Les derniers articles

Funérailles de Viktor KRAIEVSKYI

Christ est ressuscité !

    Le vendredi radieux (3 mai) a eu lieu l’office des funérailles de Viktor KRAIEVSKYI, en la Basilique St Gény de Lectoure.

Né le 17 avril 1959 à Odessa (Ukraine) de Ivan et de Lubov KRAEYVSKA, décédé le 28 avril 2019 au CHU de Montpellier.

  Les Amis étaient venus nombreux pour prier et soutenir la famille.

Les Pères ont ensuite accompagné le défunt et la famille au cimetière d’Agen où il attend la Résurrection.

     MEMOIRE ETERNELLE !

Funérailles de Jovan SAVIC

Christ est Ressuscité !

Fresque de la Résurrection de Nicolaï Greschny, église Saint Benoît de Carmaux

    Pendant la Semaine Radieuse qui suit Pâques Jovan SAVIC a rejoint ce mercredi 1er mai, après avoir reçu les dernières prières du Père Angelo ce lundi 29 avril, la Jérusalem céleste où il repose en paix.

     Il était né le 8 mai 1921 à Prékaja, en Yougoslavie, maintenant Bosnie Herzégovine, dans un village de montagne, à 106O mètres d’altitude. Il était l’aîné d’une fratrie de 9 enfants, 7 frères et 2 sœurs, il ne reste que la dernière sœur née en 1941.

     Il a connu très tôt les difficultés de la vie paysanne, sans eau ni électricité, sans confort mais avec un travail permanent, bétail important avec plus de 200 brebis, fauchage à la main du foin et du blé, hivers très rigoureux avec 4 à 5 mois de neige.

    Les éléments se sont déchaînés avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale, les Croates alliés aux Allemands ont largement massacrés les civils serbes de cette région qui étaient engagés avec l’Armée royale, les techtniks. Il dut se battre contre les nazis et les Croates, contre les communistes de Tito. Son armée, après maintes péripéties, due se replier en Italie où ils déposèrent les armes selon les conventions de l’époque.

     Après la guerre, il dut, avec ses camarades, se mettre en quête de travail dans un pays européen. Il travailla quelques mois en Allemagne et rejoignit rapidement la France, suite à une campagne des Mines, en quête de travailleurs réfugiés.

     Il se retrouva à Carmaux, engagé dans les Mines, avec de nombreux collègues serbes.

    Il se maria le 29 mars 1952 avec Jeanine, 4 enfants naquirent de cette union, 2 garçons et 2 filles. Il travailla très durement pour les élever, il a eu également 8 petits enfants et 13 arrières petits-enfants. Il veilla sur toute sa famille comme un véritable et vénérable patriarche, donnant de bons conseils à tous les membres de cette fratrie, enfants et petits enfants. Il était apprécié de tous grâce à sa justesse et gentillesse.

    Lors de ses loisirs il donnait satisfaction à sa passion, à savoir forger des couteaux avec manche en corne selon la tradition en Bosnie, ainsi que des cannes réalisées par dizaines, des petits meubles en bois sculptés… Ainsi, ses journées se passaient dans le calme, meublant son temps avec ses nobles fabrications artisanales.

   Nous lui souhaitons un Repos éternel après une vie très active, comme il le mérite.

Fresque du Christ Pantocrator dans l’abside de l’église par Nicolaï Greschny.
L’épouse de Nicolaï Greschny participait à l’inauguration de l’église Saint Denys de Dénat et au repas, au milieu de 400 convives, elle était à la table d’honneur présidée par son Excellence Mgr Luka.

Christ est Ressuscité !

Fête de la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ, 2019

Christ est ressuscité !


















Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui vit ?


Distribution de la lumière de Pâques

« Jour de Résurrection ! Peuples, rayonnons de joie, 
C’est la Pâque, la Pâque du Seigneur ! 
De la mort à la vie 
De la terre jusqu’aux cieux,
Le Christ Dieu nous a menés, 
Nous qui chantons l’hymne de la victoire.

Que le ciel se réjouisse, 
Que la terre soit dans l’allégresse, 
Que le monde soit en fête, 
Tout le monde visible et invisible. 
Car le Christ est ressuscité, 
Lui, l’éternelle allégresse. 
De la mort, célébrons la destruction, 
Et de l’enfer, la ruine. 
D’une vie nouvelle immortelle 
Chantons avec élan l’Auteur, 
Le Dieu unique des Pères, 
Béni et très glorieux.
Ô Pâque grande et toute sainte, 
Ô Christ, Ô Sagesse, Ô Verbe de Dieu, Ô Force,
Donne-nous de t’être unis 
Dans une plus grande vérité, 
Au jour sans crépuscule de ton Royaume.

