Dimanche des Rameaux (2021)

Tropaire t, 1

Pour affermir avant ta Passion * la croyance en la commune résurrection, * d’entre les morts tu as ressuscité Lazare, ô Christ notre Dieu ; * comme les enfants de ce temps, nous portons les symboles de victoire * et te chantons comme au vainqueur de la mort : * Hosanna au plus haut des cieux, * béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Seigneur notre Dieu, toi qui sièges sur les Chérubins, tu as réveillé ta puissance et tu as envoyé ton Fils unique, notre Seigneur Jésus Christ, pour sauver le monde par sa croix, sa mise au tombeau et sa résurrection. Tandis qu’il s’approchait de Jérusalem, pour y subir de plein gré sa Passion, le peuple qui était assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort, prenant comme symboles de victoire les rameaux des arbres et les branches des palmiers, annonçait par avance la Résurrection. Et nous qui, à leur exemple, en ce jour d’avant-fête, portons en main des palmes et des rameaux et te crions «hosanna» comme jadis la foule et les enfants, garde-nous, Seigneur, sous ta protection ; afin que, par des hymnes et des cantiques spirituels, nous parvenions aussi à la vivifiante résurrection, le troisième jour, dans le Christ Jésus notre Seigneur, avec lequel tu es béni, ainsi que ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.

Psaume 50

Naissance au Ciel de Gérard Schorp, bienfaiteur de la Fraternité

Mr Gérard Schorp reçoit la médaille de la consécration de la Basilique au milieu de 500 fidèles dans la salle des fêtes de la Mairie de Lectoure

MÉMOIRE ÉTERNELLE ! 

Ce samedi 6 mars, où l’Église Orthodoxe célèbre la mémoire des défunts, notre grand ami et bienfaiteur, Gérard SCHORP, est né au Ciel. Le dimanche à 10h, en la basilique St Gény, en présence de nombreux fidèles le père Guilhèm a célébré la Divine Liturgie tandis que le Père Antoine retraçait un témoignage. André Michel Gérard SCHORP est né à Versailles (Yvelines) le 2 février 1935 et le Seigneur est venu le reprendre, pour un monde meilleur, le 6 mars 2021 à Houdan (Yvelines). Il nous accueillait à Églancourt, en Eure-et-Loir, où il résidait habituellement, et allions prier la Très Sainte Mère de Dieu, à Chartres, avec sa famille. Chaque année, il venait nous visiter au monastère et se recueillir dans cette Basilique, ayant une résidence dans le Gers qu’il aimait tant. Beaucoup d’objets d’art sacré et d’icônes ont été offerts par sa Famille à la Basilique et au Monastère car il était Expert qualifié à Paris et en France pour le Culte sacré, et surtout dans l’Art orthodoxe liturgique. Il était avec sa Famille à l’inauguration de la Basilique Saint Gény puis au Repas et Festivités qui regroupèrent plus de 600 fidèles à la salle des Fêtes de Lectoure, à la longue table des Métropolite, Évêques et Personnalités civiles et militaires, avec l’animation de l’agréable groupe folklorique de Lectoure. À son épouse SOLINE, à sa fille et son gendre, à sa petite fille, nous présentons nos sincères condoléances et les soutenons de nos prières dans cette séparation.

Dans la Basilique, le Représentant de l’État (Lunettes foncées) et des Autorités du Département (Maires et Conseillers généraux et municipaux) lors de la consécration de la Basilique
Mr Gérard Schorp est derrière à droite

Naissance au Ciel de Pierre Faussetelle

+ Pierre Faussetelle né le 11 décembre 1956 à Saint Aubin-de-Lanquais, près de Bergerac en Périgord, Dordogne. Trouvé décédé dans sa maison familiale paternelle, où il vivait seul, le 04 février 2021. Très attaché à notre Fraternité, il avait rencontré nos Pères, une dernière fois quelques jours avant sa naissance au Ciel. Âme pure et mystique, sa mère était venue de la Sainte Russie, avec son futur époux, militaire français, pendant la seconde guerre mondiale. De leur mariage, ils eurent cinq enfants, le plus jeune étant Pierre. L’office liturgique chanté a été célébré par les Pères Antoine et Guilhèm, en la belle église du Village, avec la permission de l’Évêché de Périgueux, en présence du Père Curé et de la famille, des amis et habitants du Bourg.

