Solidarité Kosovo Classe de mer 2019

Classe de mer, adieux en musique et en danse


Jeudi 8 août, avant-dernier jour de cette huitième classe de mer. Après une matinée de baignade, nous recevons la visite de Monseigneur Métodijé, qui arrive alors que les enfants sont en train de finir les dessins commencés la veille. Chacun reçoit de la main de l’évêque une croix fabriquée à la main par les moines de différents monastères du Monténégro et échange quelques mots avec lui.

Nous faisons une photo de groupe autour de Monseigneur, qui dit quelques mots aux enfants avant de repartir.


Puis nous prenons la direction de la petite église de Donja Latsva, qu’on aperçoit depuis l’extrémité de la plage de l’hôtel. Nous embarquons, sur le quai juste en face de l’église, dans un de ces bateaux-restaurants qui le soir emmènent les touristes dîner au beau milieu de la baie de Kotor. Sur le pont supérieur nous attend un goûter que les enfants entament alors que le bateau commence ses manœuvres. Nous partons pour une virée de trois heures dans la baie de Kotor. 

Entre mer et montagne, l’église de Donja Lastva

Nous tournons autour de Notre-Dame du Rocher, construite au beau milieu de la baie par les pêcheurs pour demander la protection de la Vierge. Apercevons la route prise deux jours auparavant pour se rendre au mausolée de Petar Njegos. Admirons les montagnes immenses qui entourent la baie de partout. Retraversons l’embouchure de la baie de Kotor, au pied de la jolie église Sveta Nedelja, pour retourner dans la baie de Tivat. Faisons une visite aux yachts immenses de Porto Montenegro. Allons jusque devant Tivat et son aéroport, d’où les avions en décollant semblent frôler la toile tendue au-dessus du pont pour l’ombrager. Contournons une autre église posée sur un rocher, Notre-Dame de la Miséricorde, noyée de lumière par le soleil qui se glisse vers la mer tout au bout de la baie de Tivat, au-delà d’Herceg Novi. Apercevons un bateau-pirate d’un côté, une épave fraîchement échouée de l’autre. Puis retournons vers notre point de départ.

Les enfants sont émerveillés par la beauté de la baie de Kotor


Pendant ces trois heures, on rit, on discute, on admire le paysage, on joue aux cartes, on goûte, on fait des photos. Les plus jeunes se retrouvent même au poste de pilotage et ont l’autorisation de manœuvrer le volant du bateau pendant quelques instants !
Bref, on vit la vie d’enfants libres et joyeux lâchés dans un quotidien extraordinaire et qui en profitent à fond.

Conduire un bateau-mouche ? Encore quelques leçons pour ces jeunes garçons


Puis arrive le dernier jour, parce qu’il en faut bien un. Dernière baignade, derniers jeux, derniers repas tous ensemble. Et dernière soirée. Dans la cour de l’hôtel, une grande table est installée et couverte de boissons et de gâteaux. Les enfants, en rang par équipe, écoutent Boban distribuer les prix. Arnaud conclut la semaine en remerciant tous les enfants pour leur bon esprit et tous les encadrants pour leur travail et lance les festivités. Un joueur de gusle, instrument traditionnel des Balkans, chante un long chant épique monténégrin, dernier aperçu pour les enfants de l’Histoire et de la culture de ce pays, qui est tellement intimement liée à l’Histoire de la Serbie qu’elle est aussi la leur.

Le son épique de la gusla

Puis les enfants entonnent à leur tour un chant traditionnel du Kosovo, surprise préparée longuement en cachette pendant la semaine. Enfin, tout le monde se retrouve autour de la table pour clore en chansons et en danses ce très beau huitième séjour en bord de mer.

Le lendemain matin, samedi 10 août, nous nous disons adieu au pied du bus qui renverra les enfants à leur quotidien, à leurs difficultés, à leurs craintes. Mais ils y retournent, nous en sommes certains, avec des forces renouvelées et renforcées par une dose supplémentaire d’espérance : un jour, leur vie pourra ressembler à celle qu’ils ont vécue ici pendant une semaine. Une vie libre, libérée de la peur, libérée des frontières de leurs enclaves.

Nous remercions encore tous nos donateurs, qui ont rendu ce huitième séjour possible. Nous remercions aussi tous ceux qui nous ont suivi sur les réseaux sociaux pendant cette semaine, réagissant avec enthousiasme à nos publications. Merci enfin les enfants pour votre joie de vivre et pour vos sourires !

L’équipe de “Solidarité Kosovo

PS : les personnes souhaitant nous aider peuvent contribuer au développement de nos activités en nous faisant un don. Par chèque à l’ordre de « Solidarité Kosovo », BP 1777, 38220 Vizille ou par Internet en cliquant sur paypal :

PS2 : « Solidarité Kosovo » étant reconnu d’intérêt général, chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant du don. A titre d’exemple, un don de 100 € vous permet de déduire 66 € sur la somme de vos impôts à payer. Ainsi votre don ne vous coûte en réalité que 34 €.www.solidarite-kosovo.org       Solidarité Kosovo BP 1777, 38220 VIZILLE, FRANCE
Conformément à la loi« “Informatique et liberté »” du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.Pour vous désinscrire, ENVOYEZ SIMPLEMENT UN MESSAGE SANS RIEN ÉCRIRE D’AUTRE à cette adresse  info-unsubscribe@solidarite-kosovo.org

« Ce n’est ni Rome, ni Constantinople, mais Jérusalem qui a enfanté toutes les Églises » a déclaré le métropolite Amphiloque

1 août 2019 par Yannick Provost

« Ce n’est ni Rome, ni Constantinople, mais Jérusalem qui a enfanté toutes les Églises » a déclaré le métropolite Amphiloque

Dans une interview à l’agence Tass, le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque (Église de Serbie) s’est exprimé sur la situation des Églises dans les Balkans, et à propos de l’autorité du patriarcat de Constantinople : « Je ne crois pas que le modèle du schisme orthodoxe en Ukraine puisse être répété dans les Balkans ou au Monténégro. Dedeić (le leader de « l’Église orthodoxe monténégrine » schismatique, ndt), a été réduit à l’état laïc par le patriarcat de Constantinople, donc il ne peut en être question. Pour ce qui est de la Macédoine, je ne voudrais pas croire qu’après tous les événements [en Ukraine], le patriarcat de Constantinople déclare la guerre aussi à l’Église orthodoxe serbe. Après l’Ukraine, on peut s’attendre à tout, mais j’espère néanmoins, qu’on n’en arrivera pas là », a-t-il déclaré. Le métropolite a exprimé ses regrets que « ce ne sont pas les plus dignes qui influencent le patriarche de Constantinople, mais un certain groupe de jeunes métropolites, des gens ambitieux, qui par leurs ambitions incitent le patriarche à certains agissements ». « J’ai discuté avec des gens sérieux en Grèce et d’autres encore, je ne veux pas les nommer maintenant, qui sont mécontents d’une telle influence sur le patriarche de Constantinople. C’est un homme âgé et qui s’emploie à renforcer sa primauté. Or, en réalité il la met en danger, il n’y a aucun doute à ce sujet. Il y eut de grands hiérarques sur le trône patriarcal de Constantinople, reconnus universellement, comme saint Jean Chrysostome et saint Grégoire le Théologien, mais il y eut aussi des patriarches qui ont été condamnés pour hérésie, il n’y a pas de hiérarques infaillibles dans l’Église », a souligné le métropolite. Celui-ci a rappelé que le rôle historique particulier du patriarche de Constantinople était dû au rôle de la ville de Constantinople comme capitale impériale : « Depuis 1453, Constantinople a cessé d’être capitale impériale, c’est aujourd’hui la capitale d’un sultan. Cette qualité de capitale impériale a été héritée par l’Empire russe, qui a joué un grand rôle pour toute l’Orthodoxie jusqu’à la mort du Tsar en 1918. Après la chute de Constantinople et le meurtre du Tsar en Russie, ces deux centres ne jouent plus leur rôle d’antan, aussi l’Église doit revenir à cette structure qui existait avant l’empereur Constantin. L’époque constantinienne de l’histoire ecclésiale est terminée. La seule autorité qui peut résoudre toutes les questions orthodoxes, c’est le Concile œcuménique ». Selon le métropolite, le Concile doit être convoqué par le patriarche de Constantinople. « Cependant, s’il continue à se conduire de la sorte, il perdra ce droit aussi. La seule Église qui est véritablement la mère de toutes les Églises orthodoxes est celle de Jérusalem, parce que ce ne sont ni Rome, ni Constantinople, mais Jérusalem qui a enfanté toutes les Églises » a conclu le métropolite Amphiloque. Il a également déclaré que l’Église devrait revenir au système qui existait avant l’empereur Constantin et que toutes les difficultés devraient être résolues par un Concile oecuménique.

Sources : 1 et 2

Traduction: Orthodoxie.com

Classe de mer 2019 : un démarrage agité (Solidarité Kosovo)

Classe de mer 2019 : un démarrage agité On se serait cru sur la grille de départ d’une course de Formule 1, samedi 3 août, sur une des plages bordant la baie de Tivat : quarante-trois enfants frissonnaient d’impatience en attendant un « top départ » qui ne venait pas.

Cette impatience grandissait déjà depuis plus de 16 heures. À minuit dans la nuit du vendredi au samedi, ils étaient montés dans un bus pour dix heures de voyage sur des routes sinueuses dans les montagnes séparant le Kosovo du Monténégro. Dix heures de route pendant lesquels ils avaient somnolé, secoués par les virages incessants, avant que le soleil se lève enfin et leur laisse le loisir d’observer le paysage, le nez collé à la vitre, pour être le premier à apercevoir, au loin, cette mer tant attendue. 

En route vers la première baignade du séjour!

Arrivés à Tivat, les yeux gonflés de fatigue, il a d’abord fallu se répartir les chambres, puis aller déjeuner. Toujours sans avoir pu voir vraiment la mer, encore moins y glisser le pied. Après le déjeuner, le soleil au zénith les avait poussés dans leurs chambres pour deux heures de repos. Mais comment se reposer quand on sent l’air marin par la fenêtre entrouverte ?

