Les derniers articles

Notre Dame aux trois mains

Ô toute Sainte Souveraine, Mère de Dieu, mon espérance, Toi qui défends les orphelins et les errants, qui protège ceux qui sont offensés, Toi qui sauves ceux qui sont en train de se perdre et qui apportes à tous les affligés la consolation, vois ma peine, vois mon affliction et mon chagrin. Aide-moi dans mon infirmité, fortifie-moi, moi qui souffre. Toi qui connais mes peines et chagrins, disperse-les, étends sur moi Ta main, car je n’ai qu’en Toi mon espérance. Tu es ma seule défense, Toi qui intercèdes auprès du Seigneur, car j’ai péché sans mesure contre toi et contre les gens. Ma Mère, sois ma consolatrice et mon aide, et sauve-moi, éloigne de moi l’affliction, le chagrin et la sécheresse spirituelle. Aide-moi, Toi la Mère de mon Sauveur.

Amen.

Aujourd’hui, peuple fidèle, nous triomphons spirituellement en glorifiant celle qui intercède avec ferveur pour les chrétiens, et accourant vers ta très sainte image, nous te supplions : Ô Toute Sainte Souveraine, Vierge Mère de Dieu riche en miséricorde, donne-nous une joie inattendue, à nous qui sommes chargés du lourd fardeau de nos péchés et de nos afflictions, et délivre-nous de tout mal. Prie ton Fils le Christ notre Dieu de sauver nos âmes.

Saint Barnard de Vienne

FÊTE ; 23 Janvier

Né en 778 à Izernore, diocèse de Lyon, il s’installe en 803, au monastère d’Ambronay (Bas-Bugey) qu’il achète à l’abbé de Luxeuil. Peu à peu, le monastère se peuple de nombreux moines. En 810, le siège de Vienne étant vacant un enfant de 10 ans entre dans la salle d’élection en criant : « Le Seigneur a choisi Barnard ». Ce dernier, ayant condamné les hérétiques et défendu la Foi Orthodoxe, le pape Pascal lui envoie le pallium le 5 décembre 817. Ami de Saint Agobard de Lyon qui lui a dédié son «Traité du Sacerdoce», il l’aide à remettre son diocèse dans le droit chemin. Souhaitant se retirer, il fonde un Monastère bénédictin dans une solitude autour duquel née la ville de Romans (Drôme) et construit une vaste et belle église qui existe toujours. Sentant sa fin proche, il réunit son clergé puis se retire dans une grotte proche de son monastère où il rend son âme à Dieu le dimanche 23 janvier 842. L’évêque se rend aux funérailles de son métropolite, qui avait demandé la sépulture monastique, et trouve la cérémonie achevée et le saint inhumé parmi les moines. Le 23 avril 944, le corps fut placé dans une chasse d’où il fit de nombreux miracles.

Tropaire

Comme évêque de Vienne, tu demeuras le moine que tu étais, chérissant la beauté de la liturgie et développant le culte des saints ; tes miracles te valurent la vénération des petits comme des grands ; c’est ainsi que tu exerças une heureuse influence sur tous, admirable pontife du Christ, Barnard, qui as prodigué en Dauphiné ta sainte prédication et rayonnas de tes nobles vertus ; aussi ta mémoire vénérable, en ce jour, est une fête pour tous !

Saint Marc d’Éphèse

Patron de l’église de Nérac

FÊTE : 18 Janvier

Marc Eugenikos est né à Constantinople vers 1392. À 26 ans, il entre dans un monastère proche de Nicomédie, puis à cause des Turcs se rend à Constantinople dans un autre monastère, où il rédige plusieurs traités dogmatiques dans la ligne de Saint Grégoire Palamas. Consacré Métropolite d’Éphèse, il représente, en Italie, les Patriarches de Jérusalem, d’Antioche et d’Alexandrie au Concile de Ferrare -pour l’Union des Chrétiens- qui fut ensuite transféré à Florence. Face aux vaines palabres, pendant des mois, Saint Marc refuse la “Fausse Union” le 6 juillet 1439. Persécuté, il rendit son âme à Dieu, le 23 juin 1444, dans son monastère. ll est  Confesseur de la Foi orthodoxe.

