Concert de la Maîtrise et Chantres de Saint-Joseph de Lectoure









Exaltez le Seigneur !

Mes bien Chers Frères, en Christ !

   Nous sommes heureux de vous recevoir pour la seconde année en cette Basilique Saint Gény.

    Vous me permettrez de remercier, au nom de l’Église orthodoxe serbe et au notre qui desservons ce lieu de culte ancestral, de l’Église indivise, la Maîtrise et Chantres de St Joseph et de les féliciter du pieux plaisir qu’elle nous procure aujourd’hui.


    C’est, en effet, un vrai régal de vous entendre. Vous vous trouvez dans une communauté où l’on sait apprécier la belle musique : grâce à vos chanteurs et chanteuses, nous avons la joie d’en goûter, des spécimens choisis. Ici donc on ne saurait être insensible à votre exécution, qui touche à la perfection.

    La musique et le chant ont toujours été en honneur dans l’Église, et dans l’Orthodoxie tous les offices,  des dimanches et en semaine, sont chantés entièrement.
    Le chant fut, au cours de ses offices et depuis les temps les plus reculés, une des formes les plus goûtées de la prière. Et c’est un de ses plus illustres Pères, St Augustin, qui disait : « qui chante bien prie deux fois »

    Quand Charlemagne demanda d’ouvrir partout des écoles populaires gratuites, l’Église accepta ce programme qui lui souriait : en plus de la lecture, de l’écriture, du calcul, il exigea que le clergé enseignerait la musique et le chant.

   Les Églises ont d’ailleurs des chants qui leur sont propres, et qui n’a cessé de faire l’admiration des artistes de tous les temps. Elles y tiennent beaucoup, elles l’ont restauré naguère, en les ramenant à leur pureté primitive.

     Mais elles ne condamnent pas pour autant la polyphonie, celle dont vous jouissez cet après-midi. Au contraire, elles l’encouragent de tout son pouvoir ; elles l’admettent chez elles, à condition qu’elles-mêmes respectent la liturgie.

    Aux musiciens, l’Église a donné une Patronne céleste, et elle l’a choisie parmi mes plus grandes et les plus pures sainte de son histoire de l’Église indivise : la vierge Cécile .

Mosaïque de Sainte Cécile

     Comme ils ont fait naître les plus merveilleuses fresques, nos Mystères chrétiens, la Vie de nos Saints ont inspiré aux artistes, anciens et modernes, en même temps que les sublimes icônes, leurs plus splendides compositions musicales. Et quel plaisir, quelle émotion de les entendre exécuter avec talent par nos Maîtrises et nos Chorales !

    Par la musique vocale, plus qu’instrumentale, l’Église se propose, non point de nous distraire, mais de nous faire mieux prier, d’élever plus haut nos âmes et nos cœurs : jusqu’au ciel, où Dieu règne dans sa gloire.

Père David, Archiprêtre de la Cathédrale Sts Gervais & Protais de Lectoure, aumônier de la Maîtrise et Chantres de St Joseph, des écoles, collège et lycée chrétiens de la cité

    Là-haut, on chante aussi et l’on fait de la musique, comme nous l’explique Saint Jean dans son Apocalypse : « jouant de leurs cithares, ils chantaient comme un cantique nouveau, devant le trône » « tenant les harpes de Dieu, ils chantaient le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau disant : « Grandes et admirables sont tes œuvres, Seigneur Dieu Tout-Puissant »

    Chantons ici-bas , de notre mieux, les louanges du Bon Dieu ; et méritons de nous mêler un jour, pour toujours, au chœur des Anges et des Élus qui, au pied du trône de l’Agneau, font entendre sans se lasser, l’Alleluia et le Sanctus éternels. 

Direction: François Bonnet Arrangements: Patrice Albert

Amen

Stella slendens (Livre vermeil de Monserrat, XIV°siècle)
Miserere (Polyphonie Nanino/grégorien, XVI°siècle)
Jesu Salvator Mundi (Menegali, XVI°siècle)
Mariam matrem (Livre vermeil de Monserrat, XIV°siècle)
Lodate Dio (Giovanni Animuccia, XVI°siècle)
Salve Regina des bergers (Chant traditionnel du Rouergue)
Alle psallite cum luya (Manuscrit de Montpellier, XIII°siècle)

Visite d’élèves de l’Université Bordeaux Montaigne à Tarbes

Le Père Michel, Recteur de la Paroisse de Tarbes a accueilli, samedi 18 mai, les élèves de l’Université Bordeaux Montaigne présents en Bigorre pour la visite de différents lieux de cultes, le groupe hétérogène accompagné par leur professeur Mme Bernadette RIGAL-CELLARD  responsable du master religions et sociétés, ont été agréablement surpris par la beauté des fresques et de l’iconostase. Ils ont échangés pendant plus de deux heures.

Le groupe, bien que plus orienté sur une vision sociologique des cultes, n’est pas resté insensible au mystique que dégage notre église.

Nous pensons que notre église tarbaise sera un passage obligatoire pour les universitaires des prochaines sessions, tant leur professeur a été surprise et étonnée qu’un tel lieu de culte soit méconnu.

Le groupe de l’Université ont ensuite pris un petit goûter autour du Père Michel.

Ossuaire de Saint Babyle

Après la Divine Liturgie, pour la fête de Saint GÉNY, les fidèles se sont rendus en procession, par le cloître, aux Catacombes Saint Babyle, récemment restaurées par les Pères du Monastère.