église Saint Aubin pour l’office des funérailles
Continuer la lecture de Naissance au Ciel de Pierre Faussetelle

Notre Dame de Grâce

FÊTE : 2 Février

Cette icône a été apportée dOrient par le chanoine FURSY de BRUILLE en 1440 et intronisée en 1452 en la Cathédrale de Cambrai. L’icône de Notre Dame de Grâce, dans la tradition de celles peintes par saint Luc, a été reconnue en 1905 par Bernadette Soubirous comme la plus ressemblante de la Dame qu’elle avait vue à Lourdes. La basilique Saint Gény de Lectoure possède une très antique reproduction de cette Icône, peinte sur cuivre, et plus grande que l’originale sur bois, offerte par Mr et Mme Gérard Schorp. Elle y est vénérée particulièrement pendant le mois d’août.

Réjouis-toi Vierge Mère de Dieu * ô Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, * tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de ton sein est béni, * car tu as enfanté le Sauveur de nos âmes.

Sous ta miséricorde * nous trouvons refuge, * Vierge Mère de Dieu ; * ne méprise pas les prières * que nous t’adressons * au milieu de tant de peines, * mais délivre, nous de tout danger, * seule Vierge si pure, entre toutes bénie. Très sainte Mère de Dieu, intercède pour nous.

Devant la grâce incomparable * de ta virginité, * devant le charme et le divin éclat * rayonnant de ta sainteté, * frappé de crainte, Gabriel s’écria : ô Mère de Dieu * quel éloge digne de ta sainteté * pourrai-je te présenter ? * De quel nom sublime te nommerai-je ? * Je ne sais et demeure interdit. * Aussi, me conformant à l’ordre reçu, * je te chante : * Réjouis-toi, ô Pleine de Grâce.

Noël 2020

Venez, réjouissons-nous dans le Seigneur, * en exposant le mystère de ce jour. * Le mur de séparation est renversé ; * le glaive flamboyant est déposé, * les Chérubins ne gardent plus l’arbre de vie ; * et moi, je participe aux délices du Paradis * dont la désobéissance m’avait exclu, *  car l’Icône immuable du Père divin, *  l’empreinte de son éternité, * prend forme d’esclave en naissant * d’une Mère vierge, sans subir de changement, * et le Dieu véritable demeure ce qu’il était, * assumant ce qui lui était étranger, * par amour des hommes, l’humanité ; * aussi chantons à notre Dieu : * Toi qui es né de la Vierge, aie pitié de nous.

Ton règne, ô Christ notre Dieu, * est un règne pour les siècles, * ton empire, pour les âges des âges. *  Toi qui pris chair du saint Esprit * et de la toujours-vierge Marie, * tu as fait luire sur nous ta clarté * en ton avènement, ô Christ notre Dieu ;  * lumière de lumière et du Père le reflet, * tu as illuminé toute la création. * Tout ce qui vit et respire te loue, * marque du Père en sa divine splendeur. * Toi dont l’existence précède les temps * et qui, né d’une Vierge, as brillé comme Dieu, * Seigneur Jésus, aie pitié de nous.

Le ciel se réjouisse et la terre exulte de joie, * puisqu’est né sur terre l’Agneau de Dieu * accordant au monde la rédemption. * Car le Verbe, qui est dans le sein du Père, est issu * sans semence, de la Vierge immaculée ; * les Mages s’extasièrent en le voyant à Bethléem * naître comme un enfant que glorifie l’univers.

La Vierge en ce jour enfante le suprême Dieu * et la terre offre asile en une grotte à l’Inaccessible. * Les Anges et les Bergers ensemble chantent sa gloire. * Vers Bethléem une étoile montre aux Mages leur chemin. * Car en ce monde vient pour nous * un enfant nouveau-né, le Dieu d’avant les siècles.

Ce sont les prémices des nations que t’amena le ciel, * Enfant couché dans une crèche, en appelant * par une étoile les Mages d’Orient ; * ce qui les frappa, ce ne fut ni sceptre ni trône, mais ton extrême pauvreté ; * quoi de plus ordinaire que la grotte, en effet, * et quoi de plus humble que les langes, dans lesquels * resplendirent les trésors de ta divinité. Seigneur, gloire à toi.

