Monastère orthodoxe Saint-Gény ✙ Doyenné Saint-Jean-Cassien

0EGLISE ORTHODOXE SERBE

DIOCÈSE DE FRANCE ET D’EUROPE OCCIDENTALEЕПАРХИJЕ ЗАПАДНОЕВРОПСКЕ


Visite virtuelle à 360°
(faites pivoter la vue avec votre souris)


Consultez le Cassianum d’octobre 2019, actualités mensuelles de la Fraternité de l’Eglise Orthodoxe Serbe en Languedoc & Gascogne Bordeaux – Dénat d’Albi – Lectoure – Nérac d’Albret – Tarbes – Toulouse


LES DERNIERS ARTICLES

Fête de la Paroisse de Nérac

Mes Bien Chers Frères en Christ,

     La dévotion aux Saints Anges et aux Saints sont de celles qui se recommandent le plus à tous les chrétiens, en raison de leur mission qu’ils remplissent auprès de nous. Parmi eux, il en est qui se désignent très spécialement à notre culte; c’est le Prince de la Milice céleste, Saint Michel, et la vierge martyre Foy de l’Agenais et de l’Albret. Comme chrétiens et comme français, nous avons à leur faire une part dans notre piété, et c’est pour cela que cette église de Nérac est sous le patronage des deux.

     Nous devons les honorer d’abord en tant que chrétiens.

     Vous savez le rôle que l’Archange a joué à l’origine des temps. À la tête des cohortes angéliques, il a vengé les droits de Dieu outragés par la révolte de Lucifer et de ses partisans.

Depuis lors, la lutte commencée au ciel s’est continuée sur la terre. C’est là que les démons se réfugient pour y dévorer leur honte et assouvir contre Dieu, contre Jésus Christ, contre la Mère de Dieu, contre l’Église, leur implacable haine. Dans leur effroyable infortune, ils ne goûtent plus d’autre volupté que celle de faire des révoltés, de pervertir toute intelligence, tout cœur, toute volonté, de s’assurer des complices pour la destruction de cette «Femme» immortelle dont parle St Jean dans son Apocalypse, et qui se nomme l’Épouse du Christ, l’Église.

     Et la lutte n’a pas cessé au long des âges, elle se poursuit toujours plus acharnée, plus savante de nos jours. Tandis qu’à la suite des persécutions des premiers siècles elle s’était localisée sur quelques points du globe, de nos jours, c’est de toutes parts qu’elle se déchaîne, ici ouverte, là hypocrite et sournoise, partout avec une fureur telle que nous pouvons nous demander si ce n’est pas l’heure dont parle la liturgie.


     Afin de la soutenir dans cette terrible guerre, Dieu a confié son Église à la protection de St Michel, et notre région à celle de Sainte Foy. Dès le VIIème siècle St Grégoire le Grand disait : «Chaque fois que, dans l’Église, un acte de vaillance s’accomplit, c’est, d’après la tradition, à Saint Michel qu’on l’attribue.»

     Il n’y a donc pas à s’étonner de la place d’honneur qui lui est faite dans la Liturgie. Deux fêtes lui sont consacrées: celle de son Apparition au Mont-Gargan, en Italie, le 8 mai 61O, et où nous avons accompagné un groupe de 50 fidèles de notre Fraternité, et celle que nous célébrons aujourd’hui, et qui est fêtée au Mont Saint Michel, entre Bretagne et Normandie. Nous croyons en effet à l’action de Satan et de ses suppôts, à travers le monde, et en même temps nous savons que l’Archange est indiqué comme sauvegarde contre  leur méchanceté et contre leurs embûches.

     Nous, fils et filles de France, nous avons en outre une raison nationale d’honorer et de prier St Michel, c’est qu’il est le défenseur attitré de notre Patrie.

     Chaque nation a son ange tutélaire. Or, depuis longtemps, nos pères ont choisi St Michel comme patron de la France. En 709, dans l’Église indivise, il apparaissait sur un rocher aride, qui surgit, tel un géant, au milieu des flots de l’Atlantique. Il demandait qu’une chapelle lui fût bâtie. Des prodiges s’y accomplirent. À la fin de ce même VIIIème siècle, Charlemagne y vint en pèlerinage, peu après, il fit proclamer l’Archange : « Patron et Prince de l’Empire des Gaules », et il voulut que son image fût peinte sur ses étendards. À partir de ce moment, St Michel devint et se montra le soldat de la France, contre les incursions des Anglais en particulier et de tout ennemi de notre terre sacrée.