Enfin, à 16 heures, a retenti le signal tant attendu. Enfiler les maillots de bain, se regrouper, se recouvrir mutuellement de crème solaire, écouter les consignes… et enfin, faire le premier pas vers la mer. Enfin !

Située dans la baie de Kotor, la ville de Tivat offre un cadre de vacances magnifique.

Hélas, l’attente n’allait pas pouvoir être satisfaite tout de suite. Chose rare dans cette baie séparée du large par deux larges bandes de terre, des vagues, petites mais nerveuses, venaient frapper le quai bétonné de la plage de l’hôtel, éclaboussant largement les chaises longues installées là. Dans ces conditions, impossible de laisser 40 enfants de 10 à 14 ans se jeter à l’eau. Il fallut donc attendre, encore, que le vent baisse et que l’eau s’apaise. Quarante-trois enfants au bord de l’eau, prêts à bondir. Quarante-trois voitures sur la grille de départ ; quarante-trois fauves affamés sentant le repas arriver…

Heureusement, le vent tomba bien vite, au grand soulagement de l’équipe d’encadrement qui commençait à s’inquiéter : « Qu’allons-nous pouvoir leur faire faire pour qu’ils oublient ce rendez-vous raté ? » On descendit dans l’eau doucement, peu à peu, prudemment. Les éléments continuèrent de se calmer, si bien qu’en un rien de temps tout le monde était dans l’eau, s’éclaboussant, se jetant, poussant de grands cris. Cette attente interminable prenait fin, enfin.

Une mer agitée attendait les enfants pour leur premier bain de mer.

On ne sortit de l’eau que pour aller dîner. Et on ne sortit de table que pour aller dormir, enfin, l’excitation retombée, l’attente satisfaite.

Le lendemain, après une baignade matinale, ce fut le moment d’inaugurer les olympiades, qui courront tout le long du séjour. Chaque début d’après-midi, à l’heure où le soleil frappe trop fort sur les plages, les enfants se retrouveront à l’ombre d’un bosquet, sous la direction de « Professor » Dejan, professeur de gymnastique, assisté de Boban, professeur d’arts plastiques, pour une épreuve sportive en équipe. Ces équipes mêlent des enfants de différents âges et venant d’enclaves différentes, afin que les liens se créent au-delà des affinités naturelles et des groupes déjà constitués. Ce dimanche 4 août, c’est à une course de relais que s’affrontèrent les enfants, chaque équipe rencontrant toutes les autres et les scores étant notés dûment. L’équipe la plus méritante sera spécialement récompensée lors de la dernière soirée du séjour.

Stefan (à droite) est champion de Serbie en course 800m. Il a brillé sur ce relais!

Voilà deux jours déjà que nous sommes ici tous ensembles. La glace est brisée, le groupe est sympathique et soudé. Cela ne fait aucun doute : la semaine va être bonne !

Merci à vous tous qui nous soutenez, merci aux donateurs qui ont rendu ce huitième séjour possible !

Nous postons des photos chaque jour sur nos réseaux sociaux, accessibles même sans compte : n’hésitez pas à y passer régulièrement pour suivre nos aventures presque en direct : https://www.facebook.com/solidarite.kosovo

L’équipe de “Solidarité Kosovo

PS : les personnes souhaitant nous aider peuvent contribuer au développement de nos activités en nous faisant un don. Par chèque à l’ordre de « Solidarité Kosovo », BP 1777, 38220 Vizille ou par Internet en cliquant sur paypal :

PS2 : « Solidarité Kosovo » étant reconnu d’intérêt général, chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant du don. A titre d’exemple, un don de 100 € vous permet de déduire 66 € sur la somme de vos impôts à payer. Ainsi votre don ne vous coûte en réalité que 34 €.www.solidarite-kosovo.org       Solidarité Kosovo BP 1777, 38220 VIZILLE, FRANCE
Conformément à la loi« “Informatique et liberté »” du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.Pour vous désinscrire, ENVOYEZ SIMPLEMENT UN MESSAGE SANS RIEN ÉCRIRE D’AUTRE à cette adresse  info-unsubscribe@solidarite-kosovo.org

Il y a 11 ans naissait au Ciel le Père Denis au Monastère Sts Clair et Maurin de Lectoure

L’Archidiacre DENIS lors de l’Intronisation du Pape Jean-Paul Ier à Rome

ORAISON FUNÈBRE DE L’ARCHIMANDRITE DENIS

-21 JUIN 2008-

Mes Bien Chers Frères,

“Pour moi, la vie c’est le Christ et la mort m’est un gain”

Par ces paroles, l’apôtre Paul a fait son propre panégyrique mais aussi l’éloge de notre Archimandrite Denis, Abbé émérite du Monastère St  Gény, où ce moine vécut au IVème siècle, prêtre selon le coeur de Dieu.

En toute vérité, Jésus-Christ dont il fut le prêtre a été pendant le cours de son laborieux et fécond ministère, la respiration de sa bou­che, le battement de son cœur, le grand ressort de son âme, l’hymnogra­phe   qui servit la sainte Église orthodoxe et qui permit aux Francophones de  prier et de chanter sur de beaux textes et d’harmo­nieuses mélodies les louanges de Dieu.

Né le 23  juillet 1933, à Nice, d’un père catholique Maurice GUILLAUME  et d’une mère protestante Adrienne de MONDENARD de MONIE, il fut le cinquième et dernier enfant.

Toujours premier de sa classe, avec les prix d’Honneur et d’Excellence, il obtenait à 15 ans le baccalauréat. Après le concours d’entrée à Santé militaire, à Lyon, il se rendit en pèlerinage à Ars et se sentit appelé à la vie monastique, mais avant de suivre sa vocation il obtint, en quatre ans, la licence ès Lettres, tout en apprenant quelques langues: l’anglais, l’italien, le néerlandais, le suédois, le russe, le grec moderne et le slavon.

C’est en 1954 qu’il fit un premier séjour au Monastère bénédictin oriental de Chevetogne (Belgique), avant de commencer son service militaire au Liban, comme professeur de français, latin, grec et allemand à l’Université St Joseph de Beyrouth. Dès 1957 il entre au monastère et prend l’habit sous le nom de Frère DENIS. Après ses premiers Voeux en 1961, il est envoyé à Rome pour étudier la théologie et apprend l’hébreu, le grec biblique, l’arménien classique et l’arabe. En 1962 il fait sa Profession solennelle et définitive.

Ordonné Diacre le 15 avril 1963, selon le rite byzantin, en l’église St Athanase des Grecs à Rome par le métropolite de Lvov S.E. Mgr Joseph SLIPYJ puis nommé Archidiacre par le Patriarche Maximos V d’Antioche, il se mit à traduire les offices byzantins en français et à les adapter aux musiques liturgiques, puis il publia plus d’une centaine de livres toujours utilisés et des milliers de pages. Il concélébra avec le Pape Jean-Paul Ier, qui l’appelait son diacre orthodoxe, puis assista Jean-Paul II à l’autel.

À Rome puis à Parme, il continua son travail d’érudition avant de devenir l’archidiacre de l’Évêque grec orthodoxe Mgr Stéphanos de Nice qui l’ordonna prêtre en 1996, en Camargue, avant d’être nommé, par le Patriarche de Constantinople, Primat grec d’Estonie. De son côté le Moine-Prêtre Denis servit aux paroisses d’Avignon et Marseille, puis San Remo et Nîmes où après avoir célébré en diverses chapelles, nommé Archimandrite en 2004 par le métropolite grec Emmanuel, il put trouver une église et y implanter la Paroisse St Antoine-La Pêche miraculeuse qu’il avait fondée.

Dans cette paroisse cévenole, travaillant jour et nuit, il tomba malade, peu soutenu, au milieu d’intrigues de civils qui le minaient, hospitalisé à plusieurs reprises. Heureusement sa foi, sa vie de prière et ses activités intellectuelles lui permirent de tenir. Pendant plus de 20 ans, à Rome, à Parme, à Nîmes il correspondit régulièrement avec notre Fraternité et composa, comme il le fit pour des centaines de saints occidentaux, l’Office complet de St Gény en 2001 et celui des Saints Clair et Maurin, et le dernier composé par lui, avec son âme poétique, le fut sur notre demande, en avril 2008 où il édita l’Office de Saint Andéol du Vivarais, diacre martyrisé en 208, ayant eu le crâne fracassé en forme de Croix, avec un sabre, et dont le sang se déversa dans le Rhône.

En 2007, sa santé s’aggrava avec des dialyses trois fois par semaine, une artérite galopante, une vue qui baissait mais, avec l’ordinateur, qui grossissait ses textes, il continua à oeuvrer pour la Gloire de Dieu comme toujours. Cependant il ne pouvait rester longtemps debout et il fut obligé d’arrêter de célébrer les Divines Liturgies de sa paroisse. Il fit des demandes pour le seconder mais sans résultat. Il nous écrivit fréquemment pour lui venir en aide et ses lettres étaient de plus en plus pathétiques, jusqu’à ce que, au retour de Lyon, nous nous arrêtions, en mai 2007 à Nîmes où je le rencontrai pour la première et dernière fois dans sa ville et où il me conduisit en son église. Nous attendions dans l’espoir qu’une solution serait trouvée dans sa région. En décembre ce sont des Fidèles de sa paroisse, qui nous suppliaient de venir, avec la bénédiction de leur Recteur. Nous ne pouvions laisser ces âmes abandonnées, sans office depuis des mois, prêtes à tout, même aux pires choix. C’était un cas de conscience et nous proposions, après avoir prié et demandé conseil, de venir une fois par mois, étant déjà très pris par nos sept Paroisses, pour assurer la Divine Liturgie et les Sacrements car le bien des âmes était une priorité ecclésiale, en attendant qu’une autre solution soit trouvée. Le Père Laurent, de décembre à avril dévorait les kilomètres, en sept heures de route, aller et retour, en mission d’assistanat, assurant l’Eucharistie tandis que le Père Denis prêchait et chantait, réunissant en avril le Conseil paroissial qui se renouvela pour le bien de la paroisse. Courant avril il apprit qu’un successeur était nommé dans l’église qu’il avait fondée, aménagée avec ses deniers, et sans concertation ni dialogue.

