Les derniers articles

MESSAGE DE NOËL 2018 du Patriarche Irénée et de l’Assemblée des évêques orthodoxes serbes

LA PAIX DE DIEU – CHRIST EST NÉ !

Et le Verbe s’est fait chair et Il a campé parmi nous, et nous avons contemplé Sa gloire, gloire qu’Il tient du Père comme Unique-Engendré, plein de grâce et de vérité (Jn 1,14)

Avec les mots le Verbe S’est fait chair, Jean, l’apôtre, évangéliste et disciple bien-aimé du Christ, exprime le grand mystère de notre piété chrétienne. Celui qui était au commencement, à partir du néant, à travers Qui tout fut et sans Qui rien ne fut, Celui qui est la Vie (Jn 1,1-3), le Logos, le Verbe, la Parole de Dieu S’est fait chair quand vint la plénitude du temps (Ga 4,4), afin de prendre tous les hommes pour fils et les élever et les accueillir auprès de Son Père, notre Père céleste, pour le salut et la vie éternelle (2 Co,18).

La naissance de notre Seigneur Jésus-Christ est un événement qui divise l’histoire humaine en deux périodes, celle qui a eu lieu avant Sa nativité et que nous comprenons comme la préparation des hommes à l’arrivée du Messie, et celle qui a suivi Sa nativité et qui est celle où nous vivons. Même ceux qui, pour des raisons très diverses, ne souhaitent pas mentionner le nom du Christ, parlent de l’ère « ancienne » et de l’ère « nouvelle », interprétant ainsi fort bien ce que l’Église du Christ annonce depuis deux mille ans, c’est-à-dire qu’avant le Christ, tout était ancien et qu’avec le Christ tout est nouveau, aussi bien l’homme que sa vie ainsi que toute l’histoire (Ap 21,5).

Pour les chrétiens, la naissance du Fils de Dieu est l’événement central, essentiel, suprême de l’histoire du monde ; sa signification fonde de manière absolue la façon de vivre des chrétiens et leur regard sur le monde. Chers enfants spirituels, ce sont ces fondements que nous voulons vous rappeler aujourd’hui, quand vous êtes rassemblés dans les saintes églises. La mise en exergue des fondements évangéliques de la foi orthodoxe n’est jamais superflue, car nous sommes tous enclins, quasi imperceptiblement, à introduire dans la foi des positions personnelles. Cela se produit tout particulièrement avec les jugements et les positions adoptés dans le monde où nous vivons ; très souvent c’est dans cette perspective que nous comprenons l’Evangile et que nous interprétons les événements de l’histoire du salut. Or pour les chrétiens, seule l’approche opposée est correcte. L’Évangile, la signification des événements de l’histoire du salut et l’expérience eucharistique de la vie dans l’Église, constituent les fondements de notre foi et c’est ainsi que nous jugeons le monde et chaque époque de l’histoire et de la civilisation. Commençons d’abord par l’action de grâces.

Celui qui ne veut pas ou n’est pas capable de rendre grâce, ne peut probablement rien comprendre à la foi chrétienne (1 Th 5,8 ; Ph 4,6). En ne rendant pas grâce, nous considérons que nous ne devons rien à personne et que tout nous appartient selon nos propres mérites. Ainsi nous ne devons rien à nos parents et ancêtres, à la société dans laquelle nous vivons, aux proches avec qui nous vivons, et le moins possible à Dieu. C’est ainsi que se manifeste notre éthique de vie fondée sur un égoïsme extrême, que nous reconnaissons d’ailleurs dans l’époque où nous vivons. Or nous sommes extrêmement redevables à nos ancêtres, à nos parents et à la société dont nous faisons partie – et tout particulièrement à Dieu. Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils, l’Unique-Engendré, afin que quiconque croit en Lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle (Jn 3,16). Le Père nous a donné Son Fils, non comme une rémunération ou une récompense pour nos efforts, mais comme un don immérité de Son amour, car Il a tant aimé le monde. Une rémunération imméritée ne peut être reçue qu’avec une reconnaissance extrême parce qu’il s’agit tout simplement d’un don, qu’on reçoit avec ceux qui s’approchent aujourd’hui avec amour du petit enfant nouveau-né, le Christ, car on ne peut approcher d’un enfant autrement qu’avec amour. Un enfant ne comprend que les paroles d’amour, de même que Dieu ne parle et ne comprend que le langage de l’amour. Or le don est la confirmation et le signe de l’amour. Dieu le Père nous fait aujourd’hui le don de Son Fils, et c’est avec amour et reconnaissance que nous recevons ce don. Et ce n’est que sur la base de cette position fondamentale de notre existence de chrétiens que nous pouvons continuer à parler de certains autres aspects de la Fête d’aujourd’hui.

