Les derniers articles

Saint Saturnin de Toulouse

FÊTE : 29 Novembre

(Saint Évêque martyr. +257) Missionnaire romain, il évangélisa la région de Pampelune en Navarre espagnole, puis la ville et les alentours de Toulouse. Livré au martyre sous Valérien, il fut attaché à un taureau sauvage qui le traina dans sa course.

Tropaire t, 1

Fidèles, honorons le protecteur de l’Occitanie, le saint martyr et grand hiérarque Saturnin ! Lui, qui délivra nos ancêtres du paganisme, qu’il protège en ce jour, ceux qui l’acclament ainsi : Gloire au Christ qui t’a glorifié ! Gloire à Celui qui t’accorda la couronne du martyre ! Gloire à Celui qui fit de toi une colonne de l’Orthodoxie.

Saint Laurent de Rome

FÊTE : 29 Novembre

(Saint martyr. +258.) Laurent, diacre du pape saint Sixte II, fut mis à mort trois jours après le martyre de ce dernier et il fut brûlé à petit feu sur un gril. Laurent a toujours été vénéré, en Orient ainsi qu’en Occident, comme le plus célèbre des nombreux martyrs romains. Les écrits des saints Ambroise, Léon le Grand, Augustin et Prudence témoignent de ce culte. Son martyre a fortement dû impressionner les chrétiens romains. Prudence dit même que “sa mort signifiait la mort de l’idolâtrie à Rome”, qu’il perdit beaucoup de terrain à partir de ce moment ; il fut enterré à la voie Tiburline, sur le Campus Veranus, où se trouve sa basilique. Son nom est cité dans la première prière eucharistique. ll est représenté comme diacre, tenant un gril ou couché dessus.

Tropaire t, 3

Allumé par l’Esprit divin, * comme braise tu consumas les ronces de l’erreur, * archidiacre du Christ, victorieux martyr Laurent ; * et comme encens de spirituelle suavité * tu brûlas pour celui qui t’a glorifié, * atteignant par le feu ton ultime perfection ; * de tout dommage garde les fidèles vénérant ton souvenir.

Saint Maxime de Riez

FÊTE : 27 Novembre

Né en 388 à Château-Redon, entre Mézel et Digne. À 18 ans, il reçoit l’habit monastique de Saint Honorat, abbé de Lérins. ll fut le second abbé de cette Laure. Il pensait finir ses jours dans l’oubli du monde mais malgré sa résistance, il fut tiré de sa solitude. Saint Hilaire d’Arles le sacra premier évêque de Riez en 434. Missionnaire, il construisit plusieurs églises puis assista aux conciles de Riez, Vaison, Arles. Il rendit son âme à Dieu à 72 ans, en 460. La Basilique St Gény, conserve des reliques de cet apôtre, dont un fragment de sa crosse épiscopale.

Tropaire

Chantons le pontife du Christ qui a sanctifié la cité de Riez, Maxime, ce moine de Lérins que ses humbles vertus ont porté sur le trône élevé et, comme il le fut, si souvent, pour les peuples alpins, de son vivant, auprès des maîtres de l’empire chrétien, demandons-lui d’être envers nous auprès du Christ un chaleureux intercesseur.

Saint Siffrein de Vénasque

FÊTE : 27 Novembre

Né à Montauban, il fut formé à l’Abbaye de Lérins avant d’être installé, par Saint Césaire d’Arles, sur le siège de Vénasque-Carpentras. Après avoir gouverné son diocèse pendant 22 ans, il mourut vers 570. Ses reliques conservées dans la Cathédrale sont proches de celle, insigne, du Saint Mors. La tradition raconte que Sainte Hélène retrouva la Croix et les clous de la Passion. Avec un d’eux, elle fit forger un mors pour le cheval de Saint Constantin. Saint Ambroise en parle dans l’oraison funèbre de l’empereur Théodose. Cette relique fut très vénérée à Constantinople mais, dès le XIIème siècle, le saint Mors figure dans les armes des évêques de Carpentras.

Tropaire

Fidèles de Provence et du Comté, venez par des hymnes célébrer le saint Évêque thaumaturge de Cavaillon, en cette cathédrale qui conserve le saint Mors, clou vénérable de la Passion du Christ, toi, le pasteur qui a su tenir bien haut le flambeau de la Foi, dans laquelle, nous te prions, Siffrein, d’affermir ceux qui reconnaissent ta sainte protection.

Arnaud Gouillon a été nommé Secrétaire d’État en charge de la Diaspora

Belgrade, le 26 novembre 2020

Le gouvernement réuni en Conseil des ministres vient de nommer Arnaud Gouillon au poste de Directeur du Département pour la coopération avec la Diaspora et les Serbes de la Région auprès du ministre serbe des affaires étrangères. Dans l’ordre protocolaire français, il est l’équivalent du Secrétaire d’État.

Ses missions se déclinent en deux volets majeurs. Le premier concerne la préservation de l’identité culturelle, spirituelle et nationale des communautés serbes de la diaspora et de la Région. Second périmètre clé qui lui ai dévolu, le développement des liens économiques entre la diaspora et la Serbie.

Convaincu de la puissance, du potentiel et de la contribution précieuse que la diaspora peut apporter aux efforts de développement de la Serbie, Arnaud Gouillon assumera avec honneur, responsabilités et gravité son portefeuille.