Ces nouveaux soucis ne firent qu’aggraver ses ennuis de santé mais aussi sa détermination. Il régla tous ses problèmes sur place, en toute lucidité et il trancha, comme un couperet de guillotine ce passé gardois qui l’avait, en partie, détruit. Et comme il disait, libéré de cette ambiance paroissiale qui n’était pas sa vocation première, qu’il secoua la poussière de ses souliers, selon les conseils évangéliques. Il demanda alors, tous les jours par téléphone, de rejoindre au plus vite le Monastère de Lectoure afin de vivre en Communauté pour se préparer à rencontrer le Seigneur, avec cette fougue du lion qui va toujours de l’avant et qui ne reste pas sur un échec. Il s’organisa et comme il n’avait pas fait l’école diplomatique vaticane il dit ce qu’il pensait, car toute sa vie il eût en horreur la langue de bois.

Abandonné de tous, avec un quarteron de fidèles assidus et sur qui il pouvait compter, et qui sont ici aujourd’hui, il s’organisa, prit ses dispositions post mortem, et comme le cormoran, quitta la Paroisse de la Pêche miraculeuse, s’envola jusqu’en Gascogne, après avoir obtenu notre accord de l’accueillir. il arriva en ambulance, pour ne pas trop se fatiguer, avec son cercueil qui suivait, car il venait au Monastère pour se préparer à la mort et non pour créer des problèmes à la Communauté. C’est pendant la Grande Semaine Sainte Orthodoxe qu’il nous rejoignait, avec armes et bagages, pour chanter avec nous Christ est Ressuscité, et retrouver paix et sérénité. Quelle joie pour lui de vivre comme au commencement de son engagement monastique, de parler de longues heures avec les jeunes Pères, dans le cloître, de transmettre son savoir, raconter des histoires et toujours avec humour, malice et joie. il revivait, préparait trois nouveaux livres et son bulletin “Tibériade” avec l’icône de Notre-Dame Source de Vie sur la couverture.

Pâques à Lectoure

Mais cette retraite spirituelle ne devait durer que 50 jours puisque la Semaine de l’Esprit Saint, il rendait son âme à Dieu à 7h45 le mercredi 18 juin 2008.

En effet son état physique avait des hauts et des bas, même si intellectuellement sa lucidité fut complète jusqu’à son dernier souffle. Quatre infirmières, très dévouées et compétentes, le visitaient deux fois par jour, à tour de rôle, et le matin elles prolongeaient leur passage pour parler avec lui tant le dialogue était enrichissant, avoir un tel malade était si précieux et réconfortant pour une vocation difficile à vivre. La gangrène poursuivait son œuvre horrible et destructrice mais comme à Nîmes, pendant des mois, il refusa la moindre amputation malgré les conseils ou les pressions qu’il subissait, parfois les menaces apocalyptiques dont il recevait les anathèmes ! Il restait serein, ferme et disant: “Non, et non, et ce sera mon dernier mot”. Un docteur maladroit lui rétorqua: “Vous avec votre foi et votre philosophie”, ce qui toucha son cœur de prêtre. À partir de ce jour il s’enferma sur ce problème, ne voulant plus répondre sur ce sujet et faisait semblant de dormir, lors des visites du praticien, pour avoir la paix. Il continuait à prier, à dire le Chapelet du Nom de Jésus, en dialyse ou au monastère, à implorer, sans cesse, la Mère de Dieu, Source vivifiante. Il réfléchissait toujours, faisait des projets et quelques jours avant de nous quitter il voulait se rappeler l’étymologie du mot “Parvis”, devant de la basilique, et nous demanda de lui trouver son dictionnaire. La réponse trouvée confirmait son souvenir. Il s’agissait du “Jardin du Paradis”. Depuis ce jour quand il partait pour Auch il empruntait le parvis qui va vers le monde mais au retour il flânait dans “le Jardin du Paradis” pour humer le parfum des fleurs !

Sacrement des malades

Le dimanche Ier juin le presbyterium de la Fraternité se réunissait en la Basilique St Gény, avec la participation de nombreux fidèles car le Père Denis recevait, avec piété, le sacrement des malades. Il nous avait demandé, avec malice, de faire une catéchèse de rappel que ce sacrement n’est pas celui des mourants mais des volontaires à la Vie et au renouveau.

Après l’Office il prit possession de son trône, dans la basilique, comme Abbé émérite du Monastère St Gény et où chaque clerc et fidèle vint solliciter sa bénédiction.

Pour terminer revenons à cette dernière semaine. Lors des Vêpres de la Pentecôte il demanda aux Pères de prier Dieu pour qu’Il vienne le chercher pendant son sommeil. Le dimanche il se trouvait ailleurs, allongé sur son lit médicalisé ayant accepté la veille de quitter sa couche monastique, il priait, et reçut avec dévotion, la sainte Communion. Il se préparait au grand départ, lui qui avait mis sur sa porte une affiche: “Non à l’acharnement thérapeutique, non à l’euthanasie, oui aux soins palliatifs !”, suite à un nouveau conseil médical de lui amputer les deux jambes et où il avait répondu tout simplement et avec douceur: “Mais tout va très bien, Docteur, j’ai fait seul, hier, le tour du cloître avec mes deux pieds, alors vraiment ce n’est pas utile”, ce qui était exact. Les nuits devinrent difficiles et il appelait fréquemment le Père de garde près de lui, car l’angoisse le prenait, les démons rôdaient, les cauchemars le hantaient et il croyait tomber du lit. Le lundi se passa très bien, il nous parla en Provençal et de Pétrarque, puis en gavôt nissard, puis en italien en citant Dante, avec bonhommie, finesse. Il était surprenant dans ses répliques. Pour ne pas le fatiguer les pères le nourrirent au lit alors que jusque là il se rendait seul au réfectoire. La nuit du mardi au mercredi fut calme, mais à une heure du matin il appela le Père de garde, ce 18 juin, et lui déclara: “Je vais mourir, je vous remercie tous pour tout ce que vous avez fait pour moi, je vous demande pardon et donnez moi votre bénédiction. Si c’est la volonté du Christ consolateur qu’Il vienne me chercher.” Après avoir sollicité sa bénédiction le Père resta près de lui. Il ouvrit les yeux de temps en temps pour voir s’il n’était pas seul et il s’assoupit. Vers 5h30 il se sentit plus mal, le médecin de garde ne put que constater la fin très proche. La Communauté se réunit pour commencer la Prière des Agonisants. Il regardait les moines puis ses yeux montaient insensiblement vers le ciel et quelques minutes à la fin de l’office il rendait son âme à Dieu, sans bruit ni mouvement, dans un très grand calme et avec abandon à la Divine Providence. Son Chemin de Croix s’achevait au-milieu de ses Frères, comme il l’avait demandé, en dormant.

Aucune vie, mes biens chers frères, si sage, si sainte soit-elle, vous le voyez, pas plus celle du prêtre que celle du fidèle, n’est à l’abri de l’épreuve et de la maladie; notre vénéré Archimandrite DENIS en est un exemple.

Mais, de grâce, que la sérénité de son caractère, pourtant fougueux, sa confiance en Dieu, son amour de Marie, sa résignation souriante sous les étreintes de la souffrance, vous soient à tous dans les peines de la vie et dans la maladie, une leçon, un encouragement, un modèle !

Autant notre cher Père DENIS fut un bon moine, un bon diacre pendant 33 ans, un bon prêtre, un bon hymnographe, autant il nous apparaît un prêtre admirable dans la souffrance, ne se plaignant jamais. N’en perdons jamais le souvenir, mes biens chers frères. Redites-le à vos enfants, à vos petits-enfants, et puisez-y pour vous-mêmes la fidélité et le courage qui font les bons chrétiens.

Merci, très honoré et cher Père Denis pour ces leçons de courage nous qui nous nous effondrons à la moindre peccadille, nous qui gémissons à la moindre contrariété, vous avez tenu, droit, jusqu’à la fin, face aux épreuves des hommes, des soucis et de la maladie.

En fin d’après-midi nous chanterons les vêpres de la Fête de Tous les Saints, ces saints dont vous avez traduit ou composé les multiples offices en plus de 20 tomes, pour que ces Bienheureux viennent vous accueillir à la suite de la Très Sainte Mère de Dieu, et qu’en la Jérusalem céleste vous puissiez nous aider et intercéder en notre faveur.

Oui, Père DENIS nous vous disons À DIEU et allons vous conduire au caveau du monastère, sis à l’antique cimetière du Saint-Esprit de Lectoure, où vous attendrez la résurrection et où nous pourrons venir prier près de vous. MÉMOIRE ÉTERNELLE !

+ Père Abbé ANTOINE

Bibliographie

Il était né le 23 juillet 1933 à Nice.

Son grand-père paternel, Jules Guillaume, était un champenois, originaire de l’Argonne (Sainte-Menehould), qui avait épousé une franc-comtoise, Mathilde Greusard, de Morez du Jura. Officier de l’armée française, Jules Guillaume avait été envoyé en Afrique du Nord pour dresser la carte d’état-major de l’Atlas. Ayant contracté une grave insolation, il fut rapatrié et envoyé à Nice, où il mourut. Sa veuve bénéficia d’un bureau de tabac, où elle vendait des timbres et des cigarettes pour élever sa petite famille.