Le Fils de Dieu revêt la nature humaine et naît dans la grotte de Bethléem, couché dans la crèche, sans cesser d’être Dieu, tout en devenant un homme complet, le Dieu-homme. Le plus grand mystère de notre piété est que Dieu peut être présent dans l’homme (1 Tm 3,16). Du Saint-Esprit et de la Vierge Marie, naît un Dieu véritable et un homme véritable, le Dieu-homme Jésus-Christ. Depuis cet événement lointain survenu à Bethléem, tout est nouveau dans la vie humaine, tout comme cet événement fut nouveau et unique dans l’histoire (2 Co 5,17). Dieu S’est uni indissolublement à l’homme et quiconque naît du Saint-Esprit lors du baptême et de l’onction par l’huile sainte, est fils du Père, il est vrai non par nature comme le Christ, mais par la grâce et l’adoption (Ga 3,26). L’homme nouveau naît du Saint-Esprit, pour le salut et la vie éternelle. Ainsi Dieu Lui-même par Son Incarnation, puis notre foi, élève l’homme, tout homme, à la plus grande dignité possible – être la manifestation de la présence de Dieu dans le monde.

J’ai vu ta face comme on voit la face de Dieu (Gn 33,10) dit l’ancêtre Jacob à son frère Esaü. Ce témoignage d’amour fraternel est devenu possible en toute plénitude, après l’Incarnation du Fils de Dieu et entraîne les conséquences très profondes sur nos rapports envers les autres hommes, connus et inconnus, les amis et les ennemis et envers tous ceux qui entrent dans notre vie comme de tous ceux dans la vie desquels nous entrons – ce n’est qu’à travers eux et l’expression de notre amour pour eux que réside le chemin vers Dieu. Grâce à la prouesse consistant à aimer notre prochain, nous manifestons notre amour véritable et juste envers Dieu. Celui qui affirme aimer le Dieu qu’il ne voit pas, tout en haïssant le frère qu’il voit, fait un mensonge à l’égard de lui-même et de Dieu (1 Jn 4,20). Nous tous qui sommes nés de l’Esprit Saint, à l’instar du Dieu-enfant Christ, qui avons été baptisés et oints par l’huile sainte, tous les hommes jusqu’à ce jour, instruits dans le Saint-Esprit, qui est un Esprit de communauté, nous confessons que l’homme ne vit véritablement comme un homme que dans la communion d’amour. Nous sommes invités à bâtir de tels liens au sein du mariage, de la famille, de la société au sens large et certainement au sein de l’Eglise qui est par nature une communauté d’amour. C’est pourquoi l’égoïsme mentionné plus haut et l’autarcie, constituent un blasphème contre l’Esprit Saint, un mal dont il faut guérir dès qu’on a remarqué les plus petits signes de son existence.

C’est avec ces pensées sur la reconnaissance, la communauté et l’unité comme des dons du Saint-Esprit, que nous vous annonçons, chers enfants spirituels, l’année nouvelle 2019 où nous célébrerons le grand jubilé de notre Église – les huit cents ans de l’acquisition de notre autocéphalie. Selon les témoignages de Domentian et de Théodose, qui avec des mots différents expriment la même chose, la consécration de Saint Sava comme premier archevêque serbe et l’acquisition de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe serbe ont eu lieu en 1219 à Nicée, grâce à l’amour et à la compréhension de l’empereur de Byzance Théodore 1er Lascaris et du patriarche de Constantinople de l’époque, Manuel Saranten. Il est évident que Saint Sava a assumé cette ascèse, l’acquisition de l’autocéphalie, par sollicitude envers ses proches, en surmontant tout égocentrisme et dans le désir de rapprocher les chrétiens dispersés de l’État serbe et les réunir véritablement dans la Sainte Liturgie. En d’autres termes, il a fait ce qu’il a fait afin de fournir la possibilité à nos ancêtres, comme à nous tous, de nous retrouver véritablement ensemble dans l’Évangile du Christ, dans Son Église, où tous les peuples et tous les hommes s’unissent comme enfants de Dieu afin de communier à la vie de la Sainte Trinité dans une Liturgie commune, en avant-goût du Royaume céleste. En acquérant le titre d’ «archevêque de toutes les terres serbes et du littoral», Saint Sava a commencé son service d’archevêque dans la Demeure du Salut, au monastère de Žiča, en s’efforçant selon l’expression de Domentian, de « nourrir les âmes en quête du Christ avec des homélies utiles à l’âme et des paroles spirituelles ». Imprégné du Christ et de tous les dons spirituels, « il déversait des torrents de théologie à tous ». A l’époque de saint Arsène du Srem, successeur de saint Sava, le siège de l’Église serbe fut transféré loin à l’intérieur de l’État serbe d’alors, à Peć. Voilà huit siècles que du patriarche de Peć, l’Église serbe apporte au monde la bonne nouvelle de l’Évangile de la naissance du Dieu-enfant Qui vient au monde afin de sauver grâce à Son œuvre de Rédempteur, le monde et l’humanité.