     Qui ne voit que dans les circonstances présentes, en plein paganisme où notre terre est vendue, le recours à St Michel s’impose à tout chrétien français ? Si notre territoire n’est plus envahi comme aux siècles passés, il reste toujours fortement menacé par la perversion des mœurs, l’appât des gains mal gagnés, l’immoralité légalisée et nous n’avons pas tout vu dans certaines lois que l’on voudrait nous imposer.

     Mais c’est surtout à l’intérieur, comme au temps de Jeanne d’Arc, que des factions perverses se disputent le pays et mettent en péril son existence même. Satan met la division dans tous les rangs de la société, affaiblit par tous les moyens le sens religieux, le sens moral et jusqu’au patriotisme lui-même dont on n’ose plus même citer le nom.

     La dévotion à St Michel et à Ste Foy est donc, pour les chrétiens de France et de notre Province, plus opportune que jamais, puisque notre patrie et notre région sont des points stratégiques des forces du mal.

     Aussi bien, tournons-nous vers le Prince de la milice céleste et notre Sainte Martyre: redisons-leur avec toute notre confiance la prière quotidienne: qu’ils daignent refouler les forces du mal, le démon des discordes et de l’immoralité; qu’ils daignent nous aider à regagner les hauteurs dans la paix, pour la grandeur de la France, de l’Aquitaine et du Languedoc et pour le triomphe de l’Église.    Amen

Sermon de Saint Grégoire le Grand pour la fête de l’Archange Saint Michel

Le témoignage des saintes Écritures nous apprend qu’il y a neuf chœurs d’Anges, les Anges, les Archanges, les Vertus, les Puissances, les Dominations, les Trônes, les Chérubins et les Séraphins. Le nom des Anges et des Archanges se trouve à presque toutes les pages du Livre saint. Les prophètes nomment souvent les Chérubins et les Séraphins. L’apôtre saint Paul nomme quatre autres ordres d’Anges, dans son épître aux Éphésiens: Au-dessus de toute principauté, de toute puissance, de toute vertu et de toute domination. (Éphes. 1. 21.) Il dit encore en écrivant aux Colossiens: Soit les Trônes, ou les Puissances, ou les Principautés, ou les Dominations. Voilà donc les neuf ordres d’Anges.

L’ Ange fut créé le premier. Dieu lui dit par le Prophète : Tu es le sceau de ma ressemblance; je t’ai placé, rempli de sagesse et de gloire, au milieu des délices de mon paradis. (Ezéch. XXVIII. 22 et 13.) Remarquons ici que l’Ange n’a pas dit, fait à la ressemblance de Dieu, mais le sceau de sa ressemblance. Plus sa nature est pure et subtile, plus elle retrace avec perfection l’image divine. Le Prophète ajoute bientôt après: Vous êtes revêtu de toute sorte de pierres précieuses: on voit briller autour de vous la cornaline, la topaze, le jaspe, la chrysolithe, l’onyx, le béryl, le saphir, le diamant et l’émeraude. Par ces neuf sortes de pierres précieuses, le Prophète désigne clairement les neuf ordres d’Anges. Cette énumération des différents cœurs d’Anges serait oiseuse, si nous n’exposions en même temps leurs diverses attributions.

Le nom d’Anges en grec veut dire envoyés, et celui d’Archanges messagers suprêmes. Le nom de ces esprits célestes leur vient donc, non de leur nature, mais de leurs fonctions. Ces habitants de la divine patrie ne portent pas au ciel ce nom; ils ne l’obtiennent que lorsque Dieu les envoie annoncer ses volontés. Il fait, dit le Psalmiste, des Esprits ses Anges (Ps. CIII. 4); c’est-à-dire, que ceux qui sont toujours des Esprits deviennent, quand il veut, ses messagers. Les Anges sont ceux qui annoncent les évènements ordinaires, les Archanges sont les messagers des grands évènements. Aussi n’est-ce pas un Ange, mais l’archange Gabriel que Dieu envoie à la Mère de Dieu. Il était juste de faire porter par le plus éminent des esprits célestes la nouvelle du plus auguste des mystères. Quelques-uns de ces esprits sont désignés par l’Écriture sous des noms particuliers, qui servent à indiquer les missions qu’ils ont à remplir. Dans la cité sainte, que remplit toute entière la science et la vision de Dieu, les Anges ont chacun leur nom qui sert à les distinguer l’un de l’autre; mais lorsqu’ils viennent apporter quelque nouvelle à l’homme, ils prennent un nom en rapport avec le service qu’ils font. Michel veut dire: qui est comme Dieu ?