Un premier fils était mort après la naissance et fut enterré à Saint-Jeannet (Alpes Maritimes). Une fille avait survécu: c’était Marguerite. Ensuite, il lui était né un fils posthume: Maurice. Celui-ci fit ses études au Lycée Masséna de Nice, où il excella dans les lettres, les mathématiques, la physique, l’anglais et l’allemand. Après des vacances en Suisse alémanique, sur invitation de sa tante maternelle Mary de Sandouville, qui habitait Vevey, sur le lac Léman, il parlait couramment le haut-allemand moderne et un peu de «schwyzer-teusch». Marguerite fit des études à l’école des Beaux-Arts de Nice, tandis que son frère Maurice étudiait à l’Institut Électrotechnique de Nancy, dont il sortit ingénieur. Quand il rentra à Nice, vers 1920, après avoir combattu à Verdun, sa sœur lui présenta une jeune fille, Adrienne de Mondenard de Monié, qui étudiait les beaux arts et qui était devenue sa meilleure amie. Ils s’éprirent l’un de l’autre, malgré la différence de rang social et de confession religieuse. Maurice était catholique-romain, Adrienne était protestante, calviniste et «huguenote», comme on disait à l’époque; mais cela ne posa pas de problème, car ils étaient ouverts et larges d’esprit.

Elle était née à Nègrepelisse, dans le bas Quercy (Tarn et Garonne). Sa famille avait compté, au XIIIe siècle un évêque de Cahors, un abbé de Moissac et le premier baron de Mondenard, fondateur d’une branche cadette des Montaigu de Quercy. Au même siècle, un de ses ancêtre avait combattu aux côtés du comte Raymond VI de Toulouse pour défendre les Albigeois contre Simon de Montfort. C’est la raison pour laquelle Maurice Guillaume donna à son dernier fils le prénom de Raymond. Au
XVIe siècle, un autre de ses ancêtres, Arnaud de Mondenard,
avait épousé Miramonde d’Albret, une tante d’Henri IV. Vers la même époque, les barons de Mondenard, qui étaient catholiques sont passés au protestantisme pour se conformer à la religion majoritaire de leur peuple. Au XVIIe siècle un jeune de Mondenard voulut entrer à l’école des Cadets du Roy et, pour cela il dut se faire dresser un arbre généalogique de la famille, présentant seize quartiers de noblesse. Le généalogiste d’Hozier de Sérigny découvrit que la branche des Montaigu de Quercy dérivait d’une ancienne famille souveraine de la Bourgogne. Au XVIIe siècle, un chanoine de Monié, resté sans héritier, avait cédé son titre de noblesse aux descendants mâles des Mondenard. Pendant la Révolution les barons de Mondenard ont échappé à la terreur du fait qu’ils étaient protestants et qu’ils s’étaient mis au service de la République dans la finance et l’administration. C’est par grâce de la République égalitaire que les descendants des Mondenard ont pu ajouter à leur titre celui de Mo­nié ! Vers le milieu du XIXe siècle, alors que les aristocra­tes prétendaient retrouver leurs privilèges d’avant la Ré­volution, un baron de Mondenard,  bien qu’héritier d’une des quatre plus grandes baronnies du Querçy, avait conservé une grande modestie et ne dédaignait pas de conduire lui-même la charrue pour les travaux  de ses terres. Au XXe siècle, le père d’Adrienne était inspecteur de l’Enregistrement et il termina sa carrière à Nice, ce qui permit à sa fille de rencontrer Maurice Guillaume.

Le prêtre de paroisse

Au début, son mariage avec un catholique-romain et le fait que ses enfants ne seraient pas des protestants fu­rent fort critiqués par une partie de sa famille, surtout par sa sœur aînée, Jeanne, qui était une fervente calvi­niste. Elle épousa un «théosophe», dont elle embrassa la philosophie pseudo-religieuse, mais dont elle n’eut pas d’enfant et dont elle fut abandonnée. La naissance d’un petit frère, Jean, de vingt ans plus jeune, lui donna toutefois la compensation de pouponner ce bébé dont elle était la marraine et de lui inculquer les principes du calvinis­me, si bien que ce Jean de Mondenard fit ses études de théologie à Montpellier et qu’il devint pasteur de l’Église Réformée, d’abord à Calvisson, dans le Gard, puis à Agadir, au Maroc, et enfin à Toulouse.
Une jumelle d’Adrienne, Marthe, avait épousé un Bourguignon de Genève et mourut après avoir donné le jour à trois enfants.
Finalement, le fait qu’Adrienne avait fait un mariage stable et heureux ou que ses enfants étaient en bonne santé et bien élevés débloqua l’ostracisme de sa famille protestante.”
Le frère aîné d’Adrienne, Robert de Mondenard resta longtemps célibataire; après avoir combattu pour la France en 1939-40, il épousa Simone Romieux, proprié­taire d’une ferme et d’un vignoble à Saint-Christol-lez­-Alès. Alors qu’il allait vendre à Nîmes un tonneau de son vin, il eut un accident de voiture à La Réglisserie, près de Vézenobre, et en mourut.

Maurice et Adrienne eurent cinq enfants, trois filles et deux garçons.

Celui qui deviendra plus tard le Père Denis était le cinquième et dernier.

Il profita, dans son enfance, de l’instruction de ses aînés, que leur mère contrôlait à la maison. À l’âge de six ans il entra directement en onzième, sans devoir passer par la douzième. Il était aussi en avance sur ses petits camarades dans la connaissance des choses de la vie. Eux, ils étaient nés soit dans un choux soit dans une rose; il était le seul à savoir qu’il était né du sein de sa mère, qu’il était «le fruit de ses entrailles». Cela fit scandale dans l’école Sasserno. Le père du gamin, dégoûté de l’étroitesse d’esprit de cet établissement religieux, lui fit continuer ses études au Collège Stanislas de Nice. Là, on lui fit sauter la neuvième et passer directement en huitième. Dès la fin de la septième il fut initié au latin, qu’il put approfondir de la sixième à la première. En sixième, il commença l’étude de l’allemand, en cinquième, celle du grec.

Au cours de ces six années d’études, il suivit avec beaucoup d’intérêt les répétitions de la chorale du collège, ce qui lui permit de mémoriser une centaine de chansons populaires de France, de Provence, de Suisse et d’Italie, non seulement les paroles, mais aussi la mélodie et les trois autres voix d’accompagnement. De plus, les classes d’allemand se terminaient toujours, à l’approche des va­cances, par des exercices de chants populaires en cette langue. En outre, chaque fois que le collège donnait une représentation théâtrale pour financer ses œuvres chari­tables, il était toujours choisi par le metteur en scène pour interpréter un rôle comique important, que ce soit dans des pièces de Goldoni ou de Gogol.

Le prêtre et les sacrements

En troisième, il suivit un cours facultatif de proven­çal, qu’il termina avec le premier prix.

D’ailleurs, il était toujours le premier de sa classe, prix d’honneur et d’excellence. Si bien qu’à l’âge de quinze ans, en 1948, il passa la première partie du bacca­lauréat. L’année suivante, 1949, il passait la deuxième partie. Après quoi, son père l’envoya à Lyon pour étudier Physique, Chimie et Biologie à la Faculté des Scien­ces. Il le destinait à la médecine. Au terme de l’année uni­versitaire, entre les examens de sciences et le concours d’entrée à Santé militaire, il fit une promenade à pied jusqu’à Ars en passant par la trappe des Dombes. C’est là qu’il s’est senti appelé à la vie monastique. A la fin de l’été, il demanda à son père d’abandonner les études mé­dicales pour des études de Lettres ou de Langues Orien­tales. Finalement, son père l’inscrivit à la Faculté des Lettres et en «khâgne», la préparation à Normale Sup. Ces études ont duré quatre ans, au bout desquels il ob­tint la licence ès Lettres. En plus des lettres, il cultiva la connaissance des langues: l’anglais, l’italien, l’espagnol, le néerlandais, le suédois, le russe, le grec moderne, le sla­von. C’était en 1954. Pendant l’été il visita la Belgique et le Luxembourg et fit un premier séjour à Chevetogne. L’année suivante il commença son service militaire com­me professeur de français-latin-grec et allemand au Li­ban, dans le collège secondaire de l’Université Saint-Jo­seph de Beyrouth. Il avait des élèves de tous les rites et de toutes les religions des pays du Proche Orient: Égypte, Jordanie, Irak, Syrie, Liban, Turquie. Certains de ses anciens élèves lui écrivaient encore ou lui téléphonaient, naguère, depuis les USA, le Canada ou l’Allemagne.

En 1957, au terme de ses deux ans d’enseignement, il est en­tré à Chevetogne après avoir visité Égypte, Sinaï, Jérusa­lem, Syrie, Turquie et surtout la Grèce, l’Italie, la Yougo­slavie et toute la Scandinavie. En 1958, il est entré au no­viciat avec le nom de Denys ou Denis: le prieur de Cheve­togne, dom Thomas Becquet pensait que, comme fran­çais et ami de la Grèce, il devait être sous le patronage de Denys l’Aréopagite et de Denis, le premier évêque de Pa­ris (au moyen-âge, on a cru que c’était le même personnage, de même que le Pseudo-Denys, l’auteur des Hiérarchies célestes). En 1959, il a fait sa première pro­fession monastique et en 1961 il fut envoyé à Rome pour étudier la théologie avec les Bénédictins, sur l’Aventin, une théologie non thomiste, mais biblique et patristique. Il profita de ces quatre ans d’études pour apprendre l’hébreu, le grec biblique, l’arménien classique, et perfectionner ses études d’arabe classique.

En 1962, il fit sa profession monastique solennelle et définitive. En 1963 il fut ordonné sous-diacre au Collège russe et diacre au Collège grec, et il obtint sa licence en théologie. Cette même année il est rentré au monastère de Chevetogne, où il officia longtemps comme diacre, ce qui lui valut d’être invité dans différents pays d’Europe pour servir des évêques melkites du Proche Orient et le patriarche d’Antioche Maximos V, qui fit de lui son archidiacre, avec eux il avait officié en Belgique, Allemagne, Hollande, au Luxembourg et au Danemark. Dans le même temps, il a travaillé comme directeur de l’Iconographie du monastère de Chevetogne. Bientôt il se mit à traduire les offices byzantins du grec au français et à les adapter aux musiques originelles, grecques et slaves, puis à faire imprimer des livres, dont il assurait l’emballage et l’expédition. En 1972, il fut envoyé au Collège grec de Rome comme vice-recteur et économe. En 1975, il est passé du Collège grec au Russicum et là il a développé considérablement ses éditions tout en continuant à servir comme archidiacre.