Fermement engagé dans l’aide en faveur des Serbes du Kosovo, il continuera d’assurer la Présidence de Solidarité Kosovo qu’il a fondée il y a seize ans. Ses fonctions seront exercées à titre bénévole.

L’équipe de Solidarité Kosovo salue avec force la nomination de son Président aux plus hautes marches de l’État. Elle exprime sa grande fierté de voir le travail herculéen accompli depuis près de deux décennies en faveur de la minorité serbe reconnu. Cette nomination ravira tous les acteurs de l’association humanitaire dont l’œuvre a également été reconnue par l’intermédiaire de son jeune Président. Solidarité Kosovo renouvelle ses félicitations et adresse à son Président tous ses meilleurs vœux de réussite.

De Grenoble à Belgrade en passant par le Kosovo : un parcours hors-norme

Né à Grenoble, Arnaud Gouillon est ingénieur en prévention des risques et humanitaire. Il est le président de Solidarité Kosovo, la plus importante ONG d’aide aux Serbes du Kosovo qu’il a fondée en 2004. Ces éléments de sa biographie sont bien connus en Serbie, au point que ses actions dans le cadre humanitaire font de lui l’un des hommes les plus cités au palmarès des personnalités préférées, juste après Novak Djokovic et le réalisateur Emir Kusturica.

En plus des actions philanthropiques qu’ils mènent depuis seize ans, ce qui façonne le profil singulier d’Arnaud Gouillon se sont ses valeurs et son esprit libre. Et pour parfaire son portrait, son élocution parfaite et sa maîtrise grammairienne de la langue serbe sont un atout charme incontestable ravissant son auditoire à chaque intervention.

Arnaud Gouillon est l’auteur d’un roman paru chez l’éditeur serbe Agape, Svi moji putevi vode ka Srbiji (“Tous mes chemins mènent en Serbie”), classé parmi les meilleures ventes en Serbie dès sa sortie. En récompense de “son parcours humanitaire exceptionnel au service des Serbes du Kosovo-Métochie, à travers l’œuvre de Solidarité Kosovo”, il est fait citoyen serbe sur critère de mérite par le ministre de l’Intérieur avant d’être consacré chevalier de l’Ordre national du Mérite, l’équivalent la Légion d’honneur en France, par le Président de la République. Le ministre des Affaires étrangères le nomme chevalier de l’Ordre de Saint-Sava du pacifisme diplomatique serbe. Il est également récipiendaire de la plus haute distinction de l’Église orthodoxe serbe, la croix de l’ordre de Saint-Sava au premier degré, qui lui a été décernée par le patriarche serbe Irénée, qui s’est éteint il y a tout juste une semaine.

Arnaud Gouillon partage ces honneurs civils et institutionnels avec les donateurs et les soutiens indéfectibles de Solidarité Kosovo.

Source

Saint Stylianos

FÊTE : 26 Novembre

La Paphlagonie était une province de l’Asie Mineure, en bordure de la mer Noire, là où la côte anatolienne s’élève le plus vers le nord. Les villes principales étaient Gangres et Sinope. La vie de saint Stylianos se situe entre le IVème et le VIème siècle. C’est pourquoi nous avons peu de détails sur son existence, à part la brève notice du Synaxaire. “Choisi par Dieu dès le sein de sa mère, il se détacha, dans sa jeunesse, des plaisirs et des commodités de ce monde, distribua ses biens aux pauvres et embrassa la vie monastique. Il s’illustra avec vaillance dans les combats de l’ascèse et, au bout de quelques années de vie commune, il partit mener la vie solitaire dans une grotte. Il y recevait sa nourriture de la main d’un ange et devint bientôt un intercesseur efficace auprès de Dieu pour le soulagement des malades, en particulier pour la guérison des maladies infantiles et pour la délivrance des femmes restées stériles. C’est dans ces circonstances que la prière du Saint demeure toujours efficace pour ceux de notre temps qui l’invoquent avec foi.”

Tropaire t, 3

Bienheureux Stylianos, tu t’es montré * vivante colonne de la tempérance * et pour l’Église inébranlable pilier * dès la jeunesse consacré au Seigneur, * tu es devenu l’habitacle de l’Esprit saint ; * Père vénérable, prie le Christ notre Dieu * de nous accorder la grâce du salut.

Kondakion t, 4

Consacré dès le sein maternel, * Théophore Père, comme le prophète Samuel, * dans l’ascèse tu rendis gloire au Christ notre Dieu ; * c’est pourquoi tu es devenu un trésor de guérisons, * le saint protecteur des nouveaux-nés et des enfants, * car le Christ te glorifie brillamment, * lui que dès l’enfance tu as glorifié, Stylianos.

Entrée au temple de la Mère de Dieu

Première Fête Patronale de tous les Monastères orthodoxes, icône offerte en novembre 2010, par la Paroisse de l’Exaltation de la Croix, à Tbilissi (Géorgie) aux Pères de la Fraternité St Benoit de Lectoure

Par I’Ange dans le temple la Vierge est nourrie. Il reviendra bientôt pour la salutation. Lui portant l’allégresse de l’annonciation. Au temple, un Vingt et un, fait son entrée Marie.