     Chacun a pu prier dans la grotte de l’Archange Michel et vénérer l’icône en pierre, copie de celle conservée au Mont Gargan (Italie du Sud) dont elle a été rapportée lors d’un pèlerinage avec cinquante fidèles.

Crypte de l’Archange Michel

Ensuite chacun s’achemina vers la crypte, placée sous le Maître-Autel de la Basilique, où sont regroupés les ossements des moines depuis la fondation par Saint Gény jusqu’à la révolution de 1789.

Crypte

On peut prier également pour le restaurateur de la Basilique, Mgr Charles de Cortade, (182O – 1892) qui en entreprit une première restauration et décède sur place. Il repose dans le couloir de la crypte. Ses restes ont été violés et dispersés par des intrus qui pensaient trouver un trésor vers la fin du XXème siècle, mais qui n’était que spirituel.

Sépulture de l’Abbé Félix-Charles de Cortade, restaurateur au XIXème siècle

L’église St Gény a été consacrée le 25 juillet 1852 par l’Archevêque d’Auch Mgr Nicolas La Croix d’Azolette, par l’Evêque d’Agen Mgr Jean-Aimé Levezou de Luzençon. Le poète Jasmin, ami de Frédéric Mistral, déclama son poème Lou Presté sans glèiso

Ossuaire des moines

     Les 3 et 4 juin 2001 l’église fut à nouveau consacrée par le Métropolite NICOLAS de Sarajevo, l’Évêque LUKA de Paris et l’Évêque Athanase d’Herzégovine, en présence de plus de 600 fidèles . Plusieurs évêques serbes sont venus ensuite s’y recueillir.

Icône en pierre de Saint Gény (IVème siècle)

3 MAI

Dormition de notre vénérable Père GÉNIE DE LECTOURE

Œuvre du moine-prêtre Denis, 2001


PETITES VÊPRES

Lucernaire, t. 5
Te donnant au baptême ce nom, * tes parents ont fait de toi
un bon Génie, * le gardien tutélaire de Lectoure et de toute la
contrée; * c’est pourquoi les habitants de la Lomagne, en ce
jour, * et ceux de l’Armagnac te glorifient, * rendant grâces,
vénérable Père, à notre Dieu * pour ta constante et bienveillante protection.
Le génie de l’homme avait sculpté* avec art l’or et J’argent*
ainsi que la pierre pour en faire des dieux; * mais toi, par le
baptême devenu * participant de la nature même de Dieu * et
fils du Père par adoption, tu as prêché* qu’à ces matériaux
n’est pas semblable la Divinité.
Ingénieux dans le mal se sont montrés les impies* qui n’ont
pas jugé bon * de garder la connaissance de Dieu; * aussi le Seigneur
a-t-il laissé * ces mauvais génies à leur esprit dépravé; *
mais toi, vénérable Père, tu t’es ingénié* à mener vers la lumière
les esprits ingénus.
Père vénérable, tu peux te flatter * d’avoir été le guide des
non-voyants, * la lumière pour ceux qui dans les ténèbres cheminaient,*
l’éducateur des ignorants et le maître des simples, *
le père des pauvres, leur pédagogue judicieux, * toi qui possédais
dans la loi d’amour de notre Dieu* l’expression même de
la connaissance et de la vérité.

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit

Louons saint Génie, ce bienfaiteur * qui ne s’est pas contenté * d’être un homme de prière et de méditation, * mais fut pour ceux qui s’approchèrent de lui * un prédicateur de la foi, * conduisant au baptême ceux qu’il avait convertis; * après sa mort, plus vivant que jamais, * il s’est montré un véritable bienfaiteur, * guérissant sur sa tombe les aveugles pèlerins * et rassasiant les veuves pauvres de bon pain, * à l’image du Christ notre Dieu, * qui nous donne avec sa lumière la nourriture de vie.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècle, Amen.

Stavrothéotokion
Elles sont accomplies, les prophéties * te concernant, ô Vierge,
ainsi que la Croix de ton Fils: * par ta conception et ton virginal
enfantement * tu es devenue, en effet, * la porte de l’Eden
regardant vers l’orient, * par où nul n’est passé hormis le Roi
de l’univers; * en toi, comme dans le buisson embrasé, * demeura
le feu divin sans que tu fusses consumée, * de toi la
pierre d’angle s’est détachée comme de la montagne non touchée * et la sainte Impératrice, retrouvant en ce jour la vraie
Croix, * accomplit l’oracle du prophète David au sujet de ton
Fils, * car nous nous prosternons devant ce qui fut l’escabeau
de ses pieds.

Apostiches, t. 6
Heureuse la nation qui a pour Dieu le Seigneur, * bienheureux
le peuple qu’en héritage il s’est choisi, * prospère la contrée
qu’il a pourvue de saints protecteurs;* c’est pourquoi Lectoure
vénère en ce jour son bienfaiteur * et lui chante: Réjouis-toi *
qui, ayant les mains innocentes et le coeur pur,* as gravi la
montagne du Seigneur pour te tenir en son lieu saint.


Elle est précieuse devant le Seigneur,
la mort de ses amis.


Qu’une armée vînt camper contre toi,* ton coeur fut sans crainte,
Génie: *Dieu ne t’a point livré aux mains de l’ennemi, *
mais il a mis au large tes pas; * dans les eaux débordantes demeura
le Seigneur, * par ta parole sa voix a retenti sur les
eaux * pour diviser sur tes auditeurs les flammes de feu.