Funérailles en la basilique saint Gény

Sa plus belle concélébration fut celle qu’il a vécue avec le pape du sourire Jean-Paul Ier pour le début de son ministère pastoral. En 1983, il est passé de Rome à Parme, chez les Bénédictins, pour continuer son travail d’édition. En 1988, il est rentré à Nice et il s’est mis au service
de l’évêque grec de Nice, Mgr Stéphanos de Nazianze. Il fréquentait aussi, de manière assidue, la cathédrale russe de Nice, ainsi que les églises russes de San-Remo et de Florence, où il a accompagné pendant quinze ans le bon Père Ivan Yankin, qui lui a donné un bel exemple de miséricorde sacerdotale et d’universalisme orthodoxe. Il n’a pas voulu entrer dans l’Église russe orthodoxe, divisée qu’elle était en trois juridictions différentes et ennemies. Du coup il a préféré l’Église de Finlande, qui présentait une heureuse synthèse des traditions grecque et russe. Il a servi comme diacre dans la cathédrale d’Helsinki et il a dû apprendre un peu de finnois pour savoir où il en était de la célébration. Rentré à Nice, il accompagna Mgr Stéphane dans tous ses déplacements pastoraux. Cet évêque auxiliaire était responsable de tout le Midi de la France.Quand il présentait au peuple ses concélébrants, il disait: “le père Untel de l’église de N. , le père Machin de celle de N., et le Père archidiacre Denis, qui est de toutes les églises !” De fait, son service diaconal s’étendait de Florence à Perpignan.

Alors qu’il accompagnait Mgr Stéphane à Nîmes, les fidèles de cette ville lui ont réclamé un prêtre et leur choix s’est porté sur le Père Denis. En 1996, il a été ordonné prêtre en l’église grecque de Salins de Giraud, au bord de la Camargue. Depuis, il a toujours servi à Nîmes, en Avignon, à Marseille et partout où l’envoyait l’évêque. À Nîmes, il a officié tout d’abord dans le petit temple protestant de la route d’Alès, comme l’avaient fait ses prédécesseurs. Au bout d’un an, il transféra le lieu de culte des Grecs dans la chapelle de l’Institut d’Alzon, rue Séguier, une chapelle prévue pour deux cents élèves, trop grande pour la petite communauté, qui comptait une vingtaine de membres. Deux ans plus tard, un ami du Père Denis lui signala que la communauté orthodoxe
grecque pourrait s’installer dans la salle paroissiale de l’église Notre-Dame des Enfants, rue de Bouillargues. Le local était juste ce qu’il fallait. Un cagibi permettait de remiser le matériel liturgique, et il y avait un jardin, où le Père Denis a planté, pour son soixante-cinquième anniversaire, un olivier. Chaque fois, cependant, il fallait sortir les affaires du cagibi et les y remettre après la Liturgie.

C’est dans ce cadre qu’en 2003 le Père Denis a été créé archimandrite par Mgr Emmanuel, le métropolite grec de France. La communauté venait de renouveler son bureau et de mettre la paroisse sous le vocable de la Pêche miraculeuse en créant une nouvelle association cultuelle intitulée
«Tibériade». En 2004, le Père Denis demanda au nouvel évêque de Nîmes, Mgr Watebled, s’il ne pouvait pas leur prêter une église. Justement la chapelle Sainte-Thérèse, au chemin de la Planette dans les
Hauts de Nîmes venait d’être libérée. Là, on a pu installer les icônes, l’autel et tout le reste de façon stable et définitive. Le Père Denis a continué ses éditions liturgiques sous le vocable de Samizdat, puis de Tibériade. Au début de son séjour nîmois, il avait participé aux réunions de la «Pluralie», un cercle inter-religieux, et aux rares réunions des prêtres et pasteurs de la ville, se liant ainsi d’amitié avec les vicaires épiscopaux, Monseigneur Jacques Couteau et Monseigneur Bernard Fougères, et avec les pasteurs Francis Willm et Albert Berrus . Quand fut fondé le CNEC (Comité Nîmois des Églises Chrétiennes), il cessa de fréquenter la Pluralie et il participa à toutes les célébrations œcuméniques de la cité.

Depuis 2006, la santé du Père Denis s’est fort dégradée, à cause du diabète, des problèmes cardio-vasculaires et de l’insuffisance rénale. Devant être fréquemment hospitalisé ou dialysé, il n’a pas pu continuer à assurer la célébration liturgique de façon régulière. En 2007, il s’est mis en pourparlers avec plusieurs groupes d’orthodoxes français qui se
sont rattachés à la métropole serbe de France. Après plusieurs demandes écrites le Père Abbé Antoine lui rendait visite en mai 2007 à Nîmes et envoyait un prêtre pour le seconder fin décembre 2007.

Au cimetière du Saint-Esprit, il repose en paix

Deux livres édités à Lectoure :

Bibliographie des œuvres du Père Denis, 96 pages, illustrations

Avec office de Saint Gény de Lectoure écrit par le Père Denis en 2001 & le dernier office composé de Saint Andéol apôtre du Vivarais

Bibliographie du Père Denis, 96 pages, illustrations

Office pour la protection de l’Environnement

Qu’ils louent le nom du Seigneur, dont la parole leur donna d’exister.

Composé par Son Éminence Mgr NICODÈME, métropolite de Patras

Traduit en français par l’Archimandrite DENIS, hymnographe et abbé émérite du Monastère Saint Gény en Gascogne où il est né au ciel, à Lectoure, le 18 juin 2008, au milieu de ses frères. Mémoire éternelle !

Tropaire, t. 4

Le Seigneur de gloire, par les œuvres de sa création, * manifestement révèle sa puissance éternelle, sa divinité; * ayant formé l’univers et de créatures l’ayant rempli, * à la nature il fixe des limites et pour les hommes il établit * de bien traiter sa Création pour rendre un culte au Créateur.

MATINES

Cathisme I, t. 4

Le Créateur de l’univers, providence du monde entier, * ne laisse pas sans témoin sa présence, mais nous envoie les pluies du ciel ; * lui qui donne les saisons favorables à la croissance des fruits * et comble tous les êtres de la nourriture qui les satisfait, * il est chanté par des coeurs réjouis * et s’entend dire, car il est bon : * A toi la gloire, divin Bienfai-teur et notre Père.

Cathisme II, t. 1

Le Donateur de tous les biens, fidèles, chantons-le * de bouche et de cœur, dans la gratitude de nos âmes, * nous tous qui usons du monde sans en abuser, * sachant que ce qu’il a de provisoire passera; * pour notre part, c’est un autre monde que nous attendons, * selon le bon plaisir du Christ notre Dieu.

Après le Polyéléos:

Cathisme III, t. 5

Ils sont conformes au siècle présent, * les hommes désirant ce qui dans le monde se corrompt, * Seigneur, sans appliquer à la modération leurs pensées, * mais accédant avec folie aux volontés de Lucifer, * en indubitables destructeurs; * c’est pourquoi nous t’en prions, Sauveur: * enseigne la mesure à tes propres serviteurs.

Ode 1, t. 8

« Traversant la mer à pied sec * et fuyant la servitude des Égyptiens, * le peuple d’Israël s’écria : * Chantons pour notre Dieu qui nous a délivrés.

Constructeur du monde, tout-puissant * verbe de Dieu le Père et Sagesse surpassant tout esprit, * rends-moi capable de chanter des hymnes en ton honneur,* toi par qui tout a été fait, comme tu l’as bien voulu.

Aux Anges apparut l’admirable Création * lorsqu’elle sortit de ton verbe, Tout-puissant, * et ils chantèrent à haute voix: * Tu t’es couvert de gloire, Créateur de l’univers.

Nous te chantons comme dispensateur de la vie, * faisant jaillir intarissablement les dons de ta bonté * et du monde, en ta providence, ayant toujours souci: * Tu t’es couvert de gloire, toi qui préserves l’univers.

Théotokion :

Au monde comme splendide couronne, * comme la Mère comblée de grâce, tu fus donnée, * Vierge sainte, par le Rédempteur * couvert de gloire, que sans cesse nous chantons.

Ode 3

« Seigneur qui as tendu la coupole des cieux * et qui as édifié l’Église en trois jours, * rends-moi ferme dans ton amour, * seul Ami des hommes, * haut lieu de nos désirs et forteresse des croyants.

Dans ta sagesse, ô Père des cieux, * avec la force de ta puissance tu as construit * le monde grâce à ton Verbe coéternel * et à l’Esprit qui procède de toi: * Gloire à ton pouvoir, Être sans commencement.

Toi qui fis lever la clarté * et, voyant qu’elle était belle, * t’en revêtis comme d’un manteau, * tu posas les luminaires, le grand et le petit, * pour éclairer le jour et briller dans la nuit.

Par les nuits sans lune voyant au firmament * la splendeur des astres, leur éclat, * nous pensons au Créateur du ciel, * qui fit avec sagesse l’univers : * devant lui, nous les fidèles, prosternons-nous.

Théotokion:

Mère toute-sainte, reçois * notre prière et supplie ton Fils * de nous montrer comment il faut respecter * ses œuvres admirables * au lieu d’en mésuser, de manière insensée.

Cathisme, t. 8

Sagesse et Verbe de Dieu, nous te supplions, Seigneur de l’univers: * montre-nous, Créateur, ce qui est agréable à tes yeux, * ce qui est propre et utile à ta Création, * ce qui est bon pour tous les hommes et leur est avantageux, * comment dans le monde il nous faut tous * changer de conduite et ne pas outrepasser * ce qu’à l’arbre de la connaissance il est possible de goûter. * Donne-nous le bon sens, ô notre Dieu, * de ne pas esquiver les interdits, * mais de garder sans faille tes préceptes divins.

Ode 4

« Seigneur, j’ai perçu * le mystère de ta venue, * sur tes œuvres j’ai médité * et j ‘ai glorifié ta divinité.