La vérité céleste et terrestre que le Seigneur a commencé par nous aimer et que nous sommes tous appelés à répondre à cet amour par une vie chrétienne, nous a été laissée en témoignage par nos saints ancêtres, qui nous ont montré que c’est dans cette histoire, dans ce monde, que se déroule le combat pour le Royaume céleste. Ils nous ont conforté dans la foi que c’est à travers l’ascèse qu’on entre dans la vie éternelle et que, si nous abordons la vie de cette façon, il n’y a pas de séparation entre Royaume céleste et royaume terrestre, car il n’existe qu’une seule histoire, une seule création divine, un seul Royaume, une seule économie de la Providence divine et de notre salut. Autrement dit, l’histoire dans laquelle nous vivons, le royaume terrestre, nous l’illuminons par le Royaume céleste, alors que tout le reste nous sera, selon les mots du Christ, donné par surcroît (Mt 6,33 ; Lc 12,31), dans ce monde et dans ce temps.

En luttant pour la justice divine et le Royaume de Dieu, et en illuminant le royaume terrestre par le Royaume céleste, nous sommes appelés à accorder une sollicitude particulière à nos frères et sœurs du Kosovo et de Métochie. Tous les jours nous entendons parler de « progrès et de développement de la société humaine » et d’une « attention particulière pour les droits de l’homme ». Or, tandis que nous-mêmes, comme les peuples qui nous entourent, avons le droit de procéder à des choix de vie différents, nos frères du Kosovo-Métochie se voient enlever même le droit fondamental d’avoir une vie digne d’un homme. C’est pourquoi nous considérons qu’un préalable essentiel pour la résolution des problèmes au Kosovo-Métochie, est la construction d’une société fondée sur le règne de la justice, dans laquelle des hommes d’origines différentes peuvent vivre en paix, avec une protection totale et le respect de chaque identité religieuse, culturelle et nationale. Parler d’une solution durable des problèmes au Kosovo-Métochie sans prendre en considération de ces préalables, équivaudrait à accepter la purification ethnique réalisée pendant la guerre et après la guerre, et à considérer les spoliations subies comme un fait accompli, donc à rejeter toutes les valeurs sur lesquelles, au moins en principe, repose l’Europe chrétienne, mais aussi le monde entier.

Nous demandons le respect de l’un des principes chrétiens fondamentaux : Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux (Mt 7,12). Tout ce que nous exigeons pour nos frères et sœurs du Kosovo-Métochie, nous sommes prêts à le fournir et nous le fournissons à tous les peuples vivant soit au Kosovo-Métochie soit dans d’autres régions de la république de Serbie. Mais pour le peuple serbe comme pour tous les autres, une telle liberté n’est pas possible dans l’état auto-proclamé et mensonger du Kosovo ! Cela est parfaitement démontré par les événements survenus ces jours derniers : la privation barbare des produits alimentaires, des médicaments et d’autres produits indispensables pour l’existence du peuple serbe, suite à l’introduction de « taxes » sinistres, de menaces incessantes, d’arrestations et de bien d’autres choses et, tout récemment, de la création d’une soi-disant armée du Kosovo dans le but de la poursuite de la terreur et de l’expulsion définitive de tous les Serbes, aussi bien de ceux vivant au sud de l’Ibar que de ceux vivant au nord de ce fleuve serbe. Nous insistons de nouveau sur le fait que pour nous, la question du Kosovo-Métochie constitue, entre autres, la question de la subsistance de notre peuple, de notre clergé, de nos moines et, tout particulièrement, de nos anciens sanctuaires, sans lesquels nous ne serions pas ce que nous sommes. Nos lieux saints ne sont pas seulement des monuments culturels et historiques, mais leur existence revêt un sens plus profond, d’abord en tant que lieux de rassemblements liturgiques de notre peuple, non seulement de celui vivant au Kosovo-Métochie mais aussi de ceux vivant dans toutes les régions de Serbie et du monde habitées par les Serbes. Dans l’espoir que la joie du Dieu-enfant nouveau-né nous aidera à trouver ensemble la voie et à sortir des dérives dont la cause est le péché (Rm 7,20), nous saluons nos frères et sœurs du Kosovo-Métochie dans leurs efforts pour survivre et rester sur cette terre serbe qui nous a été léguée, avec les paroles que le Christ adresse à Ses disciples à travers les siècles : Sois sans crainte, petit troupeau ! (Lc 12,32). Puisque tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Et telle est la victoire qui a triomphé du monde : notre foi (1 Jn 5,4).

En même temps, nous gardons l’espoir que ceux qui sont coupables pour la situation difficile de nos compatriotes seront éclairés par la lumière de la Nativité du Christ et qu’eux aussi comprendront la profondeur du péché qu’ils commettent, non seulement envers nous et nos frères et sœurs mais également envers eux-mêmes et leur descendance. Peut-être se souviendront-ils des paroles du très sage Salomon : La justice des hommes droits les libère, mais les perfides sont pris au piège par leur convoitise (Pr 11,6).