Bienheureux l’homme qui craint le Seigneur,
qui se plaît à ses préceptes.


Un fleuve, Seigneur, éleva la voix, * un fleuve souleva ses flots
mugissants, * dans le fracas des grandes eaux, * admirables
comme les vagues de la mer; * puis, sur les eaux débordantes
s’éleva * la prédication de ton serviteur adressée aux soldats, *
qui rendit ton témoignage vraiment digne de foi.


Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit


Admirable est notre Dieu dans les hauteurs, * les sommets des
montagnes sont à lui: * sur terre on s’attaque à la vie du juste,
on condamne à mort l’innocent, * mais le Seigneur fut un refuge
pour toi, saint Génie, * en lui tu espérais, il fut ton secours, il submergea les complots des impies * et suscita par ta parole une foule de témoins, * renonçant aux idoles des nations * pour devenir les adorateurs de la sainte Trinité.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles, Amen.

Théotokion De l’Archange imitant la voix, * chantons fidèlement * le céleste palais, * la porte scellée en vérité: * Réjouis-toi, par qui nous fut donné le Sauveur de l’univers, * le Christ source de vie et notre Dieu; * repousse, notre Dame, les ennemis de notre foi, * qui font peser sur nous leur tyrannie; * qu’ils sachent la puissance de ton bras, * Vierge sainte, espérance des chrétiens.

Solennité de Saint Gény de Lectoure

Mes Bien Chers Frères, Les peuples entourent de respect et d’honneur la mémoire de leurs grands hommes ; ils célèbrent leurs services, leur génie et veillent avec un soin jaloux sur leur tombeau.

     Bien différent est l’honneur que l’Église rend à ceux qu’elle appelle les Saints. Ceux-là sont vraiment dignes des triomphes qu’on leur décerne; l’humanité croyante est unanime à le proclamer et elle reconnaît en eux ses véritables bienfaiteurs. En eux, elle honore surtout ce qui fait l’homme grand et honorable: la vertu, et si elle entoure leurs restes de respect et de vénération, c’est à autre chose qu’à des ossements qu’elle prétend bien faire parvenir ses louanges et ses marques d’honneur. Mais, puisque la fête de ce jour nous y invite, entrons à ce sujet dans quelques amples explications.

     Quels sont les caractères de la touchante cérémonie dont vous êtes ce jour les témoins ? Que devait dire à vos âmes l’exposition des saintes reliques de Saint Gény ?

     Le culte que nous rendons aux reliques est d’abord un acte de foi. Ce n’est pas seulement un pieux souvenir que nous donnons à celui qui a vécu ici il y a plus de quinze siècles, mais nous faisons par là une triple affirmation.

     Nous affirmons d’abord l’immortalité de l’âme humaine. Ces ossements nous rappellent un être qui a cessé de vivre ici-bas, c’est vrai, mais qui continue à vivre ailleurs, d’une vie plus pleine, plus réelle, plus intense et sans fin.

     Nous affirmons en second lieu que le bonheur existe au-delà de la tombe, que les saints en jouissent, et que par eux nous espérons jouir de l’éternelle félicité. Par là nous condamnons tous les paradis terrestres inventés par les faiseurs de systèmes.

    Nous affirmons enfin la résurrection des corps. Ces ossements que nous conservons dans des chasses précieuses ou des reliquaires, gardent enfermés des étincelles de vie, et un jour viendra où le Seigneur fera tressaillir ces restes et les tirera de leur humiliation. La mort perd donc à nos yeux le plus terrifiant de ses caractères apparents : l’éternité ; elle n’est qu’une dissolution d’un moment, une séparation passagère.

     Le culte des reliques est ensuite un acte de respect et d’honneur. Sans doute, des ossements ne sont rien par eux-mêmes, sinon une vile matière, venue de la terre, destinée à la terre. Mais nous savons que ces membres ont servi au bien et aux bonnes œuvres, qu’ils ont été l’objet de la pénitence, les coopérateurs des travaux des saints, les instruments dociles de leurs âmes, et que l’enveloppe de chair que nous vénérons forma comme la demeure de l’auguste Trinité, et en particulier de l’Esprit de Dieu. Dieu est passé par là, et nous avons bien le droit et le devoir de baiser la trace de ses pas.

     Mais c’est surtout l’âme qui habita le corps, que vont trouver nos hommages. Les reliques nous sont comme un canal par lequel nous transmettons aux saints notre vénération et notre culte, et par eux au Très-Haut lui-même dont les saints sont les chefs-d’œuvre. Que les protestants et les impies ne nous reprochent donc pas de faire acte d’idolâtrie ! Il n’est personne de moins idolâtre qu’un vrai chrétien, et dix-neuf siècles d’une tradition constante protestent contre cette calomnie.

« Nous n’adorons pas les reliques des saints, disait St Jérôme au IVème siècle, période où vécut ici Saint Gény, pas plus que nous n’adorons le soleil, la lune, les archanges, de peur de rendre le culte souverain à la créature plutôt qu’au Créateur, qui est béni dans tous les siècles. Nous honorons les reliques des saints, pour adorer Celui auquel ils ont rendu témoignage par leur vie vertueuse. » Nous honorons Saint GÉNY pour que l’honneur qui lui est rendu remonte jusqu’au Seigneur qui a dit : « Celui qui vous reçoit me reçoit »… Toutes les fois que nous entrons dans cette basilique, est-ce donc au temple d’une idole que nous portons nos hommages ? Les cierges et veilleuses que nous allumons devant ses reliques sont-ils donc des signes d’idolâtrie ?