À tes serviteurs tu as donné * tous les biens utiles pour le corps * et dont aucun n’est à mépriser : * accorde-les en abondance à qui te prie.

Sans cesse nous t’adressons * notre action de grâce en esprit,* nous qui voulons être sanctifiés * par la prière et la parole de Dieu.

Gardons pure, comme il se doit, * et non souillée la nature de l’air, * de la terre, de l’eau; et les premiers * nous-mêmes en tout notre être purifions-nous.

Théotokion:

Toi le temple très-saint * de l’unique et suprême Divinité, * virginale Mère de Dieu, * donne au monde de ne pas être pollué.

Ode 5

« Éclaire-nous de tes préceptes, Seigneur, * et par la force de ton bras tout-puissant,* Ami des hommes, donne au monde la paix.

Ô Christ, mon Sauveur, l’entière création, * ayant trouvé sa délivrance dans les douleurs, * dans les gémissements t’implore avec tes serviteurs.

Considérez comme le plus grand de tous les trésors,* vous les hommes, la santé de l’âme et du corps: * ne maltraitez pas la nature et ses lois.

Vois la pollution qui s’ introduit massivement, * ô mon âme, rejette-la et du péché * lave-toi, de peur qu’il ne t’advienne pis encore.

Théotokion:

Fais monter une chaleureuse intercession * vers le Fils qui t’exauce, Tout-immaculée,* pour qu’ il préserve la nature des violences impies.

Ode 6

« Je répands ma supplication devant Dieu, * au Seigneur j’expose mon chagrin, * car mon âme s’est emplie de maux * et ma vie est proche de l’Enfer, * au point que je m’écrie comme Jonas: * De la fosse, Seigneur, délivre-moi.

Toi qui mis en ordre la création * tu donnes au monde une harmonieuse direction: * tu rends compactes les montagnes s’élevant * et places à leur base les sources d’eau,* que tu guides vers les lieux verdoyants * pour donner leur nourriture à tous les êtres créés.

Toi qui fais lever les plantes du sol * et procures aux hommes le pain, * tu nourris aussi les oiseaux du ciel, * avec l’huile tu rends les visages rayonnants, * tu donnes leur nourriture aux mortels * et réjouis le cœur de l’ homme avec le vin.

Dans les arbres nichent les passereaux, * aux gerboises l’abri des rochers, * aux chamois les hauts sommets: * chacun trouve la demeure qui lui convient, * et la nourriture, c’est à Dieu * que la réclament les animaux de la forêt.

Théotokion :

Le bercail assure leur gîte aux brebis, * quant aux hommes c’est toi leur puissante protection, * ô Vierge, l’orient * du Soleil de justice et le refuge inviolé * où se trouvent réunis * les peuples ayant accueilli la royauté du Christ.

Kondakion, t. 8

Adam jadis au Paradis avait reçu * l’ordre de le cultiver et bien garder, * mais il désobéit, et la porte fut fermée; * quant à nous qui nous trouvons en grave transgression * pour avoir indubitablement goûté * à la connaissance du mal, cet arbre amer, * mettons-nous en œuvre pour la création, * fauchons les ronces de la pollution, * car en changeant de conduite nous en réchapperons.

Ikos

Au Seigneur la terre et sa plénitude, * l’univers et tous ses habitants; * Dieu, ayant prévu pour nous-mêmes le meilleur, * à peine au-dessous des Anges nous avait placés * dans le monde, pour nous y faire trouver la perfection. * Mais, pour avoir failli, par séduction du péché, * nous n’en cessons pas moins de goûter à son festin.* Et la création en attente aspire avec nous * à la révélation des fils de Dieu ; * aussi rejetons la pollution de la nature et notre propre destruction, * car en changeant de conduite nous en réchapperons.

Synaxaire

Le 1er Septembre, en ce début de la nouvelle Indiction, la Grande Église du Christ a décidé « de faire en premier lieu des demandes, des prières, des supplications, des actions de grâces pour tous les hommes » ainsi que pour la protection et la sauvegarde de la nature qui nous environne, contre la pollution et les altérations, « car cela est bon et agréable au regard de Dieu notre Sauveur ».

Habitants de ce monde, gardons la nature,

aussi bien que notre âme, de toute souillure.

L’ Indiction commençante invite l’univers:

pour sa préservation tenons les yeux ouverts.

Ode 7

« Les Jeunes Gens venus de Judée * à Babylone foulèrent jadis * par leur foi dans la Trinité * la flamme de la fournaise en chantant: * Dieu de nos Pères, béni sois-tu.

Que la festive assemblée de l’univers, * réunie pour la louange du Tout-puissant, * le soleil, la lune, les astres et les nues * et les cieux des cieux se mettent à chanter : * Béni es-tu dans le temple de ta gloire, Dieu saint.

Toi qui scrutes les abîmes et que portent les Chérubins, * de tout cœur nous t’adressons, Dieu très-haut, * l’hymne des Séraphins en disant: * Plein de gloire est ton temple, * Dieu saint, Dieu trois-fois-saint, ô Seigneur Sabaoth.

Toi qui, sur le trône de ta gloire, es chanté * par les Puissances des cieux, * ne repousse pas les terrestres prières de tes indignes serviteurs, * mais accueille leur louange te chantant: * Dieu de nos Pères, Seigneur, tu es béni.

Théotokion:

Hâte-toi, notre Dame, de sauver * du péril et de la pollution tes serviteurs; * mets un terme à l’inconscience d’hommes insensés, * arrache le voile qui couvre leurs yeux, * afin qu’à leurs ravages puisse échapper ta création.

Ode 8

« Le Roi des cieux * que chantent les célestes armées, * louez-le, exaltez-le dans tous les siècles.

Le Christ renouvelle ce qui avait en l’homme vieilli, * nouvellement il recrée ce qui était en sa créature corrompu : * chantons-le dans tous les siècles.

Viens à notre aide, Sauveur, pour guérir * les plaies et les maux qu’en notre nature nous portons, * afin que nous te chantions dans tous les siècles.

Bénissons le Seigneur, Père, Fils et saint Esprit.

Délivre-nous des méfaits de l’ennemi, * des malheurs provoqués par la dégradation des biens, * nous t’en prions, toi qui existes dans les siècles, ô notre Dieu.

Et maintenant et toujours, et dans Les siècles des siècles. Amen

Théotokion :

Le Verbe coéternel au Père et notre Dieu, * divine Mère, ayant pris de toi notre chair, * renouvelle sa créature pour qu’elle vive dans les siècles.

Ode 9

« À juste titre nous te reconnaissons pour la mère de Dieu; * par toi nous avons trouvé le salut: * ô Vierge immaculée, * avec les chœurs des Anges nous te magnifions.

De son temple céleste le Verbe s’est avancé,* il est devenu le Créateur de l’univers; * et celui qui endommage la création * auprès de lui passera pour un ennemi de Dieu.

La création est soumise à tes pieds, * et rien ne doit échapper à cette soumission envers toi; * celui qui tend la main pour l’endommager * se déclare donc ennemi du Créateur.

Ne déplace pas sans discernement les bornes de la nature, * ne pense pas que l’insolence demeure impunie; * car tu récolterais la destruction * comme juste salaire de ton manque de sens.

Théotokion:

Sans cesse, ô Vierge, nous reconnaissons en toi * notre bienfaitrice et notre avocate; * parmi toutes les femmes ce n’est qu’en toi * que les lois de nature ont été dépassées.

Exapostilaire (t. 2)

Les strophes du Ménée, en particulier:

Auteur et chef de l’entière création* qui as soumis à ton pouvoir les moments et les temps, * couronne de tes bienfaisantes bénédictions * le cycle de l’année, Seigneur compatissant; * nous t’en prions, garde ton peuple dans la paix, * sans dommage, sain et sauf, * par l’intercession de ta Mère et des Anges divins.

Laudes

On chante 8 stichères: les 4 idiomèles du Ménée et ces 4 stichères sur « l’environnement ».

t. 1

Louez-le, soleil et lune, * louez-le, tous les astres et la lumière.

Créateur, tu as disposé * de façon magnifique l’entière création, * tu as orné d’étoiles le ciel * et tu as embelli la terre, * selon leur espèce, de plantes et de fleurs, * de formes animées et d’hommes chantant: * Qu’il est admirable, ton nom très-saint.

Qu’ils louent le nom du Seigneur, * dont la parole leur donna d’exister.

Toute chose à tes pieds * est soumise, Sauveur: * les reptiles, les bestiaux, * les fauves et les oiseaux, * les poissons de la mer * ainsi qu ‘en général, * les flux de la nature; * en outre tu as dit que sur la terre devaient dominer * ceux qu’à ton image tu as formés.

Il les a pour toujours établis, * pour les siècles des siècles, * sous une loi qui jamais ne passera.

Chancelantes sont les pensées des hommes, Rédempteur, * point de sagesse en leurs idées; * mais ne nous livre pas pour autant, * Seigneur, à la totale destruction; * sauvegarde l’entière création,* préserve-la de la pollution, * dans ta miséricorde envers nous.

Que les jeunes gens, les jeunes filles, * les vieillards et les enfants * louent le nom du Seigneur.

La Mère toute-bienheureuse, implorons-la, * tous ensemble, pour la grande Église du Christ : * qu’elle la garde et protège en tout temps, * comme le rempart avancé des chrétiens, * qu’elle la sauve des périls, des épreuves et de toute adversité.

Gloire… :

de Siméon le Stylite (Ménée)

Maintenant… , t. 5

Quelle splendeur en ta création, * ô Christ, comment, par ton seul verbe tout-puissant, * apparut le chœur des étoiles, Artisan de l’univers, * comment toute la terre, habilement, * fut affermie sur les eaux * et d’admirable façon fut comblée de tes bienfaits ! * Aussi la multitude des Anges magnifie ta gloire, * tandis que ta louange est annoncée dans l’Assemblée des Saints; * et toi qui pour le bien des hommes as disposé l’univers, * rends sages ceux qui veulent le reporter à la confusion de Babel, * repousse les complots destructeurs * de ceux dont les cœurs se sont endurcis; * rappelle-les à la connaissance de toi; * quant à ceux qui dans l’église sont assemblés maintenant, * comble-les de tes bénédictions et donne-leur * de trouver le droit chemin de la paix.