Avec notre sollicitude pastorale et responsabilité, nous invitons nos frères et sœurs de Macédoine qui sont dans le schisme à comprendre, dans l’esprit d’amour du Christ, que l’autocéphalie est exclusivement une institution ecclésiale destinée à contribuer au développement et à la consolidation de l’unité entre Églises orthodoxes locales. C’est dans ce sens que l’Église orthodoxe serbe a œuvré tout au long des huit siècles écoulés. S’il s’avérait, dans la logique de ce monde, que l’autocéphalie était comprise d’une façon différente, comme élément de la souveraineté d’un pays, symbole d’un particularisme national ou d’un séparatisme, alors elle ne contribuerait pas à l’unité et à l’édification de l’Eglise mais inciterait l’égocentrisme et l’égoïsme, devenant ainsi paradoxalement, un élément de blasphème du Saint-Esprit.

Nous adressons le même appel à ceux qui évoquent une certaine « Église du Monténégro », étant incapables de voir la très ancienne Métropole du Monténégro et du Littoral. Ils oublient que le salut n’est pas conditionné par le fait de se déclarer Serbe ou Monténégrin. Ces tentations existent aussi dans l’Ukraine, si proche et fraternelle, où des chauvinistes russophobes, conduits par des politiciens corrompus, avec « l’assistance » d’uniates et avec malheureusement le concours non-canonique du patriarcat de Constantinople, ont creusé les schismes existants et porté gravement atteinte à l’unité de l’Orthodoxie dans son ensemble. Le Christ n’est pas venu afin de sauver le seul peuple juif, bien que ce peuple eût été choisi par Dieu pour préparer tous les peuples à la venue du Messie, mais Il est venu comme Sauveur de tous les peuples, quel que soit leur nom (Rm 10,12) et quelle que soit l’époque où ils s’expriment.

La joie du salut qui nous a été offert, un cadeau dont nous devons tous être reconnaissants, nous ne pouvons l’éprouver ensemble que dans le pardon mutuel et la réconciliation. Ayant cela en vue et pleins de tristesse et de compassion pour toutes les victimes, serbes et autres, des malheureuses guerres qui ont eu lieu sur le territoire de Slovénie, de Croatie, de Bosnie-Herzégovine et de Serbie, nous prions le Dieu-enfant nouveau-né, Donateur de toute paix, pour que la paix s’installe enfin dans nos cœurs, et que nous pardonnions les uns aux autres, car le Seigneur nous a pardonné nos péchés (2 Co 5,18). La seule façon de nous libérer du joug du passé et des intérêts liés à la politique quotidienne, est le pardon et la réconciliation auxquels nous appelons tous les peuples avec lesquels nous avons vécu jadis dans le même Etat.

Nous adressant particulièrement à nos enfants spirituels de la diaspora, d’Amérique jusqu’en Asie, d’Europe jusqu’en Australie, nous les appelons à montrer leur amour à l’œuvre, toujours et en tout lieu. Soyez charitables, ne jugez pas et ne condamnez pas, pardonnez et aidez-vous les uns les autres (Lc 6,37-38) et gardez toujours à l’esprit ces paroles du Christ : Ce n’est pas en me disant « Seigneur, Seigneur » qu’on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux (Mt 7,21). Soyez des citoyens scrupuleux et responsables des pays qui vous ont donné l’hospitalité, priez pour les villes où vous vivez car leur bien-être contribuera au vôtre (Jr 29,7), mais n’oubliez jamais votre foi, votre langue et votre patrie, la terre de vos ancêtres, baignée par le sang de martyrs.

Vous tous, chers enfants spirituels, nous vous appelons à la compréhension mutuelle, à l’amour et au pardon. Gardons-nous de paroles dures prononcées imprudemment, ayant à l’esprit que l’environnement social dans lequel nous vivons dépend aussi des paroles que nous prononçons. Les paroles douces guérissent, la parole dure blesse, et les blessures infligées par des mots sont souvent plus éprouvantes que des douleurs physiques. C’est pourquoi le très sage Salomon nous enseigne que mort et vie sont au pouvoir de la langue (Pr 18,21). Si nous voyons qu’un de nos proches nous inflige une injustice, agissons conformément au principe évangélique et discutons avec lui en faisant tout ce qui est en notre possible pour acquérir un frère (Mt 18,15). Pardonnons-nous les uns les autres jusqu’à soixante-dix-sept fois (Mt 18,22) et dans les jugements que nous émettons sur autrui, fions-nous à la vérité qu’il nous faut exprimer doucement, avec respect et en toute conscience (2 Co 4,2).

En exprimant notre reconnaissance au Seigneur pour ce jour où, selon les paroles de saint Romain le Mélode « la Vierge met au monde l’Être suressentiel, et la terre offre une grotte à l’Inaccessible ; les anges et les pasteurs le louent ensemble et les mages avec l’étoile s’avancent ; car c’est pour nous qu’est né un petit enfant, Dieu prééternel », nous annonçons au monde une grande joie et vous saluons tous avec la salutation toute-joyeuse de Noël :

La paix de Dieu – Christ est né !

Que la Nouvelle Année 2019 soit heureuse et bénie de Dieu !

Au patriarcat serbe, à Belgrade – Noël 2018.

