Baptême de Sophie en l’église Saint Denis à Dénat

Baptême de Sophie, en russe Niéva, le dimanche 17 octobre 2021, fête des Saints Stéphane et Hélène Chtianovitch, en l’église Saint Denis de Dénat (Tarn) née le 30 mars 2021 à Albi, fille de Jean Charles PERNÈS et de Alona YURCHENKO.

Dans l’Église orthodoxe, le mystère (ou sacrement) du baptême est nouvelle naissance, la participation à la mort et à la résurrection du Christ. C’est pourquoi il est nécessaire à la participation du renouvellement de l’homme dans le Christ.

Ce renouvellement, c’est la mort du « vieil homme », du vieil Adam, de l’homme de la Chute, pour « revêtir le Christ », présenté par saint Paul comme le nouvel Adam. Le baptême est donc véritablement une renaissance. L’Église étant comprise comme le corps mystique du Christ, le baptême est identiquement l’entrée dans l’Église et la participation à la vie du Christ.

Le baptême dans l’Église orthodoxe n’est pas compris comme un rite de passage seulement symbolique, mais comme étant participation réelle, mystique à la mort et à la Résurrection du Christ. Son efficacité n’est donc pas seulement considérée comme psychique, mais surnaturelle.

Il consiste en une triple immersion faite au nom « du Père du Fils et du Saint Esprit » dans une eau sanctifiée.

Cérémonie du baptême dans l’Église orthodoxe
La cérémonie du baptême dans l’Église orthodoxe est parfaitement semblable à celle décrite par saint Basile de Césarée au IVe siècle, dans son Traité du Saint Esprit.

1. Les trois exorcismes
Le Baptême commence par des exorcismes parce qu’il est d’abord libération. Saint Jean Chrysostome le comparait symboliquement à la sortie d’Égypte du peuple Hébreu.

L’exorcisme sous-entend que l’homme est dans ce monde le plus souvent l’esclave inconscient de forces qui le dominent. C’est ainsi que l’ultime demande du Notre Père est d’être délivré du malin.

Le baptême marque ce passage de l’état d’esclave à celui d’homme libéré.

Le prêtre ordonne à « l’esprit de mensonge, l’esprit d’erreur, l’esprit de cupidité et de toute impureté » de quitter celui qui va être baptisé.

Il est délivrance de la « tyrannie » du démon, selon le texte même de l’exorcisme :

« Le Seigneur t’exorcise, Satan, car il est venu dans ce monde et fixa sa demeure parmi les hommes pour abolir ta tyrannie et délivrer le genre humain ; sur la croix il triompha des puissances ennemies, quand le soleil s’est obscurci, que la terre a chancelé, que les tombeaux se sont ouverts et que de nombreux saints ressuscitèrent en leur corps ; par sa mort il a détruit la mort, c’est-à-dire toi-même, le Diable. »

C’est le diable que le Christ a vaincu par sa Victoire sur la mort, par sa Résurrection. Le Baptême est nécessaire à notre victoire sur les séductions mondaines, le péché et la mort.

Trois exorcismes s’adressent à Satan, en lui ordonnant de se retirer, après lesquels le prêtre souffle trois fois sur candidat au baptême et fait le signe de la Croix sur son front, sa bouche, sa poitrine.

2. La conversion

C’est alors que le choix libre, la conversion est possible.

Le prêtre demande alors au candidat au baptême de se tourner vers l’occident, lieu où meurt le soleil, et l’invite à renoncer à Satan.

Après avoir affirmé trois fois avoir renoncé à Satan, le catéchumène tourné jusqu’alors vers l’Ouest (où meurt le soleil), se retourne (ce qui est le sens originel du mot conversion) vers l’Est, lieu de la naissance du soleil et direction dans laquelle sont bâties toutes les églises. C’est véritablement pour le futur baptisé un changement de cap.

C’est alors que le prêtre lui demande trois fois s’il se joint au Christ.