Tropaire t, 4

Aujourd’hui c’est le prélude de la bienveillance de Dieu * et déjà s’annonce le salut du genre humain. * Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée * pour annoncer à tous les hommes la venue du Christ. * En son honneur, nous aussi à pleine voix * chantons-lui : Réjouis-toi, * ô Vierge, en qui se réalise le plan du Créateur.

Kondakion t, 4

Le très saint temple du Sauveur, * sa chambre nuptiale de grand prix, * la Vierge trésor sacré de la gloire de Dieu, * en ce jour est présentée au Temple du Seigneur ; * elle y apporte la grâce du Saint Esprit * et devant elle les Anges de Dieu * chantent : Voici le tabernacle des Cieux.

Fête de Saint Nectaire d’Égine, le Centenaire (1920-2020)

Première icône peinte et vénérée par la Fraternité Saint Benoît au sein de l’Église orthodoxe : Saint Nectaire d’Égine et relique offerte par les moniales

     Le dimanche 22 novembre nous fêtions, en la basilique St Gény de Lectoure, Saint Nectaire d’Égine, selon le calendrier orthodoxe suivi par la majorité des Églises canoniques (Russie, Serbie…) , seul, en particulier, le Patriarcat de Constantinople, qui utilise le nouveau calendrier le fête le 9 novembre.

     Nous vénérerons la Relique conservée en la basilique St Gény de Lectoure offerte par les Moniales d’Égine lors de nos fréquents pèlerinages près du Saint et baiserons son icône, la première peinte et mise à la vénération dans notre Fraternité et placée dans le sanctuaire à Lectoure.
     Nous avons organisé maintes visites en ce Lieu-Saint de l’Ile d’Egine, avec nos fidèles, à 30 minutes du Pirée, près Athènes, y avons prié et célébré avec l’accueil des moniales.

     Depuis, une immense basilique a été construite qui attire des milliers de fidèles en pèlerinage qui viennent chercher secours, protection et faveur près de ce grand Saint grec contemporain.

   En 1982, nous avons édité sa vie écrite par Sotos Chondropoulos, ouvrage de 415 pages, malheureusement épuisé, le plus important de nos publications.

Père Antoine vénère la relique

Notre saint Père Nectaire naquit le 1er octobre 1846, en Sélybrie (Thrace), d’un couple de pauvres mais pieux chrétiens : Dimos et Marie Képhala. Nommé Anastase au saint Baptême, il montra dès son enfance une grande piété et un goût profond pour l’étude.

Comme sa mère lui apprenait le Psaume 50, il aimait à répéter le verset : «J’enseignerai Tes voies aux pécheurs… » (Ps 50, 15). Après avoir reçu l’enseignement élémentaire dans sa patrie, il fut envoyé par ses parents à Constantinople pour poursuivre son éducation, tout en travaillant comme employé dans un magasin. Le jeune garçon restait alors insensible aux troubles de la vie mondaine et se préoccupait seulement d’édifier en lui, nuit et jour, l’homme intérieur à l’image du Christ, par la prière et la méditation des écrits des saints Pères.

Reliquaire du crâne de Saint Nectaire vénéré par les fidèles

À l’âge de vingt ans, il quitta Constantinople pour devenir instituteur dans l’île de Chios. ll y encourageait avec zèle la jeu­nesse et les villageois à la piété et aux œuvres de la vertu, non seulement par ses paroles mais surtout par l’exemple même de sa vie d’ascèse et de prière. Désirant depuis longtemps embrasser la vie semblable aux anges, il devint moine sous le nom de Lazare, le 7 novembre 1876, dans le célèbre monastère de Néa-Moni. Ne cherchant que les choses d’en-haut, modèle de douceur et d’obéissance, il se fit aimer de tous les frères de la commu­nauté et devint diacre un an plus tard. Grâce à la générosité d’un pieux habitant de l’île, puis à la protection du patriarche d’Alexandrie, Soph­rone, il put compléter ses études à Athènes et obtenir le diplôme de la faculté de Théologie.