Il nous a visités du haut des cieux, * le Seigneur qui nous sauve, * Soleil levant plus brillant que tout soleil ; * nous qui étions dans les ténèbres et dans l’ombre de l’erreur, * nous avons trouvé la vérité, * car la Vierge à Bethléem * enfante le Seigneur notre Dieu.

Justes, réjouissez-vous, * cieux, tressaillez d’allégresse, * bondissez, montagnes, car le Christ est né ; * la Vierge siège à l’instar des Chérubins * et porte sur son sein le Verbe devenu chair ; * les Bergers glorifient le nouveau-né, * les Mages portent au Maître leurs présents, * les Anges le célèbrent et lui chantent : * Insaisissable Seigneur, gloire à toi.

Vénération d’une parcelle de la crèche de Bethléem dans un reliquaire ancien de l’Enfant Jésus offert par le Patriarche Diodore de Jérusalem

La Divine Liturgie de la Nativité de l’Emmanuel, en la Basilique Saint Gény de Lectoure,  sur demande de l’Etat, ne s’est pas déroulée la Nuit du 6 au 7 janvier, mais le jeudi à lO heures, avec une fervente et nombreuse assistance.

Les Pères ANTOINE, GUILHEM, ALAIN et BERNARD célébraient à l’autel, le Père ANGELO, malade, le Père THIERRY, hospitalisé, le Père MICHEL n’ayant pas obtenu sa matinée au travail, étaient absents mais en communion avec nous. Le Frère ALEXANDRE dirigeait le Chœur, le Frère MICHEL-ANDRE était lui aussi malade.

Très bel Office solennel, ferveur de la foule, homélie remarquée du Père Antoine sur Noël et l’An nouveau, cantiques populaires à la fin de l’Offices : Il est né le Divin Enfant et les Anges dans nos campagnes, avant de se retrouver à Béthanie pour des agapes fraternelles et cordiales préparées par les Dames patronnesses de la Fraternité.

Bonne & Sainte Année 2021

Il y a 20 ans église Saint Saturnin de Toulouse, autour de Mgr Luka, évêque de Paris, de gauche à droite :
père Guilhèm de Saint gény de Lectoure, Père Angelo de Saint Denis de Dénat/Albi, Lecteur David (Géorgien), Père Luka (Géorgien) de Barcelone, Père Michel de Saint Aventin de Tarbes

Mgr Luka est évêque des Paroisses de France, Belgique, Hollande, Luxembourg, Espagne et Portugal.

Maître et Seigneur notre Dieu, source de vie et d’immortalité, auteur
de toute la création visible et invisible, qui as soumis à ton pouvoir les
temps et les années, et diriges l’univers par la sagesse et la suprême
bonté de ta providence, nous te rendons grâces pour les bienfaits dont
tu nous as comblés dans les jours passés de notre vie ; et nous t’en
prions, Seigneur de tendresse, bénis de ta grâce la couronne de l’année
qui commence. Du haut du ciel accorde tes biens à tout ton peuple :
santé, salut et prospérité. Délivre ta sainte Église, cette ville et ce pays
de toute adversité, et donne-leur la paix et la tranquillité. Père éternel,
avec ton Fils unique et ton Esprit très-saint, bon et vivifiant, Dieu qu’en
l’unité de nature nous glorifions, rends-nous dignes de t’offrir en tout
temps notre action de grâces et de chanter pour ton nom très-saint :
Gloire à toi, ô Dieu, notre Bienfaiteur, dans les siècles des siècles.

Meilleurs Vœux dans la Fidélité

de gauche à droite :

+ Moine-diacre Bernard, Saint Gény de Lectoure

+ Père Thierry, Recteur Paroisse Saint Saturnin de Toulouse (31)

+ Père Angelo, Recteur Paroisse Saint Denys de Dénat les Albi (81)

+ Père Antoine, Recteur Paroisse Saint Gény de Lectoure (32)

+ père Guilhèm, recteur Paroisse Sainte Foy de Nérac (47)

+ Père Michel, Recteur Paroisse Saint Aventin de Tarbes (65)

+ Père Alain, Recteur Paroisse Saints Martial et Eutrope de Bordeaux (33)

Fête de Saint Nectaire d’Égine, le Centenaire (1920-2020)

Première icône peinte et vénérée par la Fraternité Saint Benoît au sein de l’Église orthodoxe : Saint Nectaire d’Égine et relique offerte par les moniales

     Le dimanche 22 novembre nous fêtions, en la basilique St Gény de Lectoure, Saint Nectaire d’Égine, selon le calendrier orthodoxe suivi par la majorité des Églises canoniques (Russie, Serbie…) , seul, en particulier, le Patriarcat de Constantinople, qui utilise le nouveau calendrier le fête le 9 novembre.