     Nous faisons enfin, par l’honneur rendu aux reliques, un acte de confiance et d’espérance. Cela signifie que nous croyons les saints non seulement vivants, mais puissants et bienveillants. Nous sommes persuadés que le cri de notre détresse peut parvenir jusqu’à leurs oreilles, que ce cri sera accueilli favorablement, qu’il sera transmis au Dieu tout-puissant et que ce Dieu dont ils sont l’honneur, dont ils forment la cour, dont ils constituent les amis, écoutera leurs requêtes et par eux nous sera plus indulgent, plus généreux, plus libéral.

    Telle a toujours été la croyance de l’Église. Celle-ci a toujours cru que les âmes justes, reçues dans le ciel, y continuent par leur intercession le ministère de charité qu’elles ont exercé par leurs prières en ce monde. Tout cœur chrétien prie pour ses frères et désire qu’ils prient pour lui; les Apôtres nous ont appris à cet égard à nous recommander les uns aux autres. Lorsqu’une âme juste quitte la terre pour le ciel, croyez-vous que sa charité soit glacée à jamais parce que son cœur de chair et de sang est refroidi par la mort ?  Vous figurez-vous que le ciel soit quelque chose qui étouffe dans un éternel égoïsme la  piété de l’amour fraternel ? Ou bien vous semble-t-il qu’une âme est moins puissante parce qu’elle est transfigurée, et que ses prières cessent d’être agréables à Dieu du moment qu’elle est fixée à jamais dans son amitié ?  Si la prière est la toute-puissance de la créature, suffit-il de monter au ciel pour perdre ce pouvoir ? Est-on destitué parce qu’on est couronné ? Redisons plutôt comme St Jérôme : « Si les apôtres et les martyrs encore vivants de la vie du corps et préoccupés par leur propre salut, peuvent cependant prier pour autrui, combien plus le peuvent-ils après les couronnes conquises, après les victoires et les triomphes ! »

     Au spectacle de ces merveilles qui se sont produites dans tous les temps, qui se continuent de nos jours encore, le chrétien a bien le droit de répéter avec confiance la parole de St Grégoire de Nazianze au sujet de St Cyprien : « Les cendres de Cyprien peuvent tout, comme le savent ceux qui l’ont éprouvé. » Oui les reliques de nos saints sont toutes-puissantes, nous le savons par l’expérience de nos pères en la foi et par notre propre expérience.
     Gardons donc précieusement ces restes, veillons à leur conservation, ils ont été protégés par les Anges du départ des derniers moines à la Révolution de 1789 jusqu’à l’arrivée d’autres moines en 2000, avec la bénédiction de notre bien-aimé Évêque Luka.

Et surtout honorons Saint GÉNY par nos prières. Et vous, ô Saints, vous surtout dont les restes constituent le trésor de cette basilique, saints de Gascogne, saint Gény patron de Lectoure, sa sainte Mère Clara et les trente Soldats romains martyrs envoyés par l’Empereur pour l’arrêter, et qui se convertirent à son contact et furent massacrés, restez les gardiens de cette église, de cette cité, de notre Doyenné St Jean Cassien qui a des églises, rattachées à ce saint Lieu avec ses diverses paroisses de l’Occitanie et de l’Aquitaine.

     Soyez pour tous nos Fidèles des remparts, vous avez été nos pères et frères dans la foi, obtenez-nous de toujours nous souvenir que nous devons être de votre race, c’est-à-dire des saints, dans un monde de débauche et de perversion.  Amen ! 

                                                        + Père ANTOINE,  recteur de la Basilique

Cérémonie du Souvenir avec l’Association franco-serbe

Cérémonie du Souvenir avec l’Association franco-serbe en mémoire des 450 000 soldats morts aux côté de l’armée française pendant la première guerre mondiale.

9h30 Office religieux

11h Rassemblement au monument aux morts d’ARSAC (Gironde) pour la cérémonie du souvenir.

Le Père Alain, recteur de la Paroisse Saint Martial et Eutrope, de Bordeaux était présent. Il y avait déjà reçu l’Association franco-serbe en notre église.

À droite du Père Alain, le Maire d’ARSAC

Assemblée diocésaine à Paris

RAPPORT DE L’ÉVÊQUE LUKA POUR L’ASSEMBLÉE DIOCÉSAINE 2018

Organismes diocésains :

Les organismes diocésains sont : L’Assemblée diocésaine et son Conseil, Comité de direction diocésain, Tribunal diocésain, l’Association diocésaine d’Entraide (avec les sous-fonds d’aide aux prisonniers, aux orphelins, aux pauvres, aux étudiants, monastères…) ainsi que les Comités pédagogique, financier, missionnaire, liturgique, pour des questions légales et pour des travaux. Ces organismes ont œuvré selon leurs possibilités et conformément aux nécessités.

La composition du Comité  de direction et d’autres structures est confirmée en 2018 selon la régulation en vigueur.