Icône vénérée en la Basilique saint Gény de Lectoure

Tropaire t, 3

Par ta profession de la divine foi, * en toi l’Église a trouvé, * illustre Marc, un invincible guerroyeur, * défendant la pensée des Pères en tes écrits * afin de protéger l’orthodoxie * de tout ce qui pouvait l’altérer; * à présent supplie le Christ notre Dieu * d’affermir entre ses Églises la concorde et la paix * et de nous accorder la grâce du salut.

Les trois saints nouveaux hiérarques, Grégoire Palamas, Photios le Grand et Marc d’Éphèse

Kondakion t, 8

Le flambeau resplendissant de l’Orthodoxie, * l’adversaire des occidentales futilités * sous les fleurs de nos hymnes couronnons-le, * car il a revêtu l’armure de la vérité * et des ténèbres il a renversé les vains propos ; disons-lui donc : réjouis-toi, métropolite d’Éphèse, saint Marc.

In memoriam, Protodiacre Germain

Prions le Seigneur :

Kyrie Eleïson

Dieu des esprits et de toute chair, qui as triomphé de la mort et terrassé le diable pour donner la vie au monde, accorde, Seigneur, à l’âme de ton serviteur le Protodiacre GERMAIN le repos dans le séjour de la lumière, de la fraîcheur et de la paix, en un lieu d’où sont absents la peine, la tristesse et les gémissements ; dans ta divine bonté et ton amour pour les hommes, pardonne-lui toutes les fautes commises en parole, en pensée, en action, car il n’est personne qui vive et ne pèche pas. Toi seul, Seigneur, tu es sans péché, ta justice est une justice éternelle et ta parole est Vérité. Car tu es la résurrection, le repos et la vie de ton serviteur le Protodiacre GERMAIN, ô Christ notre Dieu, nous te rendons gloire, ainsi qu’à ton Père éternel et à ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

Le patriarche Cyrille de Moscou s’oppose au contrôle numérique total de la personne

Primat de l’Église Orthodoxe Russe, Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie. Photo: Patriarchia.ru

Le développement du contrôle total sur l’homme signifie l’esclavage, et tout dépendra de qui sera le maître de ces esclaves, a déclaré le primat du ROC.

L’Église est fermement opposée à l’utilisation de la technologie numérique pour assurer un contrôle total sur la personne. Le primat de l’Église orthodoxe russe, Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie , a déclaré cela dans une interview traditionnelle de Noël, dont le texte a été publié sur le site Web Patriarchy.ru le 7 janvier 2021.

Continuer la lecture de Le patriarche Cyrille de Moscou s’oppose au contrôle numérique total de la personne

Saint Antoine le Grand

FÊTE : 17 Janvier

v 251-356. Père de tous les moines. Né au village de Come en Haute-Égypte. À vingt ans, il distribua aux pauvres tous ses biens, qui étaient considérables, et vécut en ermite près de son village natal. Vers l’an 305, il établit une communauté à Fayum, puis une autre à Pispir. Il fut ainsi le premier à organiser la vie religieuse telle que nous la connaissons actuellement, en rassemblant de grands groupes d’ermites dans des communautés libres. Il devint vite célèbre en Égypte et à l’étranger et il fut très prisé comme conseiller par des gens de toute classe. Il fut un ami personnel de saint Athanase et le soutint fermement contre les ariens. À quatre-vingt-dix ans, il fut encore invité par saint Athanase, à prêcher à Alexandrie ; dans son sermon, il qualifia les ariens d’hérétiques. Saint Athanase a écrit sa biographie. Antoine mourut dans son ermitage au mont Koszim, près de la mer Rouge. Ses reliques sont conservées en Dauphiné, en l’Abbaye de Saint Antoine-en-Viennois.

Continuer la lecture de Saint Antoine le Grand

L’archevêque métropolitain Philarète de Minsk s’est endormi dans le Seigneur

Le 12 janvier 2021, le métropolite Philarète (Vakhromeev), exarque patriarcal honoraire de toute la Biélorussie s’est endormi dans le Seigneur.

D’octobre 1978 à février 1984, le métropolite Philarète était l’exarque patriarcal d’Europe occidentale, et de novembre 1979 à février 1984, il a temporairement dirigé les paroisses du diocèse de Korsun (dans le cadre du transfert de l’évêque Pierre de Korsun (L’Huillier) à la juridiction de l’Église orthodoxe en Amérique).