En 1885, il gagna Alexandrie, où il fut bientôt ordonné prêtre, puis consacré métropolite de la Pentapole (ancien diocèse correspondant à la Libye supérieure). Prédicateur et secrétaire patriarcal, il fut affecté au Caire, comme représentant du patriarche, dans l’église de Saint-Nicolas. Malgré ces honneurs, Nectaire ne perdait rien de son humilité et savait communiquer à son troupeau spirituel,  zèle pour les vertus évangéliques. L’amour et l’admiration que lui portait le peuple tournèrent pourtant à son désavantage. À l’instigation du Diable, certains membres du patriarcat, jaloux de ses succès, le calomnièrent, en disant qu’il cherchait à s’attirer les faveurs du peuple dans le but de s’emparer du trône patriarcal d’Alexandrie. Comme le saint ne cherchait pas à se justifier, mais mettait sa confiance dans la promesse du Christ qui a dit : «Bienheureux serez-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on vous calomniera de toute manière à cause de moi… » (Mat. 5, 11) ; il fut chassé de son siège et s’embarqua pour Athènes, où il se retrouva seul, ignoré, méprisé et manquant même du pain quotidien, car il ne savait rien garder pour lui-même et distribuait aux pauvres ses maigres ressources. Abandonnant son projet initial de se retirer au Mont-Athos, le doux et humble imitateur de notre Seigneur Jésus-Christ, préféra sacrifier son amour de la retraite au salut de son prochain. Il resta quelques années comme prédicateur (1891-1894), puis fut nommé directeur de l’école ecclésiastique Rizarios, destinée à la formation des futurs prêtres. Sa profonde connaissance de l’Écriture, des saints Pères et même des sciences profanes, et son autorité pleine de douceur dans la direction des hommes lui permirent de donner rapidement à cette institution une haute qualité intellectuelle et morale. Le saint hiérarque se chargeait de la direction et des leçons de Pastorale, mais il ne cessait pas pourtant de vivre le programme d’ascèse, de méditation et de prière d’un moine, en y ajoutant les hautes fonctions de prédication et de célébration régulière des saints mystères, au sein de l’école mais aussi dans la région d’Athènes. Nectaire gardait pourtant au fond de son cœur un amour brûlant pour la quiétude et la paix de la vie dans les monastères, aussi profita-t-il du désir exprimé par un certain nombre de ses filles spirituelles pour se retirer des troubles de la vie mondaine et fonder un monastère féminin dans l’île d’Égine (entre 1904 et 1907).

Vénération du reliquaire du Saint par Père Antoine

Malgré d’innombrables soucis et difficultés, le saint veillait à y instaurer un type de vie cénobitique dans la fidélité scrupuleuse à l’esprit des saints Pères. Il dépensait sans compter ses forces corporelles et spirituelles pour l’installation des bâtiments, pour la célébration des offices et pour la direction spirituelle de chacune de ses disciples. On le voyait souvent travailler au jardin, vêtu d’une misérable soutane, ou, lorsqu’il disparaissait pour de longues heures, on devinait qu’il s’était alors enfermé dans sa cellule pour élever son intelligence vers Dieu, en la fixant dans son cœur pour y goûter la douceur du saint Nom de Jésus. Bien qu’il ait fui tout contact avec le monde et qu’il réglât strictement les visites dans le couvent, la réputation de ses vertus et des grâces que Dieu lui avait données se répandit dans la région, et les fidèles venaient vers lui, attirés comme le métal par l’aimant. Il guérit de nombreux laïcs et des moniales de maladies qui les affligeaient, fit venir la pluie sur l’île qui souffrait de la sécheresse. Il soulageait, consolait, encourageait. Il était tout pour tous, pouvant tout dans le Christ qui habitait en lui par la Grâce du Saint-Esprit. Il était familier des saints et de la Mère de Dieu, et ceux-ci lui apparaissaient fréquemment pendant la sainte Liturgie ou dans sa cellule. Malgré les difficultés de la période qui suivit la première guerre mondiale, il interdit strictement à ses moniales de mettre quoique ce soit en réserve pour leur nourriture, mais ordonna de distribuer leurs surplus aux pauvres, en se confiant au jour le jour à la miséricorde de Dieu. En plus de toutes ces tâches, Nectaire trouvait le temps de rédiger un grand nombre d’ouvrages de théologie, de morale, d’histoire de l’Église pour la confirmation de l’Église de Grèce dans la sainte tradition des Pères, alors souvent ignorée du fait des influences occidentales.

Mère Marie

Vivant donc comme un ange dans le corps et faisant briller autour de lui les rayons de la lumière incréée de la grâce, le bienheureux eut encore à souffrir calomnies et injustes accusations sur son monastère, de la part de membres de la hiérarchie. Il supporta ces dernières épreuves avec la patience du Christ : sans murmure ni révolte. C’est alors qu’il fut atteint d’une douloureuse maladie pendant plus d’un an et demi. Il rendait grâce à Dieu de l’éprouver ainsi et s’efforça de garder son mal secret jusqu’aux tout derniers temps qui précédèrent sa mort. Après un dernier pèlerinage auprès d’une icône de la Mère de Dieu, située non loin du monastère, il annonça à ses disciples son prochain départ pour le Ciel, et fut transféré dans un hôpital d’Athènes, où, après cinquante jours de souffrances, qu’il supporta avec une patience qui édifiait tous ceux qui l’approchaient, il remit en paix son âme à Dieu (le 8 novembre 1920). Les fidèles d’Egine, ses disciples et tous les chrétiens qui l’avaient approchés pleurèrent la perte du doux et compatissant disciple du Christ, qui, toute sa vie, avait supporté calomnies, persécutions et injustes accusations en prenant pour modèle la divine Passion de son Maître. Mais Dieu lui a rendu gloire et, dès son repos, les miracles ont abondé et abondent quotidiennement jusqu’à aujourd’hui pour ceux qui approchent avec foi de ses reliques ou qui se confient à sa puissante intercession. Le corps du saint resta miraculeusement incorrompu pendant plus de vingt ans, en dégageant un parfum céleste et délicat. En 1953, lorsqu’il fut finalement dissous selon les lois de la nature, on procéda à la translation de ses reliques et l’on put constater alors que le même parfum s’en dégageait puissamment. Il n’a pas cessé depuis de réjouir les fidèles qui s’approchent de ces précieux restes, en leur donnant l’assurance que Saint Nectaire a trouvé accès auprès de Dieu, dans la demeure des saints. Son culte a été officiellement reconnu en 1961 et le récit de ses miracles ne cesse d’être écrit chaque jour. Son tombeau, à Egine, est devenu un des pélerinages les plus fréquentés de Grèce.