Le Diocèse d’Europe occidentale avec ces frontières actuelles et dont le siège est à Paris, a été fondé en 1994 par la décision du Saint Concile (Assemblée) des évêques de l’Église orthodoxe serbe. La décision du Synode (Concile) du mois de mai 1997 m’a désigné d’abord comme administrateur puis en mai 1999 en tant qu’évêque.

fresques de la Cathédrale en cours de réalisation

Le Diocèse couvre les territoires de France, des Pays-Bas, de Belgique, du Luxembourg, d’Espagne, et du Portugal. Sur le nombre de fidèles diocésains, il n’existe pas de données fiables; mais selon une estimation approximative, de 80 à 120 mille fidèles environ vivent sur le territoire du diocèse.

Le Diocèse ne dispose pas de ses propres bureaux, ni d’appartement épiscopal. Grâce au legs de feu Svetislav Milosavlyevitch, la Paroisse Saint-Sava avait acheté un appartement de 62 m2 dans la proximité de l’Église cathédrale. Cet espace est rénové et transformé en bureau diocésain.

Clergé, moines, données statistiques :

Aujourd’hui au sein de notre Diocèse, 47 prêtres (dont 2 à la retraite, 6 hiéro­moines et 2 prêtres temporairement dans le Diocèse) célèbrent les saints offices; on y dénombre également 13 diacres (2 hiéro-diacres), 15 sous-diacres, 14 lecteurs, 2 moines, 8 moniales.

Le Diocèse est plurinational et plurilinguistique. Au sein du clergé et des communautés monastiques, on compte douze ethnies (serbe, française, catalane, espagnole-castillanes, galicienne, portugaise, mexicaine, brésilienne, russe, néerlandaise, roumaine, ukrainienne).

Iconostase de la Cathédrale

Au sein du diocèse, des célébrations régulières ou sporadiques ont lieu dans 61 lieux de culte: 30 en France, 17 en Espagne, 9 aux Pays-Bas, 3 en Belgique, 1 au Luxembourg et 1 au Portugal. Il y a trois monastères en France, un aux Pays-Bas et un tout récemment ouvert en Espagne, près de la ville d’Irun à la frontière franco­-espagnole. Les célébrations sont régulières, le dimanche et les jours de fêtes dans 14 de ces paroisses, 2 à plusieurs fois par mois dans les 10 autres. Dans 24 lieux de culte missionnaire on y célèbre 1 fois par mois et enfin parfois dans 7 chapelles.

Chaque année, on procède à 450 baptêmes d’enfants et d’adultes. Dans le même cadre annuel, on célèbre une centaine de mariages, dont les deux tiers concernent des couples mixtes. Le nombre de funérailles avoisine 200 par an. Les cours de catéchisme dans le cadre des lieux de culte sont fréquentés par quelque 300 enfants et adultes.

Divine Liturgie avec le Diacre Igor

Les conditions administratives et juridiques pour l’adaptation des structures diocésaines à la législation des Pays-Bas et de la Belgique sont réunies pour mieux organiser la collaboration avec les institutions européennes et les autorités locales ainsi qu’avec les universités afin de former des chapelains pour les hôpitaux et les prisons.

Le Diocèse doit consacrer une attention encore plus élaborée à l’égard des paroisses et des prêtres francophones et hispanophones (25 prêtres et 5 diacres)  pour aider l’épanouissement de leur vie liturgique.

Petite entrée

Le Diocèse organise les visites des prêtres (E. Luka, E. Athanase Jevtitch, Higoumène Sava, et notre chapelain à la Haye le Père Vojislav Bilbija) aux détenus au Tribunal de la Haye, et collecte de l’aide pour eux et pour des prisonniers dans d’autres prisons. En France trois de nos prêtres sont chargés des prisons, deux aux Pays-Bas, et un en Belgique et en Espagne.

Par ailleurs,  je suis membre permanent de trois assemblées épiscopales: l’assemblée des évêques de France à Paris, l’assemblée des évêques du Benelux à Bruxelles et l’assemblée pour la péninsule ibérique à Madrid.

Paris, le 17 avril 2019

+Luka

Évêque d’Europe occidentale






RAPPORT D’ACTIVITÉ 2017 (AG 2018) DU VICAIRE DIOCÉSAIN ARCHIPRESBYTRE NIKOLA SKRBIC

Activités diocésaines :

Selon la décision du Saint synode de l’Église orthodoxe serbe du 22 janvier 2019, les membres du Synode, le Métropolite de Zagreb et de Ljubljana, Mgr Porphyre et l’Évêque de Sumadija, Mgr Jovan se sont rendus à Paris, au centre diocésain pour faire un rapport sur l’état de santé de l’évêque et le fonctionnement diocésain. À cette occasion le clergé diocésain s’est adressé au Patriarche Irénée et à l’évêque Luka avec un avis commun sur le bon fonctionnement et l’avenir du Diocèse.

À l’occasion de la fête patronale de la cathédrale diocésaine de Saint Sava, le 27 janvier 2018, l’invité diocésain, l’Évêque Grégoire de Herzégovine a ordonné Nenad Ilic prêtre puis le lendemain, Goran Ilic-Benke est ordonné prêtre à l’église de Bondy.