Christus resurrexit !
Christ est ressuscité !
Hristos a-înviat !
Христос Воскресе !
Cristo è risorto !
Homélie de Saint Jean Chrysostome
Lecture de l’Évangile…
en français,
en latin,
en italien,
en portugais,
en espagnol,
et en occitan.

Une Pâque sacrée nous est apparue aujourd’hui : 
Pâque nouvelle et sainte, 
Pâque mystique, Pâque très pure, 
Pâque du Christ, notre libérateur, 
Pâque immaculée, Pâque à nul autre pareil,
Pâque des croyants, 
Pâque qui nous ouvre les portes du paradis, 
Pâque qui sanctifie tous les fidèles.

ქრისტე აღსდგა მკვდრეთით,
სიკვდილითა სიკვდილისა დამთრგუნველი
და საფლავების შინათა
ცხოვრების მიმნიჭებელი !

C’est le jour de la Résurrection ! 
Rayonnons de joie en cette solennité ; 
Embrassons-nous les uns les autres ; 
Disons : « Frères à ceux-mêmes qui nous haïssent, 
Pardonnons tout à cause de la Résurrection

Et, alors, chantons : 
Christ est ressuscité des morts
Par Sa mort Il a vaincu la mort.
À ceux qui sont dans les tombeaux,
II a donné la vie. »

Χριστὸς ἀνέστη ἐκ νεκρῶν,
θανάτῳ θάνατον πατήσας,
καὶ τοῖς ἐν τοῖς μνήμασι,
ζωὴν χαρισάμενος !

Хсрсто́съ воскрє́сє ᾿иꙁъ мє́ртвъіхъ,
смє́ртїю смє́рть попра́въ,
᾿и су́щимъ во гробѣ́хъ Живо́тъ дарова́въ

Bénédictions des œufs et des paskas
Distribution

Христос васкрсе из мртвих,
смрћу смрт уништи,
и онима који су у гробовима,
живот дарова !

Saint et Grand Vendredi

Ô mon peuple, que t’ai-je fait, en quoi t’ai-je contristé pour qu’à la mort tu livres ton Maître ?









Le noble Joseph, lorsque de la Croix il eut descendu Ton corps immaculé, l’enveloppa d’un blanc linceul.

Lorsque Joseph d’Arimathie descendit Ton corps de la Croix, ô Vie de l’univers, il T’embauma, ô Christ, T’enveloppa d’un linceul et, plein d’amour, il embrassait du cœur et des lèvres Ton corps immaculé, mais, tout saisi de crainte, il Te disait dans la joie: Gloire à Ta condescendance, Seigneur, Ami des hommes, gloire à Toi.

Saint et Grand Jeudi

À ta mystique et sainte Cène, ô Fils de Dieu, donne-moi de participer.

A l’immortelle et sainte table que le Maître a préparé dans la chambre haute, venez fidèles, prenons part en élevant nos cœurs, car le Verbe est présent là-haut; nous l’avons appris du Verbe lui-même, dont nous chantons la gloire.

Il versa de l’eau dans un bassin et Il se mit à laver les pieds des disciples.

En ce jour, l’inaccessible Seigneur fait œuvre de serviteur: Il se ceint d’un linge, Celui qui de nuages enveloppe le ciel; Il verse l’eau dans un bassin, Celui qui divisa la mer Rouge autrefois; se mettant à genoux, Il commence à laver les pieds des Disciples divins, les essuie du linge dont Il est ceint et, ce faisant, Il s’adresse à ses Disciples, leur disant: Vous êtes purs, pas tous cependant, désignant ainsi celui qui devait Le trahir.

Dimanche des Rameaux à Albi

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

En accomplissant la prophétie sur le doux Roi, le Roi de la paix et de l’humilité, Jésus, le Seigneur de l’univers, monte sur un ânon, tandis que les hommes Le glorifie comme Roi et thaumaturge de ce monde ; « Hosanna ! Béni soit… le Roi d’Israël ! ». Ce faisant, le Seigneur veut nous montrer que Son Royaume « n’est pas de ce monde », que Son œuvre n’a rien de politique (cf. Jn XI, 48), que Son royaume est : la vérité, l’immortalité, la vie éternelle. Mais personne ne le comprenait, pas même Ses disciples, jusqu’à ce que Jésus ressuscitât des morts. Le peuple a seulement ressenti dans la résurrection de Lazare la grandeur du miracle : « la foule vint au devant de Lui, parce qu’elle avait appris qu’Il avait fait ce miracle ». Les témoins oculaires attestent : « Tous ceux qui étaient avec Jésus, quand Il appela Lazare du sépulcre et le ressuscita des morts, Lui rendaient témoignage ». Et Lazare ? Comme un monument vivant de l’immortalité et de la Résurrection, il est là, parmi eux. Un témoignage plus convaincant et plus total ne peut exister. La nature humaine, la logique sceptique dépose-t-elle les armes ? Oui, elle les dépose. Mais la méchanceté humaine, la malice humaine, la jalousie humaine ne le peuvent. En voici une preuve : « Les pharisiens se dirent donc les uns aux autres : vous voyez que vous ne gagnez rien ; voici, le monde est allé après Lui ». ” Le monde “, tout le monde, pas seulement le peuple ou les hommes. Mais cependant, ils maintiennent leur décision : tuer Jésus. C’est encore une preuve du degré de la force du mal ennemi de Dieu dans l’homme. Vraiment, l’âme humaine est dans le délire et la folie à cause du péché. Il s’agit d’une maladie incurable, aucun remède humain ne peut aider ; il n’y a que ce remède : le Dieu-homme et Son œuvre dépassant l’entendement humain, qui sauve les hommes du péché, de la mort et du diable. C’est pourquoi le Verbe de Dieu s’est incarné, car Il pouvait seul sauver l’homme. Lui-seul, et personne d’autre parmi les anges ou les hommes.                            Saint Justin de Tchélié