Le métropolite Philarète (Vakhromeev) à la fin de la Divine Liturgie dans la cathédrale des Trois Saints Docteurs à Paris – à gauche, l’Archevêque Basile de Bruxelles (Krivoshein), à droite, le Métropolite Anthony (Bloom) de Sourozh.

Vie

Le métropolite Philarète (dans le monde Kirill Varfolomeevich Vakhromeev) est né le 21 mars 1935 à Moscou dans une famille noble. Le père et la mère étaient professeurs des écoles de musique de Moscou.

Diplômé d’une école de musique avec un diplôme en chant choral et contrebasse. En 1957, il est diplômé du Séminaire théologique de Moscou et entre à l’Académie théologique de la capitale.

Le 3 avril 1959, dans sa deuxième année à l’Académie, par l’archimandrite Pimen (Khmelevsky) il a reçu la profession monastique avec le nom Philarète en l’honneur du juste Philarète le Miséricordieux.

Le 26 avril 1959, au cours de la Divine Liturgie à la Cathédrale de l’Épiphanie à Moscou, Sa Sainteté le Patriarche Alexis Ier de Moscou l’a ordonné hiérodiacre.

En 1961, il est diplômé de l’Académie théologique de Moscou avec un doctorat en théologie.
Nommé professeur de l’Académie théologique de Moscou. Il a été ordonné hiéromoine par le patriarche Alexis à partir de juin 1963 – inspecteur de l’Académie théologique de Moscou.

Le 4 août 1963, il est élevé au rang d’higoumène par l’évêque Pitirim (Nechaev) de Volokolamsk. La même année, il fut élevé au rang d’archimandrite.

Il a été nommé évêque le 23 octobre 1965.
En 1961-1965. – Secrétaire de la Commission du Saint Synode pour l’unité des chrétiens.
Le 9 septembre 1971, par Sa Sainteté le patriarche Pimène, il a été élevé au rang d’archevêque.
Le 18 avril 1973, il est nommé archevêque de Berlin et d’Europe centrale, exarque patriarcal d’Europe centrale.

Le 7 mai 1974, il a été élu membre honoraire de l’Académie théologique de Moscou.

Le 15 avril 1975, il est élevé au rang du métropolite. Le 3 mars 1976, il a été élu à la Commission du Saint-Synode sur l’unité des chrétiens et les relations inter-confessionnelles.

Le 10 octobre 1978, il a été nommé métropolite de Minsk et de Biélorussie ; le 12 octobre – Exarque patriarcal d’Europe occidentale. Il a visité à plusieurs reprises les paroisses de l’Exarchat. Le 16 novembre 1979, l’administration provisoire du diocèse de Korsun lui a été confiée (dans le cadre du transfert de l’évêque Pierre de Korsun (L’Yuillier) à la juridiction de l’Église orthodoxe d’Amérique).

Par décision du Saint Synode du 14 avril 1981, il a été nommé président du Département des relations extérieures avec l’Église et membre permanent du Saint-Synode.

Le 19 décembre 1983, il a été élu président de la Commission publique pour les relations avec les cercles religieux pour la paix.

Le 1er février 1984, il a démissionné de ses fonctions d’exarque d’Europe occidentale. Le 19 avril 1985, il est chargé de s’occuper des paroisses orthodoxes de Finlande.

Le 16 octobre 1989, il a été nommé Exarque de Biélorussie avec le titre de «Métropolite de Minsk et Grodno, Exarque Patriarcal de Biélorussie».

En 1990-1995. – Député du Soviet suprême de Biélorussie, membre de la Commission de l’éducation, de la culture et de la préservation du patrimoine historique.
Le 16 juillet 1990, il a été nommé président de la commission du Saint-Synode pour aider les efforts visant à surmonter les conséquences de l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

De janvier à décembre 1991 – Député du peuple de l’URSS.
Le Synode a décidé d’exprimer sa profonde gratitude au Métropolite Philarète pour la présidence à long terme et permanente de la Commission synodale, ” grâce à laquelle la discussion théologique intra-ecclésiale et internationale s’est développée à un niveau élevé, un dialogue sérieux a été organisé entre le monde scientifique ecclésiastique et le monde de la science séculière, questions théologiques envoyées à la commission par les hiérarques “.

