Les autorités de Macédoine ont confisqué le passeport de l’archevêque Jovan

Les autorités de Macédoine ont confisqué le passeport de l’archevêque Jovan
Les autorités de Macédoine ont confisqué le passeport de l’archevêque Jovan

Les autorités de Macédoine ont confisqué le passeport de l’archevêque Jovan

Les autorités macédoniennes ont saisi le passeport du seul évêque orthodoxe canonique servant dans le pays, et qui est persécuté depuis de nombreuses années.
Au poste frontière de Medžitlija, près de Bitola, le ministère de l’Intérieur a confisqué le passeport de l’archevêque d’Ohrid et métropolitain de Skopje, Mgr Jovan (Vraniskovsko), sans aucune explication, le 9 juillet, a indiqué le site de l’archevêché d’Ohrid.
Cette mesure est susceptible d’accroître les tensions déjà existantes entre l’Église de Macédoine et les Églises orthodoxes canoniques, en particulier dans le cadre de sa demande actuelle de reconnaissance canonique en tant qu’Église autocéphale avec le soutien de l’Église de Bulgarie, qui a déjà été critiquée par plusieurs Églises sœurs.
L’archevêché orthodoxe d’Ohrid sous la direction de l’archevêque Jovan s’est séparé de l’église macédonienne (schismatique) en 2002 dans le but de s’unir à l’Église serbe. Mgr Jovan a ensuite été emprisonné pendant de nombreuses années suite à de fausses accusations d’ « incitation à la haine nationale, raciale et religieuse, au schisme et à l’intolérance ». Il a été parfois placé à l’isolement et avait droit à très peu de visites de la part de ses amis de l’Église orthodoxe de Serbie. Il a été libéré de prison le 2 février 2015, mais de nouvelles procédures ont été engagées contre lui peu de temps après.
Dans sa récente déclaration sur cette dernière provocation, l’Église écrit qu’une telle mesure discriminatoire sans aucune explication est caractéristique des États dans lesquels il n’y a pas d’État de droit. D’une part, le gouvernement macédonien se déclare équitable envers tous, écrit l’archevêché, mais en réalité, il viole les libertés religieuses. Dans le cas présent, ils pensent que les autorités ont l’intention de perturber les célébrations à venir qui marqueront le millénaire de l’archevêché d’Ohrid.
L’Église orthodoxe macédonienne (schismatique), qui est l’église majoritaire dans le pays, a déjà organisé ses célébrations pour cet anniversaire. L’Église orthodoxe de Bulgarie, qui entretient des relations amicales avec les Macédoniens, a refusé de participer à la célébration des schismatiques.
L’archevêché ajoute également que les autorités violent à la fois la Constitution et les différentes conventions internationales qu’elles ont signées, « poursuivant ainsi les pratiques du gouvernement précédent, qui a récemment été condamné par la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg à verser des dommages et intérêts à l’archevêché orthodoxe d’Ohrid ».

Source: Orthodoxie.com