Le patriarche serbe IRÉNÉE, avec tous les évêques de l’Église orthodoxe serbe et Mgr Luka, évêque d’Europe occidentale.

Le métropolite du Monténégro Amphiloque : « La soif de pouvoir du patriarche de Constantinople est catastrophique pour l’avenir de l’orthodoxie »

Le métropolite du Monténégro Amphiloque : « La soif de pouvoir du patriarche de Constantinople est catastrophique pour l’avenir de l’Orthodoxie »
Le métropolite du Monténégro Amphiloque

Le métropolite du Monténégro Amphiloque : « La soif de pouvoir du patriarche de Constantinople est catastrophique pour l’avenir de l’orthodoxie »

800

Lors de l’homélie qu’il a prononcée en l’église Saint-Nicolas à Bandići, au Monténégro, le métropolite Amphiloque a rappelé les paroles de l’apôtre Paul, selon lesquelles il n’y a dans l’Église ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme. « Il n’y a ni Chinois, ni Japonais, ni Russe, ni Américain, ni Serbe, ni Monténégrin, il n’y a que Jésus-Christ et ceux qui se rassemblent autour de Lui. C’est cela l’Église du Christ. Elle a été telle à travers les siècles, et elle le restera jusqu’à la fin du monde et la consommation des siècles. Cela est très important que nous le sachions à notre époque, lorsque les gens sont étrangers à l’Église. Beaucoup sont étrangers à l’Église et voudraient la diriger », a souligné le métropolite. Celui-ci a ajouté que de telles personnes ne croient pas même en Dieu. « Mais elles pensent qu’elles ont le droit de disposer de l’Église et de sa vie. Mais cela n’est pas possible », a ajouté le hiérarque. Le métropolite a posé la question : comment dans un État laïc, un chef d’État peut-il s’immiscer dans les questions ecclésiastiques ? « C’est absolument insensé. Particulièrement chez nous au Monténégro, où pendant la guerre civile, le métropolite du Monténégro et du Littoral avec environ une centaine des meilleurs prêtres du diocèse ont été assassinés. Et c’est ainsi qu’a été créé l’État comme il est aujourd’hui. Celui-ci devrait respecter l’Église. C’est le droit de l’Église » a souligné le métropolite, ajoutant qu’il craignait que ce manque de respect à l’égard de l’Église soit un indicateur de la diffusion de l’esprit fratricide au Monténégro. « Ce n’est bon pour personne, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une Église qui a réellement créé cet État » a mis en garde le hiérarque. Celui-ci a encore insisté sur le fait que la soif du pouvoir est la maladie la plus dangereuse dans toutes les sociétés et que, dans l’Église catholique-romaine, elle est un dogme à travers les siècles, tandis que dans l’Église orthodoxe, elle est une tentation. « Il en est ainsi de nos jours. Cela se voit aujourd’hui dans la conduite du patriarche de Constantinople à l’égard de l’Ukraine. Sa soif de pouvoir a mené à de grandes tribulations en Ukraine, à une division qui est catastrophique pour l’avenir non seulement de l’Ukraine et de tous les peuples slaves, mais en même temps de toute l’orthodoxie ». a conclu le métropolite. S’exprimant le 25 décembre à Đenovići, le métropolite Amphiloque a commenté ainsi les propos récents du président monténégrin Đukanović, qui réclame l’autocéphalie de l’Église du Monténégro : « Qu’il reçoive d’abord le baptême et devienne membre de l’Église de Dieu, afin de pouvoir parler de l’Église ! »

Sources : 1 et 2

Source: Orthodoxie.com

Au DREE, des visiteurs du Kosovo et de Métochie

Au DREE, des visiteurs du Kosovo et de Métochie
Au DREE, des visiteurs du Kosovo et de Métochie

148

Le 25 décembre 2018, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a reçu au Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou l’évêque Théodose de Raška-Prizren, hiérarque du Patriarcat de Serbie, et le hiéromoine Isidore (Iagodič), enseignant au séminaire de Prizren, venus effectuer un bref pèlerinage aux sanctuaires de Moscou.

Pendant l’entretien, qui s’est déroulé dans un climat de charité fraternelle et de compréhension mutuelle, il a été question de l’importance du Kosovo et de la Métochie pour le Patriarcat de Serbie et pour les Serbes, ainsi que de la situation actuelle dans cette région.

L’évêque Théodose a exprimé son soutien à l’Orthodoxie en Ukraine, durement éprouvée et persécutée ces derniers temps. Le hiérarque a parlé au président du DREE de la décision prise par les membres du Concile épiscopal de l’Église orthodoxe serbe, les 6 et7 novembre 2018, de ne pas reconnaître de statut canonique aux chefs du schisme ukrainien, ni à leurs adeptes, admis dans la juridiction de Constantinople, et de refuser toute communion eucharitistique avec eux.

Prenaient aussi part à la rencontre l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du DREE, et A. Khochev, collaborateur du DREE.

Des cadeaux ont été échangés à la fin de la rencontre.

