dans le monde antédiluvien, cela nous a été caché, bien que des vestiges divers épars dans le monde nous permettent de supposer que l’humanité originelle nous dépassait à la fois dans le progrès technologique et dans l’évolution correspondante d’orgueil et d’auto-glorification. Cependant, le monde a été averti que la correction suivante sera faite par le feu.
Après le déluge, l’humanité vivait dans la crainte de Dieu, mais la corruption du monde antédiluvien a été transmise par l’homme dans la vie nouvelle (comme nous le voyons dans l’histoire du troisième fils de Noé Le Juste, Cham), et le monde une fois de plus s’est trouvé dans une impasse. Cela a conduit à la venue du Sauveur sur la terre (la seconde correction cosmique ), car à cette époque il y avait encore assez de gens sur terre qui étaient fidèles à Dieu, pour sauver le monde de la perdition.
 
Deux mille ans ont passé depuis… et où nous trouvons-nous actuellement? Au bord de la destruction globale! (Ce sera la troisième et dernière correction cosmique). Et que faisons-nous, chrétiens orthodoxes, pour prévenir ou ralentir cette destruction? Il semble que nous faisons très peu de choses. Nous nous écartons de plus en plus de Dieu, il devient de plus en plus difficile pour nous de prier. Les peuples orthodoxes succombent constamment aux tentations de Satan, à ses ruses diaboliques. Ces tentations nous sont offertes de tous côtés: télévision, jeux vidéo, événements sportifs, films, danses modernes…
Et que retirons-nous de ces tentations? Peut-être que quelqu’un dira: le plaisir, le divertissement, l’activité, un lieu pour épuiser notre énergie. Mais nous devons examiner attentivement ce qui se cache réellement derrière ces activités. Par la télévision et les films nous sommes soumis à toutes sortes de péchés. Il y a la dépravation, l’adultère, le langage grossier, la violence, les abus. Nos esprits sont bombardés de toutes sortes d’immondices. Y a-t-il même un seul lieu où nous est rappelé le salut de nos âmes, la prière, les sacrements de la confession et la Communion? Bien sûr il y a des prédicateurs de télévision, mais ils sont tous de faux prédicateurs. Beaucoup d’entre eux sont impliqués dans un péché mortel eux-mêmes. Ces prédicateurs TV encouragent l’oisiveté chez les gens, et de ce fait, les éloignent de l’Église.
 
Les activités sportives serait belles en soi, dans la mesure où elles favorisent la forme physique. Mais hélas, dans la vie d’aujourd’hui, le sport est devenu une des premières manières d’éloigner l’homme de Dieu. La majorité des jeux de ballon ont lieu à un moment où nous devrions être à l’église. Et donc il faut choisir: allons-nous aller à l’Église ou allons-nous assister à des événements sportifs? Malheureusement, la plupart des gens choisissent d’aller à un match ou vers d’autres divertissements. Là, ils se retrouvent courant, criant, jurant en proie à des passions jalouses… Mais il n’y a là rien de nouveau non plus. Déjà au quatrième siècle, saint Jean Chrysostome, dans une de ses homélies enflammées, tança ses paroissiens qui préféraient, au lieu de l’Église, se rendre à divers spectacles publics, où ils étaient immergés dans ces choses familières, passions jalouses, criant, jurant. Lors de ces événements sportifs, tout comme à la télévision, rien n’est dit sur la prière, les sacrements, ou le salut de son âme.
 
Et si nous devions choisir de venir à l’Église pour l’office du soir, qu’y trouverions-nous ? Tranquillité de l’âme, enseignement sur l’amour les uns pour les autres, compassion pour la douleur des autres, communion avec Dieu, avec la Mère de Dieu, avec les saints…
Certains objecteront: mais la télévision nous donne du plaisir, et le sport fournit divertissement et vivacité. C’est un mensonge! Quel plaisir peut-il y avoir dans la violence, dans les cris, dans les os brisés? Si quelqu’un dit que l’office du soir est ennuyeux, une telle personne n’a jamais assisté à l’office attentivement, n’y a jamais participé dans la prière. Comment pouvons-nous trouver la communion avec la Mère de Dieu, avec les saints, avec le Seigneur Lui-même – ennuyeux?! Les gens qui pensent vraiment ainsi, ne veulent très probablement pas aller au Ciel, parce que dans le paradis les anges, de concert avec les armées des saints, adorent et chantent de façon continue la gloire de Dieu.
 
Tous les parents sont préoccupés par le bien-être de leurs enfants. Les mères se soucient de leur santé, les pères se soucient de leur éducation, de leur croissance en êtres humains honnêtes, afin qu’ils soient en mesure de gagner leur vie. Mais que faisons-nous pour la santé, la prospérité et l’éducation de leurs âmes? Que faisons-nous pour veiller à ce qu’ils grandissent en citoyens du Royaume Céleste? Quand nous étions jeunes, on nous a enseigné les lois de l’arithmétique et de différentes disciplines. Maintenant, nous essayons d’enseigner à nos enfants les mêmes choses. Mais nous devons aussi leur enseigner ce qui est encore plus important: la loi de Dieu, la discipline de vie qui sont contenues dans les Béatitudes. Et pour que nos enfants s’habituent à Dieu et à l’Église, nous devrions nous-mêmes venir à l’église pour tous les offices, et enseigner nos enfants par notre propre exemple.
Chacun d’entre nous, chrétien orthodoxe, a été baptisé, soit durant l’enfance soit en venant à la vraie foi dans l’âge adulte. Au début du sacrement du Baptême, nous, ou nos parrains et marraines pour nous, ont demandé par trois fois: renonces-tu à Satan, et à tous ses anges, et à tous ses actes, et t’unis-tu au Christ? A ces questions nous avons eu à répondre par l’affirmative, sans quoi nous ne pourrions pas avoir été baptisés. Alors, où en sommes-nous, chers frères? Pourquoi nous détournons-nous du Christ, et pourquoi sommes-nous tombés sous l’influence de Satan et de ses anges, et de ses actes? Chers frères! Pendant qu’il n’est pas encore trop tard, alors que nous avons encore accès à l’Église et à ses offices divins, alors que nous n’avons pas encore perdu, par notre indifférence, le trésor que nous possédons, souvenons-nous des promesses faites à notre baptême, renonçons à toutes les tentations de Satan et, par la fréquentation de l’Église, soyons réunis avec le Christ! Amen!
 
Version française Claude Lopez-Ginisty  d’après