Tropaire, t. 1

Pour affermir avant ta Passion * la croyance en la commune résurrection, * d’entre les morts tu as ressuscité Lazare, ô Christ notre Dieu; * comme les enfants de ce temps, nous portons les symboles de victoire * et te chantons comme au vainqueur de la mort: * Hosanna au plus haut des cieux, * béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Fête de Sainte Marie l’Égyptienne

Cinquième Dimanche de carême à Nérac

Icône de Sainte Marie l’Égyptienne

Notre Sainte Mère Marie était native d’Egypte. Dès l’âge de douze ans elle quitta ses parents pour se rendre à Alexandrie, où elle vécut pendant dix-sept ans dans la débauche et le plus grand dérèglement. Subsistant au moyen d’aumônes et du tissage du lin, elle livrait néanmoins son corps à tout homme, sans y être poussée par la misère, comme tant d’autres pauvres femmes, mais comme si elle était brûlée par le feu d’un désir que rien ne pouvait assouvir. Un jour, voyant une foule de Lybiens et d’Égyptiens se diriger vers le port, elle les suivit et s’embarqua avec eux pour Jérusalem, offrant son corps pour payer le prix de la traversée. Quand ils parvinrent à la Ville sainte, elle suivit la foule qui se pressait vers la basilique de la Résurrection, le jour de l’Exaltation de la Croix. Mais, lorsqu’elle parvint sur le seuil de l’église, une force invisible l’empêcha d’y entrer, malgré ses efforts réitérés, alors que les autres pèlerins franchissaient aisément la porte.

Icône de Saint Zosime donnant la communion à Sainte Marie l’Égyptienne

Restée seule dans un coin du narthex, elle commença à réaliser que c’était l’impureté de sa vie qui l’empêchait d’approcher le Saint Bois. Elle répandit des larmes abondantes et se frappa la poitrine, et voyant une icône de la Mère de Dieu (1), elle lui adressa cette prière : « Vierge Souveraine qui as enfanté Dieu dans la chair, je sais que je ne devrais pas regarder ton icône, Toi qui es pure d’âme et de corps, car, débauchée comme je suis, je dois t’inspirer le dégoût. Mais puisque le Dieu né de Toi est devenu homme pour appeler les pécheurs au repentir, viens à mon aide ; permets-moi l’entrée de l’église pour me prosterner devant Sa Croix. Et dès que j’aurai vu la Croix, je Te promets de renoncer au monde et aux plaisirs, et de suivre le chemin de salut que tu me montreras. »

Elle se sentit soudain délivrée de cette puissance qui la retenait et put entrer dans l’église où elle vénéra avec ferveur la Sainte Croix ; puis, revenue vers l’icône de la Mère de Dieu, elle se déclara prête désormais à suivre le chemin qu’Elle lui indiquerait. Une voix lui répondit d’en haut : « Si tu passes le Jourdain, tu y trouveras le repos. »

église du Monastère St Gérasime du Jourdain

En sortant de l’église elle acheta trois pains avec l’aumône reçue d’un pèlerin, se fit indiquer la route qui menait au Jourdain et elle arriva le soir à l’église de Saint-Jean-Baptiste. Après s’être lavée dans les eaux du fleuve, elle communia aux Saints Mystères, mangea la moitié de l’un des pains et s’endormit sur le rivage. Le lendemain matin, elle passa le fleuve et vécut dès lors dans le désert, pendant quarante-sept ans, sans-y rencontrer personne, ni homme ni animal.