Gabriel signifie force de Dieu et Raphaël, remède de Dieu. Michel est donc envoyé toutes les fois qu’il s’agit de quelque acte éclatant, afin de faire comprendre que nul ne peut lutter avec Dieu. Le vieil ennemi avait voulu par orgueil se rendre semblable à Dieu; il avait dit: Je monterai au ciel, je siégerai sur la montagne de l’alliance, dans les flancs de l’Aquilon; je monterai sur la hauteur des nues et je serai semblable au Très-Haut. (Isaïe XIV. 13.) Mais à la consommation des temps, il sera abandonné à ses propres forces, il subira un terrible châtiment, l’archange Michel combattra contre lui, au témoignage de saint Jean: II y eut alors un combat avec l’archange Michel. (Apoc. XII. 7) Dans son orgueil il avait voulu s’égaler à Dieu; terrassé par Michel, il apprendra que, par l’orgueil, personne ne peut se rendre semblable à Dieu.

Gabriel, dont le nom signifie force de Dieu, est envoyé à la Mère de Dieu. Il venait annoncer en effet l’avènement de Celui qui daigna paraître faible, pour briser les puissances de l’air, de Celui dont parle ainsi le Psalmiste: Ouvrez vos portes, ô princes, ouvrez-vous, portes éternelles, afin de livrer passage au roi de gloire. Qui est ce roi de gloire ? C’est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans le combat. Il ajoute: Le Seigneur des vertus est le roi de gloire. (Ps. XXIII, 9) Il appartenait donc à la force de Dieu d’annoncer le Seigneur des vertus, le Seigneur puissant dans le combat, qui venait livrer bataille aux puissances de l’air. Nous avons dit encore que Raphaël signifie remède de Dieu. En effet il est envoyé à Tobie pour guérir son aveuglement en lui touchant les yeux. Sa mission de guérir justifie donc le nom que lui donne l’Écriture.

Après avoir interprété le sens du nom des Anges, il nous reste à expliquer les dénominations que portent les différents ordres de ces esprits célestes. Le nom de Vertus désigne ceux dont Dieu se sert le plus souvent pour opérer ses prodiges et ses miracles. On nomme Puissances ceux qui ont plus spécialement que les autres le pouvoir de soumettre les puissances ennemies, et de les empêcher de prévaloir, par leurs tentations, sur le cœur des hommes autant qu’ils le voudraient. Les Principautés sont ceux qui commandent aux autres esprits de la hiérarchie céleste. Ils prescrivent aux Anges qui leur sont soumis ce qu’il doivent faire, et les envoient remplir leurs divines fonctions. Les Dominations sont plus élevées encore: La principauté indique en effet le premier rang parmi les autres, la domination désigne une autorité absolue. Ces phalanges angéliques sont donc appelées Dominations, en raison de la soumission et de l’obéissance que leur doivent les autres cohortes de la milice des cieux. Les Trônes sont les esprits que Dieu a élevés comme juges au dessus de tous les autres. En latin, le mot de trône signifie siège. Ils sont donc appelés les Trônes de Dieu ceux qui son comblés d’une grâce divine si abondante, que le Seigneur siège en quelque sorte sur eux, et rend par eux ses jugements. Tu sièges sur le trône, ô Toi qui juge avec équité. (Ps. IX, 5.) Le nom de Chérubin signifie plénitude de la science. Il appartient aux esprits les plus sublimes, remplis d’une science d’autant plus parfaite qu’ils contemplent de plus près la splendeur de Dieu. De même, parmi les hommes, on acquiert plus de science, à mesure que le mérite fait approcher davantage de la vue du Créateur. On appelle Séraphins ces esprits célestes placés si près de Dieu, qu’ils en sont enflammés du plus vif amour. Ce nom veut dire ardents et embrasés. Ils approchent Dieu de si près, qu’il ne se trouve entre eux et lui aucun autre esprit ; et c’est cette proximité qui les enflamme de tant d’ardeur. Plus en effet on contemple distinctement la splendeur de sa divinité, plus les cœurs sont brûlés de son amour.
Mais de quelle utilité, mes Frères, serait cette dissertation sur les esprits angéliques, si nous n’y trouvions des considérations propres à favoriser notre progrès dans la vertu ? La cité céleste se compose d’Anges et d’hommes, et suivant une sainte tradition, il doit y entrer autant d’hommes qu’il y a eu d’Anges fidèles. Les nations, dit l’Écriture, ont été limitées selon le nombre des Anges. (Deut. XXXII. 8.) Nous devons donc, de ces distinctions établies entre les différents ordres d’Anges, tirer quelques conclusions qui soient pour nous d’une utilité pratique, et qui nous enflamment d’un saint zèle pour avancer dans la perfection. Puisque les hommes doivent se trouver en même nombre que les Anges dans la céleste patrie, ils devront être distribués comme eux dans les rangs d’une même hiérarchie et cette répartition doit encore se reconnaître sur la terre, parmi les justes.