Par décision du Saint-Synode du 25 décembre 2013 , il a été mis à la retraite en raison de l’âge de 75 ans. Le Synode a nommé Sa Grâce le Métropolite Philarète Exarque Patriarcal honoraire de toute la Biélorussie, conservant son droit de participer aux travaux du Saint Synode et une place honorifique de protocole aux services divins et aux cérémonies officielles.

Archimandrite Séraphim de Saint-Sabbas (Palestine)

1 9 0 2 – + 1 5 janvier 2 0 0 3

Ô Dieu, Tu vois notre affliction, Tu entends les gémissements de nos cœurs, Tu vois les flots de larmes qui coulent de nos yeux. Nous osons T’interroger : Où trouverons- nous désormais un guide et un conseiller pour notre salut ? Où trouverons-nous consolation dans nos malheurs et nos afflictions ? Car si, selon Ta Parole, Tu veux que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité, si nous avons besoin de conseils pour obtenir le salut, pourquoi nous as-Tu enlevé notre sage maître, notre guide et conseiller spirituel ? Nous n’oserons rien dire de plus. Ta justice est une justice éternelle et Ta Parole vérité, Tu es poussière, frère, et tu retournes à la poussière, comme nous tous !

Nous nous prosternons devant Toi et Te supplions, Seigneur de Bonté. Sois miséricordieux envers Ton serviteur défunt, n’entre pas en jugement avec lui, car si Tu regardes les iniquités, Seigneur, qui subsistera ? Et nous, devenus orphelins pour méditer ta Parole et ta Vérité, reçois-nous entre les mains de Ta puissante protection ; sois Toi-même notre guide et conduis-nous vers Toi, la source de notre salut, la source de la vie et de la lumière ! Ô, notre Père SERAPHIM, nous t’adressons une dernière supplique. Si le Seigneur t’accorde d’avoir de l’assurance devant le Trône de Sa gloire, souviens-toi de nous comme tu l’as promis, visite nos âmes et nos cœurs et implore pour nous la Grâce de notre Seigneur Jésus-Christ. Que de nos lèvres et de nos coeurs s’élève sans cesse cette prière : Mémoire éternelle !

Pardonne-nous, Père ! Paix à toi, va en paix dans la demeure céleste préparée pour toi depuis la fondation du monde. Amen.

Père et Conseiller spirituel du Père ANTOINE et du Monastère

Sainte Nina de Géorgie et les Saints Protecteurs de la Géorgie

Née en Cappadoce, parent du grand-Martyr Georges, elle a vécu sous le règne de saint Constantin (280-337). Capturée par les Ibères, elle fut emmenée captive dans le Caucase. Elle persévéra dans la Foi, l’ascèse et prêcha l’Évangile. Elle guérit avec la Croix, les malades dont l’épouse du Roi Mirian.

FÊTE : 14 Janvier

Tropaire

Compagne de ceux qui ont servi le Verbe de Dieu, * continuatrice de la prédication de Saint André, * illuminatrice des Géorgiens, * lyre de l’Esprit, Sainte Nina, * prie le Christ notre Dieu pour le salut de nos âmes.

Saint Savva de Serbie

1176-1235. Rastnon, fils cadet d’Étienne Nemanja, le roi de Serbie, se fit moine au mont Athos, où il reçut le nom de Savva. Avec son père, qui l’avait suivi dans la vie monastique, il fonda le couvent de Chilandar, pour moines serbes. Nommé archevêque de Serbie, Savva gouverna son Église avec tact et habileté. Il encouragea l’enseignement et construisit beaucoup d’églises.

Tropaire

Comme docteur et pasteur suprême, Saint Savva, tu as montré le chemin qui mène vers la vie ; * et comme chef d’Église, tu as illuminé ta Patrie ; * l’ayant fait renaître par l’Esprit-saint, * tel un olivier au Paradis spirituel, * en sainteté tu as fait croître tes enfants ; * c’est pourquoi, te vénérant comme le compagnon * des apôtres et des pontifes saints, nous te prions * d’intercéder auprès du Christ notre Dieu * pour qu’il accorde à nos âmes la grâce du salut.

Kondakion

Comme son premier archevêque majeur * et comme le compagnon des apôtres, saint Savva, l’Église de ton peuple te glorifie ; * grâce au crédit que tu possèdes auprès du Christ notre Dieu, * afin que sans cesse nous puissions te chanter : * Réjouis-toi, vénérable Père aux divines pensées.