Lecture de l’épitre par le Père Alain

Nous étions honorés par la visite de Sa béatitude l’Archevêque Jean d’Ochrid (injustement emprisonné pendant 4 ans en Macédoine pour son appartenance et convictions religieuses) qui a présidé les célébrations liturgiques à l’occasion du 30e anniversaire du rattachement de la Paroisse de Barcelone à notre Patriarcat. La célébration est rendue encore plus solennelle grâce à la présence de Mgr Ignace de Branitchévo, qui collabore avec le P. Joan et l’école théologique de Barcelone. L’Archevêque Jean est ensuite retourné avec nous à Paris, où il a célébré le jour de la Sainte Rencontre et a fait une conférence à l’église Saint-Sava. En 2018 (et début 2019) le Diocèse a reçu la visite du Métropolite du Monténegro Amphiloque, venu en raison des procédures administratives d’acceptation du legs de la famille Doklestic pour le monastère d’Ostrog. À cette occasion, le Métropolite s’est rendu au centre de détention à la Haye et a présidé la Liturgie à Rotterdam. En octobre 2018, février et mars 2019, l’évêque Méthode est passé en séjour d’études à Paris, liés à ses recherches doctorales et nous a aidé dans les activités et visites diocésaines (Bondy et Barcelone fêtes patronales, monastère d’Uchon). L’Evêque de Branitchevo, Ignace nous a rendu visite au mois de juin (dans l’Est de France) et en octobre (Liège, Saint-Hubert). Au mois de septembre, l’Évêque Maxime d’Amérique occidentale nous a visité à Paris.

Lecture de l’Évangile

Nous avons également reçu  la visite de nombreux prêtres et représentants des milieux culturels et scientifiques qui ont fait des homélies, des conférences, des concerts et des expositions dans nos locaux.

Activité éditoriale :

Le Diocèse publie les calendriers bilingues serbe-français, et serbe-néerlandais, serbe­ espagnole et serbe-portugais. Grâce aux efforts de M. Lioubomir Mihailovitch, le Diocèse imprime chaque année des petites monographies sur des monastères (Devic, Prevlaka, Zitcha, monastère d’Herzégovine, de Dalmatie). La monographie sur le monastère de Chilandar est en préparation. La Paroisse de Barcelone coordonne les éditions pour la péninsule ibérique. Il est à mentionner une activité éditoriale importante de la fraternité monastique de St Benoit à Lectoure.

fresque de Saint Saturnin de Toulouse

Activités humanitaires :

L’association diocésaine d’entraide a deux activités principales:

1. Quête des fonds dans des situations extraordinaires (inondations, catastrophes élémentaires…)

2. Aide à des monastères, à des personnes malades, vieilles, orphelins, octrois des bourses.

Au centre l’Archimandrite Justin

Situation financière :

Le budget du Diocèse s’élève à 85 000 euros, réalisé par les cotisations et la vente des calendriers. Alors que la priorité diocésaine était et demeure encore l’organisation des paroisses et leurs centres, le Diocèse songe au projet de création d’un centre diocésain (résidence épiscopale, bureaux) qui devrait s’intensifier cet automne grâce à des fonds attendus à cette fin. Des fonds pour des bourses et les éditions existent également.

Le Père Thierry au chœur pour le chant de la Communion

Situation des paroisses :

Paris : À l’église Saint-Sava, siège diocésain, deux prêtres célèbrent : l’archiprêtre Nikola et le protopresbytre Slavisa. Ils sont secondés par l’archimandrite Justin (Jeremic). Igor Vujisic y est le diacre. Les offices sont quotidiens. La paroisse dispose d’un chœur, d’une école assurant des cours complémentaires, d’un catéchète et d’un groupe folklorique, l’association caritative des Sœurs Kolo. La paroisse organise périodiquement des conférences, expositions et soirées de poésie; les bureaux du diocèse se trouvent dans l’appartement paroissial de 60 m2. La peinture des fresques est terminé dans l’abside du sanctuaire et sur le plafond, les travaux sur les autres murs sont attendu dans l’avenir proche.

Bondy: Banlieue parisienne. Le prêtre responsable est le protopresbytre Zeljko Simonovic, le diacre est Nenad Kostic. Les offices sont réguliers et l’église est ouverte chaque jour. Des étudiants en théologie chantent lors des célébrations liturgiques. L’église est très bien adaptée aux offices, il y a également une petite salle avec une bibliothèque, un petit stand de vente, espace pour les cierges. Mère Efimia d’Uchon a peint la Crucifixion de deux mètres pour les besoins liturgiques de la Paroisse.

Asnières: La paroisse francophone d’Asnières est desservie par le père Marc Genin: les offices ont lieu dans une église catholique.

À gauche, le Prêtre Marc Genin de la Paroisse Saint Jean de San Fransisco à Asnières

Strasbourg: Le remboursement du crédit immobilier se poursuit ; il s’agit d’un ensemble foncier où on a construit une église, une salle de réunions, deux appartements et des locaux divers. En 2018 les fresques ont été réalisées dans les pièces annexes au sanctuaire. Le responsable de la paroisse est l’archiprêtre Petar Lukic. Il célèbre aussi dans la paroisse de Nancy (devenue propriétaire de l’église en 2016), celle de Lougres où la paroisse dispose de lieux de culte pris en location, et de Valmont (possédant son église et la salle paroissiale) où pour Pâques un prêtre de Serbie est invité pour la célébration.