     Nous vénérerons la Relique conservée en la basilique St Gény de Lectoure offerte par les Moniales d’Égine lors de nos fréquents pèlerinages près du Saint et baiserons son icône, la première peinte et mise à la vénération dans notre Fraternité et placée dans le sanctuaire à Lectoure.
     Nous avons organisé maintes visites en ce Lieu-Saint de l’Ile d’Egine, avec nos fidèles, à 30 minutes du Pirée, près Athènes, y avons prié et célébré avec l’accueil des moniales.

     Depuis, une immense basilique a été construite qui attire des milliers de fidèles en pèlerinage qui viennent chercher secours, protection et faveur près de ce grand Saint grec contemporain.

   En 1982, nous avons édité sa vie écrite par Sotos Chondropoulos, ouvrage de 415 pages, malheureusement épuisé, le plus important de nos publications.

Père Antoine vénère la relique

Notre saint Père Nectaire naquit le 1er octobre 1846, en Sélybrie (Thrace), d’un couple de pauvres mais pieux chrétiens : Dimos et Marie Képhala. Nommé Anastase au saint Baptême, il montra dès son enfance une grande piété et un goût profond pour l’étude.

Comme sa mère lui apprenait le Psaume 50, il aimait à répéter le verset : «J’enseignerai Tes voies aux pécheurs… » (Ps 50, 15). Après avoir reçu l’enseignement élémentaire dans sa patrie, il fut envoyé par ses parents à Constantinople pour poursuivre son éducation, tout en travaillant comme employé dans un magasin. Le jeune garçon restait alors insensible aux troubles de la vie mondaine et se préoccupait seulement d’édifier en lui, nuit et jour, l’homme intérieur à l’image du Christ, par la prière et la méditation des écrits des saints Pères.

Reliquaire du crâne de Saint Nectaire vénéré par les fidèles

À l’âge de vingt ans, il quitta Constantinople pour devenir instituteur dans l’île de Chios. ll y encourageait avec zèle la jeu­nesse et les villageois à la piété et aux œuvres de la vertu, non seulement par ses paroles mais surtout par l’exemple même de sa vie d’ascèse et de prière. Désirant depuis longtemps embrasser la vie semblable aux anges, il devint moine sous le nom de Lazare, le 7 novembre 1876, dans le célèbre monastère de Néa-Moni. Ne cherchant que les choses d’en-haut, modèle de douceur et d’obéissance, il se fit aimer de tous les frères de la commu­nauté et devint diacre un an plus tard. Grâce à la générosité d’un pieux habitant de l’île, puis à la protection du patriarche d’Alexandrie, Soph­rone, il put compléter ses études à Athènes et obtenir le diplôme de la faculté de Théologie.