Un très grand nombre ne reçoivent que des grâces peu étendues, et néanmoins ils ne cessent de les annoncer pieusement à leurs frères. Ils remplissent ici-bas le rôle d’Anges. Quelques-uns ont été comblés plus abondamment des faveurs divines : les grands mystères du ciel leur ont été révélés et ils les annoncent. Nous leur assignerons un rang correspondant à celui des Archanges. Il en est d’autres qui chassent les malins esprits des corps des possédés, et qui les dispersent par la vertu de leurs prières et par le pouvoir tout spécial qu’ils ont reçu de Dieu. Ce sont en quelque sorte les Puissances de la terre.
D’autres encore s’élèvent par leur mérite au-dessus des élus. Ils sont meilleurs que les bons et ils ont le premier rang parmi les justes. Ce sont les Principautés. Quelques-uns se sont les Dominations. C’est pour cela que Dieu dit à Moïse : Je t’ai établi comme le Dieu de Pharaon. Il en est
d’autres qui, se maîtrisant eux-mêmes par une vigilance attentive et pesant toutes leurs actions avec une inquiète sollicitude, toujours pénétrés de la crainte de Dieu, reçoivent en récompense de leurs mérites l’insigne faveur de juger les autres. Pendant que leurs esprits sont plongés dans la contemplation divine, le Seigneur résidant en eux comme sur son trône, examine les actions des autres hommes, et, par ses jugements, règle toutes choses d’une manière admirable. Ne devons-nous pas les appeler les Trônes de leur Créateur ? Ne doivent-ils pas prendre place parmi les trônes célestes? D’autres sont remplis d’un si vif amour pour Dieu et le prochain, qu’ils méritent justement le nom de Chérubins. Ce nom, nous l’avons déjà dit signifie plénitude de science; et l’apôtre saint Paul nous apprend que la plénitude de la loi est la charité. Tous ceux donc qui sont vivement enflammés que les autres d’amour de Dieu et du prochain, qu’ils méritent d’être élevés au rang des Chérubins. D’autres, enfin, embrasés du feu divin de la contemplation, soupirent uniquement après leur créateur. Ils ne désirent plus rien en ce monde; ils n’ont plus d’amour que pour les biens éternels; ils rejettent avec mépris toutes les richesses de la terre; leur esprit s’élève au-dessus de tous les biens temporels; enflammés de zèle et d’amour, ils ne trouvent de repos que dans la satisfaction de leur ardeur. Ils brûlent d’amour, et leurs paroles enflamment les autres; tous ceux qui entendent leur voix sont aussitôt embrasés d’amour pour Dieu. Ne sont-ils pas de vrais Séraphins, eux dont le cœur est cette flamme dévorante, qui éclaire aux yeux de l’esprit les célestes demeures, et qui purifie et consume toute iniquité !