Lyon: La paroisse a un nouveau prêtre, le Père Goran llic-Benke. Les offices sont célébrés dans une chapelle catholique romaine mise en 2015 à notre disposition. Y célèbre également l’archimandrite Lazar Lazarevic, ancien recteur du séminaire de Fotcha, venu en France pour une recherche patristique en collaboration avec le Prof. Sekulovski  à l’Institut Saint Serge. Les deux prêtres desservent également les paroisses missionnaires d’ Annecy, Grenoble et Salon de Provence.

fresque de Saint Germain de Paris

Mulhouse: La paroisse n’est plus desservie par l’higoumène Isaija Lukic qui est devenu père spirituel du monastère Ravanitsa en Serbie. Les prêtres diocésains ou invités de Serbie viennent assurer les liturgies de dimanche. Les offices sont célébrés dans un lieu de culte mis à notre disposition. Higoumène lsaija est remplacé par P. Justin de Paris à Dijon, alors qu’à Besançon viennent les prêtres de Mulhouse pour les offices en serbe. La paroisse francophone au centre ville est passée sous la direction diocésaine pour dynamiser les offices et organiser un espace d’exposition d’icônes, et de conférence.

Chalon-sur-Saône: La paroisse de Chalon-sur-Saône est desservie par le père Romain Roux et fréquentée par un grand nombre de fidèles d’origine géorgienne. P. Romain célèbre une fois par mois au monastère d’Uchon et représente le Diocèse à la réunion annuelle orthodoxe à Taizé.

fresque de Saint Marc d’Éphèse

Nice: La paroisse de Nice est desservie par le père Clément Morillas. Elle est confrontée au danger de perdre son lieu de culte mis en vente par les héritiers de feue Mme Francine Zuninno, qui dans l’esprit d’une vraie bienfaitrice a loué son local sous des conditions très avantageuses à notre Paroisse depuis 1964. Le Diocèse espère pouvoir racheter ce local s’appuyant sur l’aide financière des Serbes plus aisés de cette région, notamment la famille du fameux tennisman Novak Djokovic. Chaque dimanche le diacre Igor Vujisic de Paris ou P. Lazar de Lyon se rend à Nice pour encourager les fidèles au rassemblement liturgique.

Les moines Justin et Guilhèm du monastère Saint Gény

Lectoure: La fraternité monastique Saint-Benoit – Saint-Cassien à Lectoure, dont l’higoumène est le père Antoine, avec ses six prêtres et un diacre dessert les paroisses de Toulouse, Bordeaux, Nérac, Tarbes et Denat d’Albi. Ils cultivent des activités missionnaires et éditoriales très laborieuses. Les rapports annuels ne nous sont pas parvenus au Diocèse.

Bois-Salair: La communauté monastique féminine à Bois-Salair avance dans l’aménagement des locaux. Cette année, c’est notamment l’entrepreneur parisien Dragan Jakovljevic qui les a abondamment aidées. Les soeurs produisent des cierges, cosmétiques naturels, produits médicinaux, font de l’enluminure, de la calligraphie.

Uchon: Le Diocèse possède  un monastère à Uchon, dans lequel, la Mère Efimija est supérieure. Elle est une excellente iconographe et fait des icônes sur commande pour les paroisses et monastères. Des stages de mosaïque et d’iconographie sont prévus cet été, puis une visite de nos paroisses pour la fête patronale prévue pour le mois de septembre 2019.

Contrexeville: L’église à Contrexeville appartient communément à notre Diocèse et au Diocèse du Patriarcat de Moscou. Le diacre permanent y est Nicolas Royer.

Lille: Le prêtre Syméon Bender s’occupe de la paroisse missionnaire à Lille. Il officie dans les locaux aménagés dans sa maison.

ESPAGNE & PORTUGAL: Les paroisses en Espagne sont desservies par 13 prêtres, le centre diocésain est à Barcelone. Il y existe l’école d’enseignement théologique Saint­ Grégoire-Palamas, un atelier iconographique et un atelier de couture. Le vicaire diocésain est l’archiprêtre Joan. Il y a 15 lieux de culte et les plus grandes paroisses sont à Barcelone et Alicante, puis à Gérone, Navata, Majorque, Ténériffe, Bilbao, La Corogne, Vigo, Madrid et Lisbonne alors que les autres chapelles sont missionnaires.

Réunion diocésaine

Le 12 avril 2019, notre Diocèse a son premier monastère en Espagne. Le diocèse catholique de San Sébastian a mis à notre disposition l’église et les locaux concomitants. Moine Séraphin y sera supérieur.

Dans les paroisses fondées dans les capitales en 2016, la coopération avec les Ambassadeurs serbes continue. La chapelle à Lisbonne construite au début du 16 siècle comme ermitage du fameux monastère des Jéronimites à Lisbonne, devra être bientôt rénovée. La ville de Lisbonne aidera à la Paroisse également par octroi d’un espace pour les activités dans le domaine d’arts sacrés. Une initiative pour l’obtention d’un centre culturel qui pourra servir de lieu de culte est également entreprise à Madrid.

Père Justin et l’archiprêtre Nikola doyen de l’église Saint Sava

La vie liturgique est intensifiée aux îles de Canaries (Ténériffe, Lanzarote, Gran Canaria)  depuis l’installation définitive de P. Marko Dabic à la ville de Puerto de la Cruz sur l’île de Ténériffe.  Les fidèles louent un appartement pour le prêtre ainsi qu’un local chapelle pour les offices qui sert de galerie d’icônes dans la semaine.