Les deux ecclésiastiques ont visité les monastères de la Protection et de Saint-Daniel, ainsi que la cathédrale de la Théophanie, où reposent les reliques de saint Alexis de Moscou et où ils se sont recueillis sur la tombe du patriarche Alexis II, de bienheureuse mémoire. Ils se sont aussi rendus à l’église Saint-Nicolas pour vénérer les reliques de saint Alexis Metchiov.

Source

Source: Orthodoxie.com

75 ans de l’Archimandrite Antoine, syncelle du Diocèse Orthodoxe Serbe de France et d’Europe occidentale, abbé du Monastère Saint Gény de Lectoure

           Archimandrite ANTOINE, Abbé et Syncelle du Diocèse de l’Église Orthodoxe Serbe 1943 – 2018

         Basilique Saint Gény de Lectoure O2 12 2018

Bien Chers Frères en Christ,

Quelle joie de nous retrouver unis, clergé et fidèles, pour cette circonstance afin de rendre grâce à Dieu d’arriver à cet âge après une longue vie missionnaire en faveur des plus défavorisés dans une société qui a perdu grand nombre de ses repères fondamentaux.

Depuis le 31 octobre 1962 où j’ai reçu le saint habit religieux je n’ai jamais quitté la soutane car elle est comme la barrière visible de ma consécration au Seigneur faite lors de mes premiers vœux, le 8 décembre 1963, en Italie.

Toute ma jeunesse dans une famille modeste et pratiquante ne peut être que le ciment de la persévérance. Lorsque nous regardons ces années où les familles allaient à la messe tous ensemble, à pied et parfois à plusieurs kilomètres, où le respect régnait, où la télévision et l’internet n’avaient pas tout envahi avec ses ravages, parce que mal utilisés, où l’autorité n’avait pas abdiquée, on vivait heureux, sans se poser de questions, et on suivait la sagesse des anciens.

De nos jours nous sommes dans un tourbillon, un ouragan permanent où tout est remis en question, où l’autorité a démissionné, même les valeurs fondamentales essentielles de la Famille, de l’Éducation, de la Religion.

La « pensée unique » occidentale  a cru pouvoir combler l’homme par le matérialisme et l’individualisme… Et pourtant, malgré tous les progrès, réels ou factices, qu’elle connaît, notre société ne se porte pas aussi bien que certains voudraient nous le faire croire. Avec les progrès matériels et le matérialisme qui va avec, nous en sommes arrivés à surconsommer et à gaspiller quand d’autres régions du monde vivent dans un dénuement souvent effroyable.

L’homme n’est pourtant pas satisfait, s’habitue au bien acquis et en convoite d’autres, indéfiniment. Cette éternelle insatisfaction liée au matérialisme pourrait se résoudre si, en mettant Dieu à la première place, l’homme comprenait que tout bien, toute chose, doit le faire tendre vers Dieu et non vers un simple désir personnel.

Il ne s’agit pas de comparer un monde « ancien » avec un monde « nouveau » ni de s’en tenir à un discours affirmant de manière parfois simpliste que « c’était mieux avant ». Chaque époque de l’histoire des hommes a connu son lot de tourments. Mais l’avenir de l’humanité n’a jamais autant été menacé qu’aujourd’hui : des menaces tangibles comme les guerres et le terrorisme islamique expansionniste, mais aussi parce que le monde qui se coupe de Dieu est un monde qui vit dans le non-sens parfois le plus absurde, dans les paradoxes les plus terribles. Alors que nous avons connu des progrès scientifiques immenses, notamment dans le domaine médical, il n’y a pourtant jamais eu autant de personnes malades, avec surconsommation de somnifères et antidépresseurs…

Et alors que l’on nous vante les nouveaux moyens de communication, censés nous rapprocher et faire de nous des êtres connectés, tant de personnes souffrent de solitude, d’isolement, de dépression. On discute sur les réseaux sociaux avec des inconnus alors que l’on n’est même plus capable de dire bonjour à un voisin ou que l’on se fâche durablement avec un proche pour des futilités. Le monde sans Dieu est riche de tels non-sens.

Ce monde sans Dieu prétend affranchir l’homme des « vieilles règles » pour lui offrir la liberté. Mais la véritable liberté ne consiste pas à faire ce que l’on veut, n’importe quand, n’importe comment. Comment peut-on en effet espérer former une société réellement fraternelle si chacun peut fixer ses propres règles, les modifier au gré du vent et les imposer aux autres ? L’idéologie libertaire a généré une civilisation qui n’en est plus vraiment une  puisque que chacun est invité à mettre en avant son ego, ses intérêts personnels, à devenir un être sans foi ni loi prêt à tout ou presque pour satisfaire ses désirs. Chacun devenant détenteur de sa propre vérité, la confusion entre le vrai et le faux, entre le bien et le mal, est inévitable puisque tout devient relatif.