En 1885, il gagna Alexandrie, où il fut bientôt ordonné prêtre, puis consacré métropolite de la Pentapole (ancien diocèse correspondant à la Libye supérieure). Prédicateur et secrétaire patriarcal, il fut affecté au Caire, comme représentant du patriarche, dans l’église de Saint-Nicolas. Malgré ces honneurs, Nectaire ne perdait rien de son humilité et savait communiquer à son troupeau spirituel,  zèle pour les vertus évangéliques. L’amour et l’admiration que lui portait le peuple tournèrent pourtant à son désavantage. À l’instigation du Diable, certains membres du patriarcat, jaloux de ses succès, le calomnièrent, en disant qu’il cherchait à s’attirer les faveurs du peuple dans le but de s’emparer du trône patriarcal d’Alexandrie. Comme le saint ne cherchait pas à se justifier, mais mettait sa confiance dans la promesse du Christ qui a dit : «Bienheureux serez-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on vous calomniera de toute manière à cause de moi… » (Mat. 5, 11) ; il fut chassé de son siège et s’embarqua pour Athènes, où il se retrouva seul, ignoré, méprisé et manquant même du pain quotidien, car il ne savait rien garder pour lui-même et distribuait aux pauvres ses maigres ressources. Abandonnant son projet initial de se retirer au Mont-Athos, le doux et humble imitateur de notre Seigneur Jésus-Christ, préféra sacrifier son amour de la retraite au salut de son prochain. Il resta quelques années comme prédicateur (1891-1894), puis fut nommé directeur de l’école ecclésiastique Rizarios, destinée à la formation des futurs prêtres. Sa profonde connaissance de l’Écriture, des saints Pères et même des sciences profanes, et son autorité pleine de douceur dans la direction des hommes lui permirent de donner rapidement à cette institution une haute qualité intellectuelle et morale. Le saint hiérarque se chargeait de la direction et des leçons de Pastorale, mais il ne cessait pas pourtant de vivre le programme d’ascèse, de méditation et de prière d’un moine, en y ajoutant les hautes fonctions de prédication et de célébration régulière des saints mystères, au sein de l’école mais aussi dans la région d’Athènes. Nectaire gardait pourtant au fond de son cœur un amour brûlant pour la quiétude et la paix de la vie dans les monastères, aussi profita-t-il du désir exprimé par un certain nombre de ses filles spirituelles pour se retirer des troubles de la vie mondaine et fonder un monastère féminin dans l’île d’Égine (entre 1904 et 1907).

Vénération du reliquaire du Saint par Père Antoine

Malgré d’innombrables soucis et difficultés, le saint veillait à y instaurer un type de vie cénobitique dans la fidélité scrupuleuse à l’esprit des saints Pères. Il dépensait sans compter ses forces corporelles et spirituelles pour l’installation des bâtiments, pour la célébration des offices et pour la direction spirituelle de chacune de ses disciples. On le voyait souvent travailler au jardin, vêtu d’une misérable soutane, ou, lorsqu’il disparaissait pour de longues heures, on devinait qu’il s’était alors enfermé dans sa cellule pour élever son intelligence vers Dieu, en la fixant dans son cœur pour y goûter la douceur du saint Nom de Jésus. Bien qu’il ait fui tout contact avec le monde et qu’il réglât strictement les visites dans le couvent, la réputation de ses vertus et des grâces que Dieu lui avait données se répandit dans la région, et les fidèles venaient vers lui, attirés comme le métal par l’aimant. Il guérit de nombreux laïcs et des moniales de maladies qui les affligeaient, fit venir la pluie sur l’île qui souffrait de la sécheresse. Il soulageait, consolait, encourageait. Il était tout pour tous, pouvant tout dans le Christ qui habitait en lui par la Grâce du Saint-Esprit. Il était familier des saints et de la Mère de Dieu, et ceux-ci lui apparaissaient fréquemment pendant la sainte Liturgie ou dans sa cellule. Malgré les difficultés de la période qui suivit la première guerre mondiale, il interdit strictement à ses moniales de mettre quoique ce soit en réserve pour leur nourriture, mais ordonna de distribuer leurs surplus aux pauvres, en se confiant au jour le jour à la miséricorde de Dieu. En plus de toutes ces tâches, Nectaire trouvait le temps de rédiger un grand nombre d’ouvrages de théologie, de morale, d’histoire de l’Église pour la confirmation de l’Église de Grèce dans la sainte tradition des Pères, alors souvent ignorée du fait des influences occidentales.