Nos nombreux pèlerinages à Égine

icône vénérée à Lectoure
Monastère de moniales
Chapelle du monastère
Intérieur

EXÉGÈTE DES DOGMES ORTHODOXES, RÉCEPTEUR DES PAROLES DIVINES, HIÉRARQUE INSPIRÉ, TU GUIDES DIVINEMENT LES PENSÉES DES FIDÈLES VERS L’AMOUR DE DIEU ET LE SALUT
C’EST POURQUOI TU AS ÉDIFIÉ À ÉGINE, TON SAINT MONASTÈRE, POUR Y CULTIVER LES ÂMES, Ô PÈRE PORTEUR DE DIEU.
L’ASSEMBLÉE DES MONIALES Y VÉNÈRE TES RELIQUES ET FÊTE AVEC DÉVOTION TA MÉMOIRE SACRÉE.
Ô VASE SPIRITUEL CONTENANT LA MANNE, LAMPE PORTEUSE DE LA LUMIÈRE, AURORE DIVINE,
TU AS CONDUIT DANS LA LUMIÈRE, NECTAIRE LE DIVIN, L’OUVRIER DE LA VERTU.
IL T’A VRAIMENT PROCLAMÉE VIERGE .ET MÈRE DU TRÉS-HAUT NOTRE DIEU,
ET MAINTENANT, IL JOUIT DES ILLUMINATIONS DE TON FILS ET GLORIFIE AVEC LES ANGES, TA GLOIRE INFINIE.


La Fraternité Orthodoxe Saint Benoît doit à Saint Nectaire d’Égine beaucoup de grâces : multiples conversions et soutien dans les épreuves mais surtout ne nous a-t-il pas montré l’authentique Église du Christ ? Sa vie, que nous éditions en 1982, n’était pas encore sortie de chez notre imprimeur qu’il nous dirigeait vers la sainte Église Orthodoxe. Si nous voulions sauver nos âmes, semblait-il nous dire, quittez un essai d’orthodoxie où vous vous êtes fourvoyés et où le Malin vous a aveuglé ! Malgré ce déchirement, nous n’hésitions pas de nous rendre au sein de la Sainte Église où la foi est dans sa plénitude, où la vie monastique est vécue dans toute son intégrité, où la prière et l’ascèse sont le lot quotidien des clercs comme des fidèles. Et depuis… Un de nos monastères français a été placé sous sa protection ; nos églises paroissiales font vénérer sa sainte icône et ses reliques… Et avec sa douceur, il a fait comprendre aux pèlerins où était la vérité et, malgré des renoncements et d’importants changements, ils se sont convertis et ont suivi ce cheminement spirituel qui donne la joie d’être des enfants de Dieu, celle des fidèles de son Église Orthodoxe. Lors de notre premier voyage en Grèce, notre Communauté de Lavardac se rendait en pèlerinage à Égine, et là, près des saintes reliques embaumées, nous présentions à Saint Nectaire notre Mission, lui demandant de nous soutenir ainsi que nos fidèles précipités si jeunes dans l’arène des combats. Il nous a entendu et sa présence n’a jamais fait défaut. Il était donc tout à fait normal que notre Monastère entreprenne la traduction de ses écrits et les publie, en commençant par ceux en l’honneur de la Mère de Dieu !

Retraçons ensemble une page de sa vie pour notre édification : En 1893, Saint Nectaire devait prêcher à Galaxidi, petit village portuaire. L’église était pleine
à craquer de femmes et d’enfants. Des visages graves, pensifs, avec une tristesse secrète, les visages de gens qui avaient pris l’habitude de choisir en silence, dans la vie, le chemin de la montée difficile sans chercher un changement qui leur apporterait plus de facilités.
Nombreuses étaient celles qui étaient vêtues de noir, les veuves sans doute, éplorées, à qui la mer déchaînée avait pris le corps de leur compagnon, du père de leurs enfants, pour le donner en nourriture aux requins.

Bien sûr, il y avait aussi quelques jeunes filles qui connaissaient encore rien des amertumes de la vie commune et qui faisaient des rêves : elles souriaient et leurs yeux brillaient d’une attente heureuse. Toutes regardaient avec des yeux suppliants l’icône de Notre Dame, Mère de Dieu. Surement, avec cet instinct infaillible du peuple, elles pourraient comprendre par quel martyre, par quelles larmes de douleur, elle a conquis le ciel et les anges et sa place à côté du Trône saint, l’Élue des élus de la terre, la seule bénie, cette Rose inflétrissable qui est devenue Mère de tous les chrétiens, et dont les bras sont toujours ouverts pour consoler les affligés.