Pendant les dix-sept premières années de son séjour, ses vêtements étant bientôt tombés en lambeaux, brûlant de chaleur le jour et grelottant de froid la nuit, elle se nourrissait d’herbes et de racines sauvages. Mais plus que les épreuves physiques, elle devait affronter les violents assauts des passions et le souvenir de ses péchés, et c’est en se jetant à terre qu’elle suppliait la Mère de Dieu de lui venir en aide. Protégée par Dieu, qui ne désire rien de plus que le pécheur revienne à Lui et vive, elle déracina de son cœur toutes les passions par cette ascèse extraordinaire et put convertir le feu du désir  charnel en une flamme d’amour divin, qui lui faisait endurer avec joie, tel un être incorporel, l’implacable désert.

Après tant d’années, un saint vieillard, nommé Zosime (cf. 4 avril), qui, selon la tradition instaurée par Saint Euthyme, s’était engagé dans le désert au-delà du Jourdain pour y passer le Grand Carême, aperçut un jour un être humain, le corps noirci par le soleil et les cheveux blancs comme de la laine tombant jusqu’aux épaules. Il courut derrière cette apparition qui s’enfuyait à son approche, en la suppliant de lui accorder sa bénédiction et quelque parole de salut. Quand il parvint à portée de voix, Marie, appelant par son nom celui qu’elle n’avait jamais vu, lui révéla qu’elle était une femme et elle lui demanda de lui jeter son manteau afin de couvrir sa nudité.

Sur les instances du Moine, ravi d’avoir enfin rencontré un être théophore qui avait atteint la perfection de la vie monastique, la Sainte lui raconta avec larmes sa vie et sa conversion. Puis, ayant achevé son récit, elle le pria de se rendre l’année suivante, le Grand Jeudi, avec la Sainte Communion sur les bords du Jourdain. 

L’Archimandrite CHRYSOSTOME Higoumène de St Gérasime du Jourdain (à droite) offre une grande icône de Ste Marie l’Égyptienne vénérée au Monastère St Gény de Lectoure

Le jour venu, Zosime vit Marie apparaître sur l’autre rive du fleuve. Elle fit un signe de Croix et traversa le Jourdain en marchant sur les eaux. Ayant communié avec larmes, elle dit : « Maintenant, ô Maître, Tu peux laisser aller en paix Ta servante, selon Ta parole, car mes yeux ont vu Ton salut. » (cf. Luc 2, 29). Puis elle congédia Zosime, lui donnant rendez-vous l’année suivante à l’endroit de leur première rencontre.

Lorsque l’année fut écoulée, Zosime trouva à l’endroit convenu le corps de la Sainte étendu à terre, les bras croisés et le visage tourné vers l’orient. Son émotion et ses larmes ne lui permirent pas de découvrir tout de suite une inscription tracée sur le sol des mains de la Sainte, qui disait : « Abba Zosime, enterre à cet endroit le corps de l’humble Marie, rends à la poussière ce qui est à la poussière, après avoir prié pour moi. Je suis décédée le ler du mois d’avril, la nuit même de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ, après avoir participé à l’Eucharistie. »

Consolé de son chagrin en apprenant le nom de la Sainte, Zosime fut étonné de constater qu’elle avait franchi en quelques heures une distance de plus de vingt jours de marche. Après avoir vainement essayé de creuser le sol avec un morceau de bois, il vit tout à coup un lion s’approcher du corps de Marie et lui lécher les pieds. Sur l’ordre du vieillard, la bête creusa de ses griffes une fosse où Zosime déposa avec dévotion le corps de la Sainte.

De retour au monastère, il raconta les merveilles que Dieu accomplit en faveur de ceux qui se détournent du péché pour revenir vers Lui de tout leur cœur. De pécheresse invétérée qu’elle était, Sainte Marie est devenue pour quantité d’âmes accablées sous le poids du péché, une source d’espérance et un modèle de conversion. C’est pourquoi les Saints Pères ont placé la célébration de sa mémoire à la fin du Carême, comme un encouragement adressé à tous ceux qui ont négligé leur salut, proclamant que jusqu’à la dernière heure le repentir peut les ramener vers Dieu.

1 Cette icône est actuellement vénérée au Mont Athos, dans la grotte de S. Athanase, perchée sur un rocher à pic au-dessus de la mer, à quelque distance de la Grande-Lavra.

Chant du Trisagion de la Croix

Exaltation de la Croix,Ménologe de Basile II
Chant
Devant Ta Croix



Τὸν Σταυρόν σου προσκυνοῦμεν Κύριε καὶ τὴν ἁγίαν σου Ἀνάστασιν δοξάζομεν.

Crucem tuam adoramus Domine et sanctam Resurrectionem tuam glorificamus.

Devant ta Croix nous nous prosternons Seigneur et ta sainte Résurrection nous la chantons.

Direction: père Guilhèm
Arrangement: Patrice Albert