Après quoi, le prêtre lui demande s’il croit en Dieu. Le candidat au baptême récite à ce moment le Credo.

3. La bénédiction des eaux

C’est à ce moment que commence réellement l’office du baptême.

La sanctification des eaux, comme toute sanctification, n’est pas une transformation de nature des eaux, mais bien plutôt la révélation de leur nature sacramentelle.

L’eau est à la fois ce qui est source de vie, et ce qui nettoie, purifie.

Le même poème de Saint Sophrone est récité pour la bénédiction des eaux du baptême et celui de la Théophanie le . C’est que par le baptême, nous devenons aussi Fils de Dieu. Par ailleurs, par son Baptême, le Christ immergé dans les eaux sanctifia ce monde.

4. La triple immersion “au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit”
Le candidat au baptême se dépouille alors de ses vêtements, symbolisant le vieux moi, le vieil homme qu’il quitte.

L’immersion totale est noyade du vieil homme, renouvellement dans les eaux transformées par l’Esprit en matrice de vie, participation à la mort et à la résurrection du Christ.

5. Le Baptisé revêt la tunique de clarté
Après l’immersion, le baptisé revêt des vêtements neufs, blancs, symbolisant ainsi son passage à un état nouveau, selon l’expression de saint Paul : « vous avez revêtu le Christ ».

« Accorde-moi la tunique de clarté, toi qui te drapes de lumière comme d’un manteau, trésor de tendresse, ô Christ notre Dieu. »

6. La chrismation
La chrismation consiste à oindre d’huile sainte une personne baptisée afin qu’elle reçoive le don du Saint Esprit. Alors que par l’immersion le baptisé meurt et ressuscite avec le Christ, celui qui est chrismé reçoit par ce mystère le don de l’Esprit Saint.

Ce don de l’Esprit Saint est celui qu’ont reçu les Apôtres le jour de la Pentecôte, scellant l’Église dans un même Esprit. En tant que tel, la chrismation est essentielle à l’appartenance du baptisé à l’Église comme participation et communion au l’Esprit de Dieu. C’est, en effet, par la Chrismation qu’une personne devient un membre du laos, le peuple de Dieu. L’évêque orthodoxe Kallistos (Ware) de Diokleia explique en ce sens :

« À travers la Chrismation, tout membre de l’Église devient un prophète, et reçoit une part de la royale prêtrise du Christ ; de même tous les chrétiens, parce qu’ils sont chrismés, sont appelés à agir comme témoins conscient de la Vérité. “Vous avez reçu l’onction (chrisma) de la part de Celui qui est Saint, et vous connaissez toutes choses” (I Jean 2:20). »

La chrismation dans l’Église orthodoxe suit immédiatement le baptême dont on considère qu’elle en est comme l’achèvement et fait partie intégrante de son office, c’est-à-dire de l’intégration du baptisé dans la vie du Christ et de son Corps mystique qu’est l’Église Orthodoxe.

La chrismation consiste à oindre le nouveau chrétien une huile sainte appelée Saint Chrême (en grec, myron) afin qu’il reçoive le don du Saint Esprit. Le Saint Chrême ou Myron est un “mélange de quarante huiles essentielles et d’huile d’olive” (Gialopsos, 35) consacré par l’évêque. Le chrétien est oint par un signe de croix avec cette huile successivement sur son front, ses yeux, ses narines, ses lèvres, ses oreilles, sa poitrine, ses mains et ses pieds. Chaque fois, le prêtre administrant le sacrement dit : « Le sceau du don de l’Esprit Saint ».

Consécration de l’Évêque Justin de Hvosno, Vicaire du Patriarche Serbe


Sa Sainteté Porfirije, Patriarche Serbe a officié la Sainte Liturgie Épiscopale et le rite solennel de consécration du Très Vénérable Archimandrite Justin (Jeremic) élu et proclamé au rang d’Évêque de Hvosno, Vicaire du Patriarche Serbe, en l’église cathédrale de Saint Sava dans le quartier de Vracar, le 12 septembre 2021.