Mère Marie

Vivant donc comme un ange dans le corps et faisant briller autour de lui les rayons de la lumière incréée de la grâce, le bienheureux eut encore à souffrir calomnies et injustes accusations sur son monastère, de la part de membres de la hiérarchie. Il supporta ces dernières épreuves avec la patience du Christ : sans murmure ni révolte. C’est alors qu’il fut atteint d’une douloureuse maladie pendant plus d’un an et demi. Il rendait grâce à Dieu de l’éprouver ainsi et s’efforça de garder son mal secret jusqu’aux tout derniers temps qui précédèrent sa mort. Après un dernier pèlerinage auprès d’une icône de la Mère de Dieu, située non loin du monastère, il annonça à ses disciples son prochain départ pour le Ciel, et fut transféré dans un hôpital d’Athènes, où, après cinquante jours de souffrances, qu’il supporta avec une patience qui édifiait tous ceux qui l’approchaient, il remit en paix son âme à Dieu (le 8 novembre 1920). Les fidèles d’Egine, ses disciples et tous les chrétiens qui l’avaient approchés pleurèrent la perte du doux et compatissant disciple du Christ, qui, toute sa vie, avait supporté calomnies, persécutions et injustes accusations en prenant pour modèle la divine Passion de son Maître. Mais Dieu lui a rendu gloire et, dès son repos, les miracles ont abondé et abondent quotidiennement jusqu’à aujourd’hui pour ceux qui approchent avec foi de ses reliques ou qui se confient à sa puissante intercession. Le corps du saint resta miraculeusement incorrompu pendant plus de vingt ans, en dégageant un parfum céleste et délicat. En 1953, lorsqu’il fut finalement dissous selon les lois de la nature, on procéda à la translation de ses reliques et l’on put constater alors que le même parfum s’en dégageait puissamment. Il n’a pas cessé depuis de réjouir les fidèles qui s’approchent de ces précieux restes, en leur donnant l’assurance que Saint Nectaire a trouvé accès auprès de Dieu, dans la demeure des saints. Son culte a été officiellement reconnu en 1961 et le récit de ses miracles ne cesse d’être écrit chaque jour. Son tombeau, à Egine, est devenu un des pélerinages les plus fréquentés de Grèce.

Nos nombreux pèlerinages à Égine

icône vénérée à Lectoure
Monastère de moniales
Chapelle du monastère
Intérieur

EXÉGÈTE DES DOGMES ORTHODOXES, RÉCEPTEUR DES PAROLES DIVINES, HIÉRARQUE INSPIRÉ, TU GUIDES DIVINEMENT LES PENSÉES DES FIDÈLES VERS L’AMOUR DE DIEU ET LE SALUT
C’EST POURQUOI TU AS ÉDIFIÉ À ÉGINE, TON SAINT MONASTÈRE, POUR Y CULTIVER LES ÂMES, Ô PÈRE PORTEUR DE DIEU.
L’ASSEMBLÉE DES MONIALES Y VÉNÈRE TES RELIQUES ET FÊTE AVEC DÉVOTION TA MÉMOIRE SACRÉE.
Ô VASE SPIRITUEL CONTENANT LA MANNE, LAMPE PORTEUSE DE LA LUMIÈRE, AURORE DIVINE,
TU AS CONDUIT DANS LA LUMIÈRE, NECTAIRE LE DIVIN, L’OUVRIER DE LA VERTU.
IL T’A VRAIMENT PROCLAMÉE VIERGE .ET MÈRE DU TRÉS-HAUT NOTRE DIEU,
ET MAINTENANT, IL JOUIT DES ILLUMINATIONS DE TON FILS ET GLORIFIE AVEC LES ANGES, TA GLOIRE INFINIE.


La Fraternité Orthodoxe Saint Benoît doit à Saint Nectaire d’Égine beaucoup de grâces : multiples conversions et soutien dans les épreuves mais surtout ne nous a-t-il pas montré l’authentique Église du Christ ? Sa vie, que nous éditions en 1982, n’était pas encore sortie de chez notre imprimeur qu’il nous dirigeait vers la sainte Église Orthodoxe. Si nous voulions sauver nos âmes, semblait-il nous dire, quittez un essai d’orthodoxie où vous vous êtes fourvoyés et où le Malin vous a aveuglé ! Malgré ce déchirement, nous n’hésitions pas de nous rendre au sein de la Sainte Église où la foi est dans sa plénitude, où la vie monastique est vécue dans toute son intégrité, où la prière et l’ascèse sont le lot quotidien des clercs comme des fidèles. Et depuis… Un de nos monastères français a été placé sous sa protection ; nos églises paroissiales font vénérer sa sainte icône et ses reliques… Et avec sa douceur, il a fait comprendre aux pèlerins où était la vérité et, malgré des renoncements et d’importants changements, ils se sont convertis et ont suivi ce cheminement spirituel qui donne la joie d’être des enfants de Dieu, celle des fidèles de son Église Orthodoxe. Lors de notre premier voyage en Grèce, notre Communauté de Lavardac se rendait en pèlerinage à Égine, et là, près des saintes reliques embaumées, nous présentions à Saint Nectaire notre Mission, lui demandant de nous soutenir ainsi que nos fidèles précipités si jeunes dans l’arène des combats. Il nous a entendu et sa présence n’a jamais fait défaut. Il était donc tout à fait normal que notre Monastère entreprenne la traduction de ses écrits et les publie, en commençant par ceux en l’honneur de la Mère de Dieu !