Ah l’Orthodoxie, pensa Nectaire une fois de plus en sortant du sanctuaire pour prêcher notre douce et patiente Orthodoxie ! Comme elle compatit avec ses enfants qui luttent ! Avec quelle angoisse elle attend qu’ils surmontent l’épreuve, qu’ils soient vainqueurs et tendent les mains pour recevoir la couronne de gloire ! “Son cœur battait très fort et sa parole sortie comme un torrent de feu. ll parla de la patience en s’inspirant du soixante-dix-huitième discours d’Antiochos, moine de Galatie : “Mes filles, enfants du Seigneur, commença-t-il, je vois que vos âmes se tournent avec une silencieuse supplication vers la toute sainte Mère de Dieu. L’Eglise orthodoxe la montre toujours à la place, au centre, entre le Ciel et la terre, entre le Seigneur tout-puissant et son Église combattante. C’est elle notre meilleure avocate : elle reçoit les supplications de tous, elle connaît toutes nos mésaventures, tous nos espoirs, et elle les porte avec l’audace d’une mère envers son fils, au Crucifié et triomphant Seigneur, Lui qui a tout pouvoir, dans le Ciel, sur la terre et dans les enfers. Je ne veux pas parler davantage sur son rôle sublime et bienfaisant. Un cœur chrétien sincère cherche et apprend. Je vais parler uniquement d’une très grande vertu qu’elle possédait durant sa vie terrestre : je vais parler de la patience. Imaginez, mes filles, tout ce que la Mère de Dieu a supporté dans cette vallée de larmes que nous appelons “la terre”. Imaginez tout ce qu’elle a supporté depuis sa première jeunesse, toute jeune fille, lorsqu’elle prononça ces paroles salvatrices : “Voici la Servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon ta parole”, au grand archange qui lui annonça le plan du salut du monde.

Méfiance, fatigue, pauvreté, tristesse, déchirement, solitude, il faudrait des livres entiers pour parler de chaque instant de la vie terrestre de notre Sainte Mère, la Très-Pure. Elle fut, elle est et elle sera toujours, la plus glorieuse athlète de la patience, une patience qui étonna les anges et séduisit les saints. Mes filles, le repentir n’est pas couronné sans la patience. Nous ne pouvons acquérir aucune vertu sans la patience, absolument aucune : ” Il faut accepter toutes les épreuves et les tristesses avec patience et actions de grâce pour conquérir la terre promise.” Mais notre très doux Seigneur, notre bonheur, Notre-Seigneur Jésus-Christ dit: “celui qui patientera jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.” Et quand le plus grand de ses apôtres, le divin Paul, le pria de le guérir de l’écharde qui le torturait, il répondit: ” Ma grâce te suffit, car ma force s’accomplit dans la faiblesse… “

À la fin du sermon, on entendait des soupirs de soulagement. Après la liturgie, il fut entouré de partout et on le pria de ne pas partir. Il dut rester trois jours à Galaxidi pour consoler certaines personnes profondément déprimées. En rentrant chez lui, il prit froid et dut s’aliter pendant une vingtaine de jours. Heureusement, comme nous l’avons déjà dit, il se trouvait en bonnes mains : ses propriétaires, les enfants, faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour lui et pour le guérir. Ils n’auraient même pas laissé entrer une mouche dans sa chambre. En ces jours-là, il eut une vision pendant son sommeil. ll se vit le soir, sur une prairie verte, seul et chantant lentement l’hymne “Lumière joyeuse”, lorsque, soudainement, tout fut illuminé d’une lumière aveuglante. À cinq ou six mètres devant lui, apparut une femme, simplement vêtue, avec un visage grave et triste. Des étoiles brillaient sur ses épaules, deux personnages d’aspect ascétique l’accompagnaient : il lui sembla reconnaître saint Basile le Grand et saint Grégoire Palamas.

–  Nectaire ! lui dit la femme d’une voix fraîche comme une eau de source.

– Nectaire ! Il la regarda et fut pétrifié.

– Notre souveraine, Mère de Dieu ! Tu as daigné…

– Ne te trouble pas, reprit-elle. Nous t’aurions invité à te joindre à nous. Déjà hier, les anges se préparaient pour toi….

–  Oh je ne me suis rendu compte de rien, absolument de rien !

–  Mais il a plu au Seigneur que tu restes. Tu continueras encore à suivre la route triste. Combien d’années ? Je ne sais pas.

– Notre souveraine, Mère de Dieu, murmura-t-il, ne pars pas, ne m’abandonne pas, j’ai peur !

– Calme-toi et continue ton combat : le Seigneur t’aidera.

Puisse Saint Nectaire d’Égine nous fortifier dans la foi Orthodoxe ! Puisse la Mère de Dieu nous soutenir dans notre combat quotidien ! C’est le vœu ardent que formule pour vous votre serviteur au sanctuaire, en vous présentant ces justes glorifications de la Mère de Dieu écrites par l’un de ses plus grands chantres. C’est un véritable catéchisme orthodoxe à propos de la très Sainte Vierge.

+Hiéromoine ANTOINE
en ce jeudi 9 novembre 1984
fête de Saint Nectaire d’Égine

Rétrospective

Saint Nectaire

  • Né le 1er octobre 1846 en Silivrie
  • Moine le 7 novembre 1876 à Néa-Moni
  • Docteur en théologie à Athènes
  • Prêtre, métropolite de la Pentapole à Alexandrie
  • Directeur de séminaire à Athènes
  • Fondateur du monastère de moniales à Égine 1904-1907
  • Né au Ciel le 8 novembre 1920

Dans l’intimité de Saint Nectaire


Dans sa cellule

Premier pèlerinage en 1986

De droite à gauche :

+ Marthe Colin, moniale Marie 

Née à Monblanc (Gers) le 24/04/1930, moniale à Tarbes église Saint Aventin, décédée le 26/12/2012 en présence du Père Michel, Recteur de la Paroisse.