Ô mes très-chers Frères, pendant que je vous parle, rentrez en vous-mêmes; scrutez avec attention toutes vos œuvres, toutes vos pensées les plus secrètes; voyez si vous avez au-dedans de vous quelque chose de bon, si vous méritez d’être admis dans un de ces ordres, dont je viens de vous faire une énumération rapide. Malheur à l’âme qui ne se reconnaît dans aucun des trais du tableau que j’ai tracé; malheur surtout à celle qui reconnaît, sans en gémir, qu’elle est privée de tout mérite. S’il en existe parmi vous, mes Frères, gémissons sur elle, gémissons de son insensibilité. Que la contemplation des faveurs reçues par les élus fasse naître en vous le désir de vous élever par votre mérite à la même dignité. Que celui qui ne reconnaît pas en lui-même le don de grâces, s’en afflige sincèrement. Que celui qui se voit moins favorisé que les autres, ne conçoive contre eux aucun sentiment d’envie; car dans la hiérarchie céleste, les différents ordres sont subordonnés les uns aux autres.

Saint Denis l’aréopagite, l’un des plus anciens et des plus vénérables pères de l’Église, rapporte que les missions extérieures sont remplies par les derniers rangs de la milice angélique, et que ce sont les Anges et les Archanges qui viennent, d’une manière visible ou invisible, apporter aux hommes les consolations de Dieu. Les ordres supérieurs ne quittent jamais le séjour du ciel; les onctions dont ils sont chargés ne s’exercent pas au dehors. Un passage du prophète Isaïe semblerait contredire cette assertion: Un des Séraphins vola vers moi, tenant à sa main un charbon qu’avec des tenailles il avait enlevé de l’autel, et il en toucha ma bouche. (Isaïe VI.6.) Mais le prophète veut indiquer ici que les esprits envoyés par le Seigneur tirent parfois leur nom de la mission qu’ils remplissent. Cet Ange, qui va prendre sur l’autel un charbon pour purifier les péchés de la langue porte ici le nom de Séraphin, qui signifie embrasement. Nous citerons à l’appui ce passage de Daniel: Des milliers de milliers d’Anges le servaient, et un million de centaines de mille l’entouraient. (Dan. VII. 10.) Il y a ne différence entre servir et entourer; ceux-là le servent, qui sont auprès de nous les messagers de ses ordres; mais eux qui l’entourent, jouissent d’une contemplation si profonde que Dieu ne les envoie jamais au dehors.


L’Écriture nous parle bien de certaines choses faites soit par les Chérubins, soit par les Séraphins; mais est-ce par eux-mêmes ou par les ordres d’Anges qui leur sont soumis, qu’ils accomplissent ces choses, c’est une question que nous ne voudrions trancher ni dans un sens, ni dans l’autre en l’absence de preuves concluantes. Ce que nous savons toutefois d’une manière certaine, c’est que souvent les esprits célestes en envoient d’autres accomplir quelque mission divine. Ainsi nous trouvons ce passage dans le prophète Zacharie : Voici que l’Ange qui parlait en moi, s’en allait; et voici qu’un Ange venait à sa rencontre, et lui dit: Cours, et va dire à cet enfant que la nouvelle Jérusalem ne sera pas entourée de murs. (Zach.II.3)

Ces mots cours et va dire ne laissent aucun doute sur ce point. Or ce sont les ordres inférieurs qui sont envoyés et les ordres supérieurs qui envoient.

Les missions extérieures que les Anges remplissent auprès de nous, ne les détournent pas cependant de la contemplation intérieure. Tout en venant sur la terre, ils n’en restent pas moins autour du trône de Dieu. En effet, si l’esprit angélique est limité, l’Esprit suprême, Dieu n’a point de limites. Pendant leurs missions, les Anges sont toujours devant lui; car ils rencontrent Dieu partout où ils dirigent leur vol et toujours ils sont en lui.