BENELUX: Depuis 2018 le Diocèse a son premier monastère aux Pays-Bas près des frontières belges et allemandes, ce qui contribuera à la pastorale parmi les fidèles de ces contrées. La réunion du clergé du Benelux a eu lieu en mars 2018 à Rotterdam et c’est Mgr Luka accompagné du P. Nikola Skrbic qui a présidé la réunion du clergé. Les nouveaux prêtres sont nommés à Rotterdam et Amsterdam. Le Diocèse a adapté les structures diocésaines à la nouvelle législation des Pays-Bas et de la Belgique, pour mieux organiser la collaboration avec les institutions européennes ainsi qu’avec les autorités locales. L’évêque Luka présidera ces organismes diocésains dans le but d’une meilleure coordination paroissiale également.

Au centre, Lioubomir Mihailovitch

PAYS-BAS: Amsterdam-Zaandam: Père Nenad llic est nommé prêtre de la Paroisse d’Amsterdam. L’igoumène Sava de Tvrdos et le P. Marko Dabic ainsi que les Pères Milan et Danilo d’Anvers aidaient la paroisse d’Amsterdam le temps que le P. Nenad ait pu terminer toutes les procédures administratives liée à l’obtention du permis de séjour.

Rotterdam : Les offices sont célébrés régulièrement. Le recteur paroissial est l’archiprêtre Vojislav Bilbija, le prêtre desservant P. Boris Topic; le père Goran Kovacevic y officie également ainsi que 3 diacres Dejan Radosevic, Igor Celan et Nebojsa Mastilovic. La maison paroissiale à côté de l’église est acquise à crédit et les travaux d’adaptation ont commencé. Il est nécessaire de faire une importante rénovation des toits de l’église.

Emmen: Jovan Bilbija dessert la Paroisse d’Emmen. La paroisse dispose de son église dotée d’une salle. P. Jovan réunit les fidèles de la ville de Enschede, près de la frontière allemande.

Utrecht: La paroisse a trouvé un nouveau lieu de culte en banlieue de Zeist. Le prêtre Goran Kovacevic de Rotterdam y célèbre deux dimanches par mois, et les paroissiens sont encouragés à organiser les offices chaque dimanche.

Nijmegen: Les offices se font dans les lieux de culte loués des vieux-catholiques. Le père Dusan Erdelj y célèbre deux dimanches par mois, les deux autres dimanches y sont les Russes. La paroisse explore les moyens pour acquérir l’église à Beek. Le prêtre visite également les fidèles à Breda (où des offices plus fréquents sont souhaités par le Diocèse) et les paroisses missionnaires d’Eindhoven et de Liège en Belgique. Vlissingen est desservi par P. Donald  Danilo Podkrajac.

Autour de l’Évêque, à gauche l’épitrope de Lectoure Francis Portal et Père Alain de la paroisse de Bordeaux, à droite, Danielle Vitu, épitrope de la paroisse Saint Martial de Bordeaux et le Père Thierry, recteur de la paroisse de Toulouse

BELGIQUE: Bruxelles: Le responsable paroissial est l’archiprêtre Jakov Markovic. Suite à son congé maladie, P. Radivoj Panic de Belgrade le seconde. Diacre Dusan Markovic est catéchiste dans les écoles d’État et visite les prisons. La paroisse, le prêtre et le diacre disposent d’une rémunération et d’aide au budget paroissial inscrit au budget de l’État belge. Le remboursement de la dette au Diocèse se fait selon le plan établi. On envisage l’ouverture d’un nouveau lieu de culte pour les fidèles de la région de Mons et Charleroi.

Anvers: La paroisse possède un bâtiment où se trouvent la chapelle et l’appartement du prêtre desservant, le père Milan Zivanovic. Il est secondé par le prêtre Danilo Donald Podkrajac. Les offices sont réguliers. En février 2019, P. Milan est officiellement reconnu par l’État belge en tant que vicaire générale du Diocèse pour la Belgique ce qui lui a permis de bénéficier des droits à la rémunération de l’État belge. Paroisse très dynamique, depuis peu elle a formé un ensemble folklorique.

Les participants de l’Assemblée diocésaine autour de notre Évêque Mgr Luka

LUXEMBOURG: L’église (et locaux annexes) sont mis à notre disposition, à long terme, par l’État. Le prêtre essaie de procurer à la Paroisse son propre lieu de culte. Les offices sont réguliers ainsi que le catéchisme pour les enfants. Le responsable paroissial est le père Zoran Radivojevic qui dispose d’une rémunération inscrite au budget de l’État luxembourgeois. Le père Zoran dessert un samedi par mois la paroisse de Betting en France. La Paroisse de Betting dispose de son église et d’une salle. Jean-Claude Larchet, théologien y est sous-diacre.

Paris, 17 avril 2019

Archiprêtre Nikola Skrbic

Funérailles de Viktor KRAIEVSKYI

Christ est ressuscité !

    Le vendredi radieux (3 mai) a eu lieu l’office des funérailles de Viktor KRAIEVSKYI, en la Basilique St Gény de Lectoure.

Né le 17 avril 1959 à Odessa (Ukraine) de Ivan et de Lubov KRAEYVSKA, décédé le 28 avril 2019 au CHU de Montpellier.

  Les Amis étaient venus nombreux pour prier et soutenir la famille.

Les Pères ont ensuite accompagné le défunt et la famille au cimetière d’Agen où il attend la Résurrection.

     MEMOIRE ETERNELLE !