Le Primat de l’Église orthodoxe serbe a été assisté dans la célébration par Sa Béatitude Jovan, archevêque d’Ohrid et métropolite de Skopje ; Leurs Grâces Évêques Vasilije de Srem, Nikanor de Banat, Irinej de Backa, Dositej de Grande-Bretagne-Scandinavie, Pahomije de Vranje, Jovan de Sumadija, Fotije de Zvornik-Tuzla, Atanasije de Milesevo, Arsenije de Nis, Kirilo de Buenos Aires-Amérique du Sud , Nikodim de Dalmatie, Heruvim d’Osek-Polje et Baranja, Isihije de Valjevo, Antonije de Moravica, David de Stobi, Stefan de Remesiana, Metodije de Dioclea élu évêque de Budimlje-Niksic ; Jerotej de Toplica, Georgije (à la retraite) du Canada et Konstantin (à la retraite) d’Europe centrale; les évêques élus Damaskin de Mohacs, Sava de Marca et Jovan de Hum ; du clergé et des hiéromoines de nombreux diocèses de l’Église serbe.

En remettant la crosse pastorale à Mgr Justin, Sa Sainteté Porfirije, Patriarche serbe a indiqué :

Aujourd’hui, nous avons eu un événement spirituel joyeux, surtout parce que nous avons participé au mystère du Royaume des Cieux par la communion avec le Corps et le Sang Saints de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, qui est le Chef de l’Église, qui est présent dans sa plénitude dans la Sainte Liturgie. Et là où Il est, là est le Royaume des Cieux. Du mystère de la Sainte Liturgie, qui est précisément la présence du Royaume des Cieux parmi nous, sont tous les autres mystères de l’Église.Parce que la Liturgie, le Mystère du Salut, est accomplie par le Seigneur Crucifié et Ressuscité Lui-même, et à sa place et à son image, depuis les temps apostoliques jusqu’à aujourd’hui, l’Église a établi des évêques. Aujourd’hui, nous avons eu la grande bénédiction spirituelle d’avoir la consécration d’un autre nouvel évêque de l’Église.

Cher évêque Justin, aujourd’hui, vous avez été élevé au plus haut service dans l’Église du Christ. Vous avez reçu le plus grand honneur possible par la descente du Saint-Esprit de la même manière qu’Il est descendu le jour de la Pentecôte et a constitué l’Église du Christ dans le monde. Le service de l’Évêque est par excellence le service du Christ. Et cela signifie qu’en plus de l’honneur que vous avez reçu, vous avez reçu la responsabilité de servir la Sainte Liturgie au nom du Christ, et je veux mettre cela dans votre cœur. La sainte liturgie est vraiment votre tâche et la tâche de tous les évêques. S’il n’y avait rien d’autre, ne serait-ce que cela, vous avez rempli votre service, car si nous servons la Sainte Liturgie et si tout est basé sur elle, tout le reste sera fait au bon moment et dans la bonne mesure, a déclaré le Patriarche Porfirije.

 

En plus de la famille et des amis de Mgr Justin, la cérémonie de consécration a été rehaussée par la présence du directeur du Bureau de coopération avec les Églises traditionnelles et les communautés religieuses de la République de Serbie, le Dr Vladimir Roganovic ; l’ Archevêque catholique romain de Belgrade M. Stanislav Hocevar, le représentant de la communauté monastique de Taizé en France, Frère Richard ; le colonel Stevica Karapandzin du Département de la tradition et des anciens combattants de l’armée serbe, des représentants du corps diplomatique et des églises traditionnelles et des communautés religieuses, des personnalités publiques éminentes de la vie culturelle et publique de la Serbie et de la région.

Consécration de l’Archimandrite Justin comme Évêque de Hvosno

Lors de la session ordinaire tenue à Belgrade du 24 au 29 mai 2021, la Sainte Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe a élu l’archimandrite Justin (Jeremic) comme vicaire du patriarche serbe, avec le titre d’évêque de Hvosno.