Retraçons ensemble une page de sa vie pour notre édification : En 1893, Saint Nectaire devait prêcher à Galaxidi, petit village portuaire. L’église était pleine
à craquer de femmes et d’enfants. Des visages graves, pensifs, avec une tristesse secrète, les visages de gens qui avaient pris l’habitude de choisir en silence, dans la vie, le chemin de la montée difficile sans chercher un changement qui leur apporterait plus de facilités.
Nombreuses étaient celles qui étaient vêtues de noir, les veuves sans doute, éplorées, à qui la mer déchaînée avait pris le corps de leur compagnon, du père de leurs enfants, pour le donner en nourriture aux requins.

Bien sûr, il y avait aussi quelques jeunes filles qui connaissaient encore rien des amertumes de la vie commune et qui faisaient des rêves : elles souriaient et leurs yeux brillaient d’une attente heureuse. Toutes regardaient avec des yeux suppliants l’icône de Notre Dame, Mère de Dieu. Surement, avec cet instinct infaillible du peuple, elles pourraient comprendre par quel martyre, par quelles larmes de douleur, elle a conquis le ciel et les anges et sa place à côté du Trône saint, l’Élue des élus de la terre, la seule bénie, cette Rose inflétrissable qui est devenue Mère de tous les chrétiens, et dont les bras sont toujours ouverts pour consoler les affligés.

Ah l’Orthodoxie, pensa Nectaire une fois de plus en sortant du sanctuaire pour prêcher notre douce et patiente Orthodoxie ! Comme elle compatit avec ses enfants qui luttent ! Avec quelle angoisse elle attend qu’ils surmontent l’épreuve, qu’ils soient vainqueurs et tendent les mains pour recevoir la couronne de gloire ! “Son cœur battait très fort et sa parole sortie comme un torrent de feu. ll parla de la patience en s’inspirant du soixante-dix-huitième discours d’Antiochos, moine de Galatie : “Mes filles, enfants du Seigneur, commença-t-il, je vois que vos âmes se tournent avec une silencieuse supplication vers la toute sainte Mère de Dieu. L’Eglise orthodoxe la montre toujours à la place, au centre, entre le Ciel et la terre, entre le Seigneur tout-puissant et son Église combattante. C’est elle notre meilleure avocate : elle reçoit les supplications de tous, elle connaît toutes nos mésaventures, tous nos espoirs, et elle les porte avec l’audace d’une mère envers son fils, au Crucifié et triomphant Seigneur, Lui qui a tout pouvoir, dans le Ciel, sur la terre et dans les enfers. Je ne veux pas parler davantage sur son rôle sublime et bienfaisant. Un cœur chrétien sincère cherche et apprend. Je vais parler uniquement d’une très grande vertu qu’elle possédait durant sa vie terrestre : je vais parler de la patience. Imaginez, mes filles, tout ce que la Mère de Dieu a supporté dans cette vallée de larmes que nous appelons “la terre”. Imaginez tout ce qu’elle a supporté depuis sa première jeunesse, toute jeune fille, lorsqu’elle prononça ces paroles salvatrices : “Voici la Servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon ta parole”, au grand archange qui lui annonça le plan du salut du monde.

Méfiance, fatigue, pauvreté, tristesse, déchirement, solitude, il faudrait des livres entiers pour parler de chaque instant de la vie terrestre de notre Sainte Mère, la Très-Pure. Elle fut, elle est et elle sera toujours, la plus glorieuse athlète de la patience, une patience qui étonna les anges et séduisit les saints. Mes filles, le repentir n’est pas couronné sans la patience. Nous ne pouvons acquérir aucune vertu sans la patience, absolument aucune : ” Il faut accepter toutes les épreuves et les tristesses avec patience et actions de grâce pour conquérir la terre promise.” Mais notre très doux Seigneur, notre bonheur, Notre-Seigneur Jésus-Christ dit: “celui qui patientera jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.” Et quand le plus grand de ses apôtres, le divin Paul, le pria de le guérir de l’écharde qui le torturait, il répondit: ” Ma grâce te suffit, car ma force s’accomplit dans la faiblesse… “