+ Hiéromoine Antoine (en 1982) secrétaire de l’Archevêque Andréas

+ Hiéromoine du monastère de Kératea, notre guide

+ Suzanne Brousse, devenue moniale en Grèce en 1991 au monastère de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple, près de Corinthe et de Saint Patapios

Un des pèlerinages avec les fidèles

Le 22 novembre (9 novembre au calendrier orthodoxe) en la Basilique Saint Gény de Lectoure, fête du centenaire de Saint Nectaire d’Égine.

Notre Dame de Consolation

FÊTE : 19 Novembre

Cette Icône miraculeuse, en provenance de Palestine est la plus ancienne vénérée à Rome depuis son arrivée en l’église sainte Marie l’Antique. En 590, sous le Pape Grégoire-le-Grand, elle fut menée en procession autour de Rome pour arrêter la peste et à la fin de la procession, elle fut vénérée par le peuple à l’actuel Château Saint-Ange et la peste cessa. Au temps de Serge 1er (687-701) on y ajouta un cadre en argent, sous Léon IV (847-855) un tremblement de terre détruisit l’église mais l’icône, elle, resta intacte. Elle fut transférée à Sainte Marie-la-Nouvelle, construite tout près par le même Pape où elle se trouve toujours, près du Forum romain et non loin du Colisée. Au début du XIIIème siècle, l’Icône fut miraculeusement sauvée d’un incendie qui détruisit l’église qui fut par la suite restaurée. Elle fut la Protectrice de la première paroisse orthodoxe francophone de Toulouse, en 1938, fondée par le Moine-Prêtre Pierre (Delort) 1906-1944.

Tropaire t, 5

Dissipe la peine de mon âme, * toi qui effaces toute larme de nos yeux, * toi qui chasses tous les maux du genre humain * et délivres de leur souillure les pécheurs ; * car en toi nous possédons * notre espérance et notre ferme soutien, * très sainte Mère du Christ notre Dieu.

Kondakion t, 6

À la seule protection des hommes * ne me livre pas, très-sainte Mère de Dieu, * mais de ton serviteur agrée la prière, * car les afflictions font cercle autour de moi : * Je ne puis supporter les flèches du démon, * je n’ai point d’abri ni de refuge, malheureux que je suis, * sans cesse vaincu, je n’ai d’autre consolation * que toi, Reine du monde, espoir et protection des croyants ; * ne méprise pas ma prière, * mais agis en vue de mon bien.

Le Patriarche Irénée s’est endormi dans le Seigneur

L’archevêque de Pec, métropolite de Belgrade-Karlovci et patriarche serbe Irénée (Gavrilovic) s’est endormi dans le Seigneur à l’hôpital militaire Covid “Karaburma” de Belgrade, le vendredi 20 novembre 2020, à 7h07.

Mémoire éternelle et royaume des cieux !

Ses pieux parents Zdravko et Milijana Gavrilovic du village de Vidova près de Cacak – et avec eux toute la famille serbe – ont été bénis par le Seigneur, le 27 août 1930, avec la naissance d’un garçon dont le nom de baptême était Miroslav. Il a terminé l’école primaire dans son village natal et le lycée à Cacak et l’école théologique à Prizren, au Kosovo et  Metochie. Sur ce, il est diplômé de la Faculté de théologie de Belgrade.

Après avoir terminé son service militaire, il a été nommé professeur de l’école théologique de Prizren, mais avant d’accepter la nomination, il a reçu la tonsure monastique au monastère de Rakovica, par le patriarche serbe Germain, recevant le nom monastique Irinée, en octobre 1959. Le Saint et Grand Vendredi de la même année, il fut ordonné hiéromoine dans l’église de Ruzica à Belgrade. En tant que professeur à l’école de théologie de Prizren, il a passé quelques années à des études de troisième cycle à Athènes. Il a été nommé directeur de l’école monastique du monastère d’Ostrog en 1969, d’où il est revenu à Prizren au poste de directeur de cette célèbre école théologique.

C’est en 1974 qu’il est élu vicaire évêque du patriarche serbe avec le titre d’évêque de Moravica. Il a été élu évêque de Nis en 1975.

Intronisation du patriarche serbe Irinej

L’acte d’intronisation de Sa Sainteté Irinej, archevêque de Pec, métropolite de Belgrade-Karlovci et patriarche serbe, a été célébré le 23 janvier 2010, lors de la sainte liturgie pontificale dans l’église cathédrale de l’archange Michel de Belgrade. La liturgie solennelle a été célébrée par le patriarche serbe élu Irinej avec la concélébration de ses frères évêques, prêtres et diacres, ainsi que des représentants des Églises russe et grecque. Le patriarche Irinej a été officiellement intronisé sur l’ancien trône des patriarches serbes dans le patriarcat du monastère de Pec le 3 octobre 2010, avec la participation des représentants de toutes les Églises orthodoxes sœurs.