L’une des principales cibles de la pensée destructrice est la famille, puisque celle-ci constitue le noyau de toute forme de société. L’idéologie libertaire a encouragé l’infidélité conjugale, le divorce et l’hyper sexualisation      , avec les conséquences calamiteuses que l’on connaît : familles brisées, enfants victimes des séparations et de sordides conflits conjugaux ou encore de l’abandon éducatif des parents davantage préoccupés par leur vie personnelle et par eux-mêmes. Sous prétexte d’égalité, on veut rendre similaires des situations de vie qui ne peuvent l’être par nature, notamment en terme de procréation et donc de filiation. Et parce que la déconstruction de la famille est un processus fortement engagé dans les sociétés occidentales, des pays comme la France envisagent de permettre à des femmes seules ou à des couples de femmes d’avoir recours à la procréation assistée.

L’humanité traverse aujourd’hui l’âge spirituel le plus obscur que jamais et les ténèbres vont en grandissant… Beaucoup perdront la foi, les églises se videront. Nous sommes tous pécheurs. Satan est le trône de l’orgueil ; et la plus grande arme qui soit contre le trône de l’orgueil s’appelle l’humilité. Et le meilleur exemple d’humilité à suivre est celui de la Vierge Marie. Nous sommes liés à la Mère de Dieu comme par un cordon spirituel. Quant à notre force, nous devons la puiser dans l’Eucharistie. Et parce que nous croyons en Dieu, nous devons rester dans l’espérance, surtout ne pas désespérer.

En effet, « la foi sans les œuvres est morte » et nous sommes donc appelés à témoigner et à faire le bien. Par le sacrement du Baptême, nous ne sommes pas seulement appelés à être des croyants mais les disciples de Jésus. Témoigner donc, mais également faire le bien, non pas au nom d’un quelconque humanisme mais au nom du Christ qui nous le demande. Nous sommes tous appelés à la sainteté et à refléter Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui et ce n’est pas en adoptant l’esprit du monde que nous y parviendrons mais en suivant Celui qui est LE Chemin, LA Vérité et LA Vie. Prendre pleinement conscience du trésor de la foi que nous devons transmettre avec fidélité et courage, aujourd’hui  comme hier, malgré les obstacles auxquels nous devons faire face.

Grâce à vos dons les Pères ont pu commander à nos Moniales de Ste Elisabeth de Minsk trois icônes peintes dans la prière et l’ascèse :`

Notre Dame Porte du Ciel qui fait tant de miracles et qui protègera vos Familles,

Saint Prosper d’Aquitaine, un grand saint de notre région, dont nous possédons le crâne et qui vécut sur nos terre de 390 à 463, théologien qui participa au Concile de Chalcédoine pour soutenir la Foi orthodoxe contre les hérésies, il nous aidera à rester dans la voie droite de la vérité qui sauve , et enfin un néo-martyr Joseph Munoz, le pèlerin à travers le monde de l’Icône miraculeuse Notre Dame Porte du Ciel qu’il fit vénérer sur tous les continents par des multitudes de fidèles. Devenu moine Amboise au Mont-Athos il a été martyrisé et massacré , en plein centre d’Athènes le 18/31 octobre1997, fête du saint Evangéliste Luc, , né en 1948 au Chili, il repose au Monastère russe hors-frontières de Jordanville (USA). Grâce à l’icône qu’il a fait vénérer dans le monde entier, du Canada et du Brésil à l’Europe et à l’Australie, il avait rappelé aux pauvres humains fascinés par un hédonisme abject le prix de la pureté, de la chasteté et du sacrifice. Lors de la canonisation de St Jean Maximovitch le 19 juin 1994 à San Francisco, où je me trouvais, j’ai pu vénérer cette Icône miraculeuse de Notre Dame porte du Ciel et rencontré le Moine Joseph qui l’avait apportée et avec qui j’ai fait la procession dans les rues de cette grande ville avec des milliers de fidèles.

Merci donc à tous les fidèles qui nous ont permis de recevoir ces trois saintes Icônes devant lesquelles nous prierons chaque jour à toutes vos intentions. Votre générosité nous permet enfin d’achever les travaux de Béthanie qui fonctionnera dès l’an prochain pour se reposer et se ressourcer à tous ceux qui le souhaiterons dans l’esprit de la Maison de Lazare, Marthe et Marie, maintenant un monastère de moniales proche de Jérusalem où vivait mon Père spirituel, de sainte mémoire , l’archimandrite Theodosios, et où nous célébrions la Divine Liturgie lors de nos Pèlerinages avec le Clergé et les Fidèles.

Merci à TOUS et que la Trinité vous bénisse, que Marie, la Théotokos, vous couvre de son Saint Voile, que Saint Prosper d’Aquitaine, appelé l’Extirpateur des hérésies, par Saint Photios, et que le Néo-Martyr Joseph, nous viennent en aide.   Amen !

 

MARIAGE EN L’ÉGLISE PROPHÈTE ÉLIE – SAINT DENYS À DÉNAT d’ALBI  (Tarn)

 

MICKAËL Todorov, né à Schumen (Bulgarie) le 27 avril 1996 et

GOAHAR Avagimyan, née à Krasnoyarsk (Russie) le 07 mai 1993

Ont été unis par le sacrement du MARIAGE par l’Archimandrite ANTOINE, assisté du Hiéromoine GUILHÈM, en l’absence du Proto-Prêtre ANGELO, en soins médicaux.