Grande Doxologie.

Notre Dame des Moissons 2019

Mes Bien Chers Frères,

      Il est devenu une tradition annuelle de nous retrouver le 14 juillet, en la basilique St Gény pour fêter la Sainte Icône de la Mère de Dieu, Notre Dame des Moissons, que nous vénérons dans notre église, où elle a la place royale au-milieu de la nef, nous y rendant obligatoirement pour un premier hommage à celle qui nous transmet tant de grâces. Nous bénirons ensuite les épis de blé pour que dans notre demeure nous ne manquions jamais du pain et des aliments nécessaires à la vie. Vous pourrez en emporter 7 épis, comme les 7 jours de la semaine et les placer près de l’Icône de la Mère de Dieu et de la Croix.

     En ces temps troublés je voudrais justement répondre à la question : « Comment porter sa croix » ? Car tous, fidèles et clergé, jeunes ou âgés, nous devons la porter bien souvent.

    Tant que la vie est heureuse, que tout réussit, on a confiance en soi, dans ses mérites, dans sa vertu et on éprouve une sorte de suffisance et même un sentiment d’orgueil. L’épreuve abat cette suffisance, cet orgueil et nous montre ce que nous sommes en réalité : faiblesse, impuissance.

     Si le chrétien reconnaît qu’il ne peut rien par lui-même, il doit se souvenir qu’il peut tout en Celui qui nous fortifie. C’est avec courage qu’il doit porter sa croix à la suite du Divin Maître. Il doit la porter avec un courage humble, paisible, grand par la patience, la douceur, petit par l’humilité .

     Dieu est le médecin de nos âmes et s’il tranche au vif, c’est qu’il veut guérir les maux qui leur nuisent et arrêtent leur marche vers la perfection.

     Portons notre Croix en silence. Baisons la main qui nous frappe, et s’il le faut, « buvons le calice jusqu’à la lie », comme Notre-Seigneur Jésus. Il est mort pour ceux qui le faisaient mourir et il nous enseigne à aimer et à prier pour ceux qui nous affligent, nous persécutent et mentent pour nous anéantir.

     Aimer sa Croix, c’est la rendre plus légère. Ce qui la rend lourde, c’est vouloir lutter, se débattre contre elle et se livrer à la révolte de la nature. Nous devons nous persuader que la vie qui passe est une préparation à la vie qui ne passera pas et une purification pour nous en rendre digne.

     Souffrir en se taisant, agir contre son gré pour faire la volonté de Dieu, en s’accommodant à celle du prochain, voilà la voie dans laquelle nous devons marcher.
     C’est Dieu qui nous crucifie par les créatures. Livrons-nous donc à lui chaque jour, sans regarder plus loin. Il nous porte entre ses bras comme une mère porte son enfant. Dans toutes nos peines, dans tous nos besoins, nos regards doivent tendre vers notre Père céleste. « Quand même une mère oublierait son propre fils, je ne vous oublierai jamais », dit le Seigneur.

     Dans les épreuves matérielles, morales, qui peuvent survenir dans notre vie ; dans les maladies qui nous terrassent et nous réduisent à l’impuissance, nous devons nous défendre contre le découragement, l’impatience qui essaient de s’emparer de nous. Pour leur résister, pour garder la force, l’énergie de lutter contre les difficultés qui viennent du dehors, et celles qui viennent de nous-mêmes, le moyen efficace est de vivre sous le regard de Marie. Jetons-nous dans ses bras comme l’enfant qui se jette dans les bras de sa mère à la vue d’un objet qui l’effraye. Établissons-nous dans ce divin refuge et nous y trouverons la patience et l’amour.

     Il y a des heures angoissantes et sombres pendant lesquelles nous nous demandons : que faut-il faire, que faut-il dire pour surmonter les difficultés qui se présentent ? Dieu a mis dans notre âme une lumière pour nous guider et éclairer notre route; c’est l’Esprit-Saint. Recourons à Lui toutes les fois que nous avons une décision à prendre et que la voie à suivre est incertaine.

     Si nous succombons dans la maladie à la tentation de l’impatience, ne nous décourageons pas; appelons Marie à notre secours comme nous appellerions une âme charitable pour nous aider à porter un fardeau trop lourd.

    Jésus est le céleste médecin, et Marie l’infirmière, montrons-leur la profondeur de la plaie afin qu’ils versent le baume divin de la guérison.

     Ne cherchons pas à augmenter le poids de nos douleurs par des inquiétudes, des préoccupations inutiles. Comme le Sauveur sur la Croix, comme Marie au pied de la Croix, restons immobiles tant qu’il plaira à Dieu de nous y laisser. Supportons nos peines avec humilité, notre amour pour Dieu nous les rendra moins dures.

     « Faites cela et vous vivrez » dit le Seigneur. Ne restons pas seuls à porter notre croix; portons-la en union avec Jésus et Marie et elle nous conduira au vrai bonheur.

      Comme bouquet spirituel je vous dirai : « Habituons-nous à vivre sous le regard de Dieu, sous le Voile protecteur de Marie, notre vie si douloureuse soit-elle à certains moments sera transformée en joie et douceur. Amen

Bénédiction des Épis de blé

Dieu éternel et tout-puissant, qui du néant par ta parole as créé le ciel, la terre, la mer, les choses visibles et invisibles; qui as donné l’ordre à la terre de produire les herbes et les arbres pour l’usage des hommes et du bétail, et à chaque plante de porter du fruit selon son espèce; et qui, par ineffable bonté, as voulu que l’herbe servît non seulement de nourriture aux animaux, mais aussi de médecine aux malades; nous te demandons de cœur et de lèvres de bénir en ta miséricorde ces herbes, ces plantes, ces légumes et ces fruits; et, par la force divine qui leur vient de toi, de répandre la grâce de ta nouvelle bénédiction, afin qu’ils protègent les hommes et le bétail de tout mal et de toute infirmité.

Car tu es notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Ch. Amen.

Seigneur qui par ton serviteur Moïse as ordonné aux enfants d’Israël d’offrir aux prêtres les prémices des fruits nouveaux et de prendre les· fruits du meilleur arbre pour se réjouir devant toi, leur Dieu, viens à notre appel et, dans ta miséricorde, répands l’abondance de ta bénédiction sur nous et sur les prémices des nouveaux grains, des baies, des herbes et des fruits qu’en action de grâce nous te présentons et qu’en ton nom, au cours de cette fête, nous bénissons; fais que pour les gens, le bétail, les animaux, ils soient une aide contre les maladies, les épidémies, les poisons, les drogues, les intoxications, les vertiges, les cauchemars, les hallucinations, les morsures des serpents et les autres bêtes venimeuses, partout où ils seront appliqués et absorbés; afin qu’avec les prémices de nos bonnes œuvres, par les prières de notre Dame toute-bénie, la Mère de Dieu et toujours-vierge Marie, dont nous fêtons solennellement en ce jour la Dormition, là même où elle a été élevée nous soyons reçus nous aussi.

Par la miséricorde et l’amour pour les hommes de ton Fils unique, avec lequel tu es béni ainsi que ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Ch. Amen.

Procession de la Sainte Icône de Notre Dame des Moissons

Admirable Souveraine,  Protectrice du Duché de Gascogne, manifeste en notre faveur tes merveilles d’amour, sur les épis de blé de nos moissons. Humblement nous t’en prions : délivre-nous de toute affliction et maladie, guide-nous sur la voie du bien, du partage et des vertus, garde-nous des épreuves, de la maladie, de la solitude, des calomnies et du malheur, protège-nous contre la foudre et les incendies, la sécheresse et la famine, les tremblements de terre, les inondations et les mortelles épidémies.

    Accorde-nous ton aide miséricordieuse sur les routes de la terre, de la mer et du ciel, afin qu’aucun malheur ne nous arrive, Toute compatissante Mère du Dieu d’amour. Nous t’adressons notre humble prière avec un ferme espérance : ne repousse pas nos larmes et nos soupirs, ne nous oublie pas tous les jours de notre vie, mais demeure en tout temps avec nous. Par ton perpétuel secours et ta puissante intercession auprès du Seigneur, accorde-nous la joie et la consolation, aide et protection, afin que sans cesse nous puissions louer et magnifier ton nom béni et très digne d’être chanté, Mère Bienfaitrice de la Gascogne.

France-Serbie : retour sur plusieurs mois de vexations, par Alexis Troude

France-Serbie : retour sur plusieurs mois de vexations, par Alexis Troude

Le président serbe Aleksandar Vucic et Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse de l’Elysée le 17 juillet.

Après l’annulation de la visite du président serbe en France, le spécialiste des Balkans Alexis Troude revient sur les derniers mois des relations entre Paris et Belgrade marquées par les brimades diplomatiques sur fond de tensions avec le Kosovo.

Alexis Troude est spécialiste des Balkans, chercheur en géographie et en géopolitique et chargé de cours à l’Université de Versailles-Saint Quentin.

Le 2 juillet, Emmanuel Macron devait recevoir à Paris le président de Serbie Aleksandar Vucic. Ce dernier a finalement refusé de venir à Paris, répliquant que les autorités kosovares et l’Union Européenne, le garant des discussions, ne respectent pas leurs engagements. Après de nombreux efforts diplomatiques, la Serbie a donc décidé de ne pas se rendre à Paris.

Pour saisir cette décision de Vucic, il faut comprendre que les vexations ont été nombreuses. A l’occasion des commémorations du 11 novembre 2018, le président de Serbie avait été relégué au troisième rang, alors que les présidents de pays ennemis (Turquie, Allemagne, Bosnie) ou inexistant en 1918 (Kosovo) étaient placés au premier rang ou aux côtés d’Emmanuel Macron.