L’archimandrite Justin est né le 22 juin 1982 à Ruma de son père Milos et de sa mère Olga. Il a terminé l’école primaire dans sa ville natale, d’où, avec la bénédiction de l’évêque Vasilije de Srem, s’est inscrit au Séminaire théologique de St. Arsenije Sremac à Sremski Karlovci.

La diligence envers la théologie et l’amour du culte, mais aussi envers la vie et les actes monastiques, ont déterminé le chemin de vie ultérieur du jeune théologien, alors Mgr Vasilije a décidé qu’avant la fin de la cinquième année, en mars 2002, il serait tonsuré à Fruska. Gora. au monastère de Velika Remeta.

Peu de temps après, en la fête de l’Annonciation. le moine Justin a été ordonné au rang de hiérodiacre dans le monastère de Krusedol. Après le séminaire, qu’il termina comme le meilleur élève de la génération, il s’inscrivit à l’Académie théologique de Moscou sur la recommandation de l’évêque compétent. Avant de partir pour Moscou, en octobre 2002, il a été ordonné hiéromoine au monastère de Velika Remeta.

Au cours de ses études, il a développé un amour particulier, mais aussi des connaissances dans le domaine de la liturgie, ainsi au cours de la quatrième année d’études, il a été nommé professeur de pratique liturgique dans l’église de protection de l’Académie, à travers laquelle il a enseigné aux prêtres nouvellement ordonnés. -étudiants sur Typikon et l’achèvement correct du culte par ailleurs très exigeant de l’Église orthodoxe russe.

En 2006, il est diplômé de l’Académie théologique, soutenant sa thèse sur « L’hésychasme dans le monachisme serbe aux XIIIe et XIVe siècles ». Au cours de ses études, en tant que meilleur étudiant étranger, il a reçu une bourse spéciale du Fonds du patriarche de Moscou et de toute la Russie Alexei I.

À son retour de Moscou en 2006, il a été affecté aux frères du monastère abandonné de Stari Hopov sur Fruska Gora. Malgré les difficultés, la jeunesse et l’inexpérience, il parvient, avec ses frères, à restaurer ce sanctuaire abandonné de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à leur arrivée, tant matériellement que spirituellement.

Avec la bénédiction de l’évêque de Srem, Vasilije et du Saint-Synode des évêques, en 2008, il a été envoyé aux études de troisième cycle à la Faculté de théologie d’Athènes, où il est resté jusqu’en 2013, date à laquelle, avec la bénédiction de l’évêque d’Europe occidentale , il s’installe à Paris. Il a exercé les fonctions de curé à Lyon et à Dijon, ainsi qu’à la paroisse Saint-Sava à Paris. L’Evêque LUKA le rattache canoniquement au Monastère Saint Gény de Lectoure, seul monastère orthodoxe d’hommes en France de l’Eglise serbe.

Le jour de l’Épiphanie en 2015, il a été décoré du rang de protosynchellos, et le 30 octobre 2016, il a été ordonné au rang d’archimandrite.

Il traduit activement des textes liturgiques du russe et du grec, dont certains sont publiés dans les revues Istina, Vidoslov et Srpski Sion. Il a écrit le Service au Saint Vénérable Martyr Raphaël de Sisatovac. Il parle russe, grec et français.

L’acte de proclamation de l’évêque élu de Hvostan sera exécuté dans l’ancienne cathédrale Saint-Michel-Archange à Belgrade le samedi 11 septembre 2021, à partir de 18 heures.

La Sainte Liturgie avec la consécration épiscopale sera célébrée par Sa Sainteté Porfirije, Patriarche serbe, avec les frères archevêques et prêtres, dans l’église cathédrale de Saint Sava dans le district de Vracar le 12 septembre 2021 à 9 heures.

Visites Estivales à Saint Gény

Pendant ces deux mois de vacances, nous avons reçu de nombreux fidèles venus prier à la Basilique en ces temps difficiles pour leurs familles, mais aussi pour la France et les malades.