À la fin du sermon, on entendait des soupirs de soulagement. Après la liturgie, il fut entouré de partout et on le pria de ne pas partir. Il dut rester trois jours à Galaxidi pour consoler certaines personnes profondément déprimées. En rentrant chez lui, il prit froid et dut s’aliter pendant une vingtaine de jours. Heureusement, comme nous l’avons déjà dit, il se trouvait en bonnes mains : ses propriétaires, les enfants, faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour lui et pour le guérir. Ils n’auraient même pas laissé entrer une mouche dans sa chambre. En ces jours-là, il eut une vision pendant son sommeil. ll se vit le soir, sur une prairie verte, seul et chantant lentement l’hymne “Lumière joyeuse”, lorsque, soudainement, tout fut illuminé d’une lumière aveuglante. À cinq ou six mètres devant lui, apparut une femme, simplement vêtue, avec un visage grave et triste. Des étoiles brillaient sur ses épaules, deux personnages d’aspect ascétique l’accompagnaient : il lui sembla reconnaître saint Basile le Grand et saint Grégoire Palamas.

–  Nectaire ! lui dit la femme d’une voix fraîche comme une eau de source.

– Nectaire ! Il la regarda et fut pétrifié.

– Notre souveraine, Mère de Dieu ! Tu as daigné…

– Ne te trouble pas, reprit-elle. Nous t’aurions invité à te joindre à nous. Déjà hier, les anges se préparaient pour toi….

–  Oh je ne me suis rendu compte de rien, absolument de rien !

–  Mais il a plu au Seigneur que tu restes. Tu continueras encore à suivre la route triste. Combien d’années ? Je ne sais pas.

– Notre souveraine, Mère de Dieu, murmura-t-il, ne pars pas, ne m’abandonne pas, j’ai peur !

– Calme-toi et continue ton combat : le Seigneur t’aidera.

Puisse Saint Nectaire d’Égine nous fortifier dans la foi Orthodoxe ! Puisse la Mère de Dieu nous soutenir dans notre combat quotidien ! C’est le vœu ardent que formule pour vous votre serviteur au sanctuaire, en vous présentant ces justes glorifications de la Mère de Dieu écrites par l’un de ses plus grands chantres. C’est un véritable catéchisme orthodoxe à propos de la très Sainte Vierge.

+Hiéromoine ANTOINE
en ce jeudi 9 novembre 1984
fête de Saint Nectaire d’Égine

Rétrospective

Saint Nectaire

  • Né le 1er octobre 1846 en Silivrie
  • Moine le 7 novembre 1876 à Néa-Moni
  • Docteur en théologie à Athènes
  • Prêtre, métropolite de la Pentapole à Alexandrie
  • Directeur de séminaire à Athènes
  • Fondateur du monastère de moniales à Égine 1904-1907
  • Né au Ciel le 8 novembre 1920

Dans l’intimité de Saint Nectaire


Dans sa cellule

Premier pèlerinage en 1986

De droite à gauche :

+ Marthe Colin, moniale Marie 

Née à Monblanc (Gers) le 24/04/1930, moniale à Tarbes église Saint Aventin, décédée le 26/12/2012 en présence du Père Michel, Recteur de la Paroisse.

+ Hiéromoine Antoine (en 1982) secrétaire de l’Archevêque Andréas

+ Hiéromoine du monastère de Kératea, notre guide

+ Suzanne Brousse, devenue moniale en Grèce en 1991 au monastère de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple, près de Corinthe et de Saint Patapios

Un des pèlerinages avec les fidèles

Le 22 novembre (9 novembre au calendrier orthodoxe) en la Basilique Saint Gény de Lectoure, fête du centenaire de Saint Nectaire d’Égine.

Baptême d’Arya

Le samedi 29 Août 2020 à Saint-Georges dans le Lot-et-Garonne, le Rév. Père Antoine a baptisé Arya Myriam Talia ALONSO, née le 25 08 2019 à Villeneuve-sur-Lot, en présence du parrain Gaëtan Crouzat, de la marraine Agathe Alonso, de la famille ainsi que leurs amis.

La servante de Dieu, Arya, est baptisée au non du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.