En décembre 2018, la politique très habile des Albanais du Kosovo a abouti à l’installation du drapeau albanais, aux côtés de nombreux drapeaux des pays vainqueurs de la Première guerre mondiale, à l’intérieur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Cela est d’autant plus tragique que c’est au sein de cette même cathédrale, siège des rois de France, qu’en juin 1389, les cloches ont retenti pour saluer les premières victoires serbes contre l’envahisseur ottoman !

Les 250 000 Serbes et 60 000 Roms expulsés de leur terre natale par ces mêmes autorités depuis 1999 seront contents de savoir que «la paix règne au Kosovo»

Enfin, en mai 2019, les autorités auto-proclamées de Pristina ont réussi à inverser totalement le sens de l’histoire. Grâce à la bénédiction du gouverneur militaire des Invalides et d’un appui au gouvernement français, l’ambassadeur du Kosovo à Paris a réussi le tour de force d’organiser, au sein de la chapelle des Invalides, jouxtant la tombe de Napoléon, une soirée en l’hommage, selon lui, des «20 ans de paix au Kosovo» et, ultime sacrilège, de faire chanter à un muezzin l’appel à la prière musulmane dans un des plus hauts lieux du christianisme français. Les 250 000 Serbes et 60 000 Roms expulsés de leur terre natale par ces mêmes autorités depuis 1999 seront contents de savoir que «la paix règne au Kosovo»; sans parler des 135 églises orthodoxes détruites et du pogrom anti-serbe de mars 2004, durant lequel 19 personnes ont été tuées et 34 églises orthodoxes serbes ont été détruites sous le regard quasiment impassible de l’ONU et des soldats de l’OTAN sur place.

En 2018, plusieurs événements ont amené le Kosovo au bord de la guerre civile. En mars 2018, le directeur du bureau du Kosovo-Métochie, Marko Djurić, en visite officielle auprès des maires des communes serbes du Kosovo-Nord, a été scandaleusement interpellé à Mitrovica puis molesté dans les rues de Pristina par la police du Kosovo. En décembre 2018, les autorités autoproclamées de Pristina ont déclaré un blocus commercial aux frontières avec la Serbie, provoquant des manques alimentaires importants dans la partie majoritairement serbe du Kosovo-Nord.

C’est en suivant cette escalade des tensions que Pristina a également décidé de transformer la Force de sécurité du Kosovo en véritable armée et ce, contre l’avis de l’OTAN, des Etats-Unis, parrain du Kosovo, et de la plupart des pays Occidentaux.

Par son refus de venir à Paris, Vucic a donc décidé de rejeter les pressions exercées envers lui et la Serbie. 

La question est donc, dans ce contexte très tendu, de savoir ce que Macron va proposer à Vucic pour continuer les discussions entre Belgrade et Pristina. En effet, la Serbie a entamé en 2008 les négociations d’adhésion à l’UE et nous en sommes à l’article 25 sur 34. L’UE repousse à chaque fois l’entrée de la Serbie et, aux dernières nouvelles, ce devrait être en 2025. Mais le point 35, le dernier chapitre, est le point crucial. Il concerne la province autonome méridionale de la Serbie : le Kosovo-Métochie. Lire aussi Kosovo : prime à la mafia

Même si les autorités albanaises de Pristina ont déclaré la sécession en février 2008, la résolution 1 244 de l’ONU stipule que le Kosovo-Métochie fait partie intégrante de la Serbie. D’autre part, plus de 115 pays sur 193 de l’ONU n’ont toujours pas reconnu l’indépendance autoproclamée de Pristina. Enfin, les accords de Belgrade, signés en 2013, prévoyaient un compromis entre Belgrade et Pristina, avec notamment l’obligation pour les autorités albanaises de reconnaître la création du Kosovo-Nord, c’est-à-dire une autonomie de cinq communes à majorité serbe au sein du Kosovo.

Par son refus de venir à Paris, Vucic a donc décidé de rejeter les pressions exercées envers lui et la Serbie. En effet, au cas où le président serbe subisse une pression en lui imposant la perte du Kosovo-Métochie, consubstantiel à l’identité serbe et à l’existence de l’état serbe, en échange d’une accélération du processus d’intégration européenne, on assisterait à une inversion des valeurs défendues jusque là par l’UE. Ce serait la première fois qu’en temps de paix, une région se sépare d’un pays – un blanc-seing serait donné à des dirigeants – le président kosovar Hashim Thaci et son Premier ministre Ramush Haradinaj, tous deux pourtant poursuivis par plusieurs cours de justice en Europe.

Et enfin, l’UE reconnaîtrait de facto en son sein un Etat failli, plaque tournante du trafic d’héroïne et du trafic de femmes en Europe, en contradiction avec la Charte européenne des droits de l’homme et avec celle de l’ONU.

Source: RT France

À bord du Saint Lukas, le train-hôpital qui parcourt la Sibérie

Icône de Saint Lukas vénérée au monastère de Lectoure

En Russie, financé par le gouvernement russe, le train Saint Lukas,
train-hôpital, parcourt la Sibérie et l’Extrême Orient russe afin d’offrir des soins aux personnes vivant dans des villages reculés. En effet, dans ces lieux quasiment coupés du reste du monde en raison de l’éloignement géographique et de l’exode rural, il manque souvent de médecins et d’infrastructures médicales. Pour les villageois, l’arrivée du train médical une fois dans l’année est donc un événement à ne pas manquer.Au sein du convoi, grâce au matériel dont ils disposent, médecins et infirmières effectuent échographies, scanners,
prises de sang, diagnostics… Les visites et les soins sont gratuits.

Le Saint Lukas

Au total, toutes professions confondues, ce sont près de 75 personnes qui sont présentes à bord du train, avec plus d’une vingtaine de spécialités médicales. L’équipage s’arrête plus ou moins longtemps dans les villages. Les médecins voient en moyenne 150 patients par jour. Le train porte le nom de saint Lukas.
En effet, canonisé en l’an 2000 dans l’Église orthodoxe, Mgr Lukas était à la fois évêque et chirurgien, il a survécu à la révolution bolchévique et aux goulags de Staline. Très tourné vers la très sainte Mère de Dieu, il ne manquait pas de l’invoquer avant d’opérer quelqu’un.

La chapelle du train

L’un des wagons a d’ailleurs été transformé en église. Les patients peuvent venir se recueillir entre deux examens dans ce wagon baigné par la lueur des cierges.


Plus qu’un simple train, le Saint Lukas est un véritable lieu de vie. 

Travaux d’été au monastère #2

Abattage d’un cèdre centenaire

Troisième opération estivale : la pollution de la route nationale Agen vers Tarbes et les Pyrénées, et qui longe le monastère, nous a fait mourir deux arbres séculaires.

     Le premier cèdre a été coupé il y a 4 ans puis débité en planches pour notre menuiserie, puis maintenant, en juin, triste opération  pour un second cèdre centenaire.

   En trois heures, cinq ouvriers jeunes, motivés et expérimentés sont arrivés à mettre à terre ce grand arbre, assistés d’un grutier des établissements Troisel de Fleurance, car la route avait été coupée et surveillée par l’Équipement pour passage alterné sur une autre voie.

     Il fallait voir la grue panoramique soulever l’arbre coupé en son milieu, par un jeune « alpiniste » suspendu dans le vide avec sa tronçonneuse, déposé sur la route et les autres munis d’élagueuses couper les branches afin de laisser au sol le tronc, en attendant la seconde partie et faire des voyages vers la scierie de ces monstres qui reviendront débités dans un an… puis nettoyage de la route nationale !

Félicitations à ces jeunes et à leur Patron qui ont fait un travail remarquable, avec courage, témérité, respect de l’environnement. Que Dieu les bénisse et les protège.

À gauche, Enzo, collègue de Thomas, fils du Père Michel, au Lycée technique

Travaux d’été au monastère

     Cette période estivale permet d’entreprendre création, restauration, élagage…

    Nous avons aménagé le Parc Saint BABYLE qui permet aux fidèles et pèlerins d’accéder à la crypte et à l’ossuaire de la basilique restaurés récemment, ainsi qu’à la grotte de l’Archange Michel, en partant de Béthanie.

     Ainsi les fidèles peuvent méditer et se reposer en admirant la Colline Sainte Croix où se retirait Saint GÉNY pour prier et méditer dans le calme et la sérénité.

     Saint Babyle est le plus vénéré compagnon de Saint CLAIR, et, selon la Tradition, l’associé constant des travaux de son apostolat, l’ayant suivi pas à pas dans tous les lieux qu’il évangélisa, depuis son départ de Rome, jusqu’à sa mort à Lectoure.

     D’après des documents crédibles, Hauteserre nous apprend qu’il fut martyrisé à l’extérieur de la Cité, comme St Clair, une Croix en rappelle le lieu, non pas le même jour mais à une date proche. Il était honoré d’un culte spécial dans le diocèse de Lectoure où le peuple le désignait sous le nom de Saint Bébel  (Dictionnaire d’Hagiographie de Migne selon l’abbé Couture qui occupa la Chaire de Littérature romane à l’Institut Catholique de Toulouse)

     Nous avons entrepris également la RESTAURATION de l’antique mur de clôture du Monastère où ont vécu et sont sanctifiés les Moines jusqu’à la révolution française, devenu après restauration la Maison Béthanie car il menaçait de disparaître, abandonné d’entretien depuis plus de deux siècles.

     Nous avons dégagé les antiques pierres sur 30 mètres, recouvertes de végétation, voir d’arbres et buissons, de cette clôture monastique construite pour protéger les moines, leur permettre de prier dans la paix et vaquer à leurs occupations.

     Ce travail minutieux a été réalisé à l’ancienne, manuellement, avec amour et respect du sacré par des fidèles orthodoxes courageux et solides. Que Dieu les bénisse pour cette réalisation spectaculaire.

     Cette clôture protégeait le Monastère avec ses trois puits, toujours en fonctionnement, longée d’un chemin qui nous mène à la Chapelle, en bois de Saint Antoine le Grand, avec ses icônes sculptées, et aux parcs arboré et provençal. Ce mur regarde la Colline Sainte Croix et l’ermitage où montait Saint Gény.