Il faut remarquer aussi que souvent les Anges d’un ordre empruntent le nom de l’ordre voisin. Nous avons dit que les Trônes, c’est-à-dire, les sièges de Dieu constituent spécialement l’ordre des Esprits bienheureux; et cependant nous trouvons dans le Psalmiste: Apparaissez, ô Toi, qui siégez sur les Chérubins. (Ps. LXXIX. 2.) Il y a ici confusion de termes, confusion produite par le voisinage et les traits de ressemblance de ces deux ordres. C’est ainsi que dans une grande ville, il est certaines attributions qui, bien que communes à tous les citoyens, sont plus spécialement l’apanage d’une certaine classe. De là une dénomination qui, tout en pouvant s’étendre à tous, les désigne d’une manière particulière. Le terme de Séraphin signifie embrasement; tous les Anges cependant brûlent à la fois d’amour pour leur Créateur. Chérubin désigne plénitude de science; or qui peut ignorer quelque chose dans ce séjour où tous jouissent en même temps de la vue de Dieu, qui est la source de la science ? Les Trônes sont ces légions célestes où réside le Créateur; mais personne ne peut-être heureux, si son Créateur ne réside
pas sans cesse en son cœur. Enfin les attributions diverse auxquelles tous participent en général, servent à désigne particulièrement ceux qui les possèdent d’une manière plus spéciale. Car si quelques ordres semblent avoir des privilèges que n’ont pas les autres, comme les Dominations et les Puissances, par exemple, cependant en général, tout au ciel appartient à tous, et l’Esprit de charité les comble tour-à-tour des mêmes faveurs.

Mais tandis que nous explorons les célestes demeures et que nous en sondons les sublimes mystères, nous nous laissons écarter de notre but. Aspirons donc à la félicité de ces Esprits bienheureux, mais rentrons aussi en nous mêmes. Souvenons-nous que nous sommes chair ; et au lieu d’interroger curieusement les secrets du ciel humilions-nous aux yeux de notre Créateur, et avec la main de la pénitence, effaçons les taches de notre corruption.

Amen.

Fête patronale de la paroisse de Bordeaux

Mes Bien Chers Frères d’Aquitaine,      Dieu est admirable dans toutes ses œuvres, parce qu’elles sont toutes marquées au coin de sa sagesse et empreintes du sceau de sa puissance. Cependant  parmi les ouvrages divins il y a de la variété, tous ne sollicitent pas au même degré notre admiration. Où trouverons-nous ceux qui sont … Continuer la lecture de Fête patronale de la paroisse de Bordeaux

0 commentaire

Interview exclusive du patriarche Irénée au quotidien belgradois « Politika » à l’occasion du 800e anniversaire de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe serbe

10 octobre 2019 par Jivko Panev À l’occasion du grand jubilé de l’Église orthodoxe serbe, qui fête le huitième centenaire de son autocéphalie, le patriarche de Serbie Irénée a accordé une interview exclusive au quotidien belgradois « Politika ». Le primat de l’Église serbe a évoqué la signification de ce grand événement qui, au cours des semaines suivantes sera … Continuer la lecture de Interview exclusive du patriarche Irénée au quotidien belgradois « Politika » à l’occasion du 800e anniversaire de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe serbe

0 commentaire

Baptêmes d’Élisa et Léonie à Dénat (Albi)

Le samedi 28 septembre 2019 en l’église St Denys – Prophète Élie à DENAT d’ALBI, les Pères ANGELO, ANTOINE et GUILHÈM ont baptisé : ÉLISA-MARIE Lecointre née à Albi le 11.03.2010 LÉONIE-LAURA Lecointre née à Albi le 25.06.2017 en présence des Parents Alexandre et Aurélie, née Mazens, des parrain Christophe et marraine Carole (Élisa), des parrain … Continuer la lecture de Baptêmes d’Élisa et Léonie à Dénat (Albi)

0 commentaire

Une halte sur le chemin de Saint-Jacques

Fidèles sur le chemin de Saint-Jacques du Puy à Compostelle s’arrêtent à Saint-Gény de Lectoure et sont accueillis à Béthanie. LE CHEMIN DE COMPOSTELLE. C’est l’évêque GOTESCALC du Puy-en-Velay qui fut le premier pèlerin “officiel” de Compostelle. C’est encore la période de l’Église indivise, en 950 ou 951 que le digne Évêque du Velay s’élance … Continuer la lecture de Une halte sur le chemin de Saint-Jacques

0 commentaire

Slava de Vincent (Bordeaux) en l’honneur de Saint Romain

Le 31 août, le Père Alain, recteur de la paroisse de Bordeaux a célébré l’office de la slava pour Vincent en l’honneur de Saint Romain.

0 commentaire

www.plupla.fr
www.plupla.fr

Découvrez le site du Doyenné : www.PLUPLA.FR

✙  ✙  ✙