NIKOLOZ Darjava (Géorgien) représentait la Famille de Michaël et GOAHAR était entourée de sa Famille.

Homélie du patriarche Irénée pour le commencement du carême de Noël

Homélie du patriarche de Serbie Irénée pour le commencement du carême de Noël

324

Le 27 novembre 2018, veille du début du carême de Noël selon l’ancien calendrier, le patriarche de Serbie, a prononcé cette courte homélie en la cathédrale Saint-Michel de Belgrade : « Le commandement du jeûne est l’un des premiers commandements divins : ne pas manger de l’arbre de la connaissance. Le Seigneur Lui-même, au début de Sa mission, a jeûné durant quarante jours et nous a donné l’exemple. Lorsque nous parlons de jeûne, nous pensons d’abord à l’abstinence de nourriture grasse, mais il faut savoir que le jeûne consiste également à se préserver des pensées et des actes mauvais, de tout ce qui nous éloigne de Dieu. Que les jours qui viennent soient utiles à nos âmes, accomplissons les commandements divins ! Élevons nos prières au Seigneur et préparons-nous ainsi dignement à la fête pleine de joie de la Nativité du Christ. Le Seigneur nous a montré la voie sur laquelle nous devons cheminer, Il nous a montré le sens de la vie, et celui-ci consiste à aller vers notre Père et hériter du Royaume céleste. Que le Seigneur nous vienne en aide afin que nous sortions meilleurs du carême ! ».

Source

Source: Orthodoxie.com

Baptême de Mickaël à Dénat en Albigeois

PAROISSE PROPHÈTE ÉLIE – SAINT DENYS

Dénat-en-Albigeois

Le 5/18 novembre 2018, XXVème dimanche après Pentecôte, le ProtoPrêtre ANGELO, assisté du Hiéromoine GUILHÈM, a baptisé MARIO Todorov, MICKAËL au baptême, né le 27 avril 1996 à Schumen (Bulgarie), employé hospitalier, fils de DANAIL Dimov et NATALIA Raycheia.

Parrain : Nikoloz DARJANIA

 

Le documentaire « Kosovo : une chrétienté en péril » doublement primé en Serbie

Le documentaire « Kosovo : une chrétienté en péril »
doublement primé en Serbie

C’est une année forte en récompense pour Eddy Vicken et Yvon Bertorello, auteurs du film “Kosovo, une chrétienté en péril” qui a glané le prix convoité du “meilleur film documentaire” au Festival de la culture chrétienne à Zaječar puis au festival de Kruševac.

Arnaud Gouillon, Directeur de Solidarité Kosovo, représentait les réalisateurs du film documentaire lors de la cérémonie de récompenses à Zaječar

Réalisé en étroite collaboration avec Solidarité Kosovo, le documentaire s’exporte avec succès en Serbie après avoir été chaleureusement accueilli « à domicile » en France. Pour rappel, ce film de 52 minutes a été diffusé en 2017 sur KTO Télévision Catholique, après une avant-première au mythique cinéma Le Grand Rex Paris. Il dévoile une chrétienté aux magnifiques valeurs ancestrales. En apparence fragile parce que menacée, cette chrétienté fait davantage figure d’une force morale exemplaire.

Le festival de Kruševac a également consacré le film documentaire réalisé en collaboration avec Solidarité Kosovo
Consacré par deux fois « meilleur film documentaire », le film a reçu une ovation du public lors des remises de prix. Arnaud Gouillon, Président de Solidarité Kosovo, qui avait cornaqué les réalisateurs du film au Kosovo, était sur place pour les représenter. Il a reçu en leur nom les trophées et a présenté le film avant ses projections.

Le grand public a pu également apprécier le film primé grâce à sa diffusion à plusieurs reprises sur la chaine de service public serbe, Radio Televizija Srbije 1.

Pour découvrir ou revoir le film documentaire « Kosovo : une chrétienté en péril », cliquez ici.

L’équipe de “Solidarité Kosovo

PS : les personnes souhaitant nous aider peuvent contribuer au développement de nos activités en nous faisant un don. Par chèque à l’ordre de « Solidarité Kosovo », BP 1777, 38220 Vizille ou par Internet en cliquant sur paypal :


PS2 : « Solidarité Kosovo » étant reconnu d’intérêt général, chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant du don. A titre d’exemple, un don de 100 € vous permet de déduire 66 € sur la somme de vos impôts à payer. Ainsi votre don ne vous coûte en réalité que 34 €.

www.solidarite-kosovo.org       Solidarité Kosovo BP 1777, 38220 VIZILLE, FRANCE

Conformément à la loi« “Informatique et liberté »” du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.Pour vous désinscrire, ENVOYEZ SIMPLEMENT UN MESSAGE SANS RIEN ÉCRIRE D’AUTRE à cette adresse  info-unsubscribe@solidarite-kosovo.org