Dès le début de son ministère patriarcal, bien que dans des moments très difficiles, Sa Sainteté a préconisé la paix et la stabilité dans toute la région.

Le 10 novembre 2010, il a déclaré dans une interview que “la rivière Drina [entre la Serbie et la Bosnie-Herzégovine] n’est pas une frontière, mais un pont qui nous relie. Bien que, d’une certaine manière, nous soyons un même aujourd’hui, si Dieu le veut, nous en serons bientôt vraiment un”. Le patriarche Irinej a expliqué que pour le moment «il suffit que nous soyons un en tant que peuple, en tant qu’Église orthodoxe, et que nous soyons sur le même chemin de Saint Sava et du Christ». Il a félicité les Serbes de Banja Luka en déclarant qu’«[ils se battent] pour préserver le nom serbe. Bien que ce ne soit pas du tout une tâche facile, ils réussissent».

Le 15 décembre 2011, Sa Sainteté a été décorée par Son Altesse Royale le Prince Davit Bagration Mukhraneli Batonishvilli de Géorgie du Grand Collier de l’Ordre de l’Aigle de Géorgie et de la Sainte Tunique de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Sa Sainteté Irinej a été considérée, tant à l’étranger que dans le pays, comme un traditionaliste modéré, ouvert au dialogue inter-religieux mondial. Dans une interview, il a indiqué qu’il ne s’opposerait pas à la toute première visite du pape catholique en Serbie en 2013 dans le cadre des célébrations du 1700e anniversaire de l’édit de Milan, la loi en vertu de laquelle l’empereur romain Constantin, né à Niš, a mis fin à la persécution des chrétiens. Sa Sainteté a dit :”il y a le souhait du Pape” pour une rencontre à Niš et que ce serait une chance “non seulement pour une rencontre, mais pour un dialogue”.

Concernant l’adhésion de la Serbie à l’Union européenne, le patriarche serbe a déclaré que : “La Serbie ne devrait pas regarder l’UE avec méfiance, si l’UE respecte l’identité, la culture et la religion des serbes. Nous pensons que nous sommes une partie historique de l’Europe, et nous voulons faire partie de cette famille de peuples. Lors de l’adhésion, nous accepterons tout ce qui n’est pas en contradiction avec notre identité culturelle et historique.”

En tant que chef de l’Église orthodoxe serbe, Sa Sainteté représente la plus haute autorité spirituelle parmi le peuple serbe en Serbie et à l’étranger.

Sous sa direction, le Patriarcat serbe a publié un nombre exceptionnel de livres universitaires, liturgiques, religieux et populaires pour l’éducation et l’élévation spirituelle des fidèles. Sa Sainteté est bien connue comme un grand prédicateur et profite de chaque occasion pour prêcher la Parole de Dieu à tous. Plus récemment, le diocèse de Nis a publié un recueil de ses sermons prononcés dans le diocèse de Nis, alors qu’il y était évêque.

Activités inter-orthodoxes et œcuméniques de Sa Sainteté le patriarche Irinée :

Sa Sainteté le patriarche serbe Irinej a rendu une visite irénique et canonique à Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée immédiatement après son intronisation.
Il a participé à la célébration du 1250e anniversaire du baptême de la Russie en 2013;
Il a effectué une visite irénique et canonique au Patriarcat d’Alexandrie et de toute l’Afrique en octobre 2012.
En 2013, il a rendu visite au mont Athos et au monastère Chilandar.
Il a dirigé une délégation inter-religieuse de Serbie qui a participé au deuxième dialogue inter-religieux à Jakarta en octobre 2013, au niveau de l’État entre la Serbie et l’Indonésie.
Il soutient activement le dialogue inter-chrétien entre les dénominations chrétiennes d’Orient et d’Occident et communique avec les chefs, les dirigeants et les dignitaires d’église d’autres confessions et religions au plus haut niveau.
En mai 2014, à l’invitation de Sa Béatitude Anastasios d’Albanie, Sa Sainteté le Patriarche Irinej a visité Tirana à l’occasion de la consécration de l’église cathédrale de la Sainte Résurrection.
En octobre 2014, Sa Sainteté le patriarche serbe Irinej a accueilli le 1700e anniversaire pan-orthodoxe de l’édit de Milan à Nis, en Serbie, lieu de naissance de l’empereur Constantin.
Le patriarche serbe Irinej a pris une part active au rassemblement panorthodoxe à Constantinople en mars 2014, lorsqu’il a été décidé de commencer par les préparatifs d’un grand et saint concile panorthodoxe qui se tiendra en 2016.
Récompenses et honneurs

Grand-Croix de l’Ordre de l’Étoile de Karađorđe, dynastie Karađorđević
Grand collier de l’ordre de l’aigle de Géorgie, dynastie Bagrationi
L’évêque de Nis Irinej élu pour un nouveau patriarche de Serbie
Intronisation du patriarche Irinej de Serbie
Le patriarche de Serbie rencontre le président de la Serbie
Thanksgiving servi au monastère de Hilandar à l’occasion de l’intronisation du nouveau patriarche de Serbie
Sa Sainteté le patriarche Irinej de Serbie s’adresse au public

Source : http://www.spc.rs/eng