Appel de l’évêque de Ras-Prizren Théodose au sujet de la résolution du problème du Kosovo et de la Métochie

Appel de l’évêque de Ras-Prizren Théodose au sujet de la résolution du problème du Kosovo et de la Métochie
Appel de l’évêque de Ras-Prizren Théodose au sujet de la résolution du problème du Kosovo et de la Métochie

466

À la suite de déclarations de certains hommes politiques serbes sur la partition du Kosovo et de la Métochie comme solution au problème actuel, l’évêque Théodose a rédigé l’appel suivant, daté du 25 juillet 2018, que nous publions ci-après in extenso. Pour la bonne compréhension du texte, la partition impliquerait le rattachement du nord du Kosovo, à savoir la ville de Kosovska Mitrovica et les villages voisins à la Serbie, tandis que toute la population serbe restante, éparpillée et minoritaire dans le reste du Kosovo, serait contrainte à quitter ses foyers ancestraux.

« En tant qu’évêque de Ras et de Prizren et archipasteur des fidèles orthodoxes des régions du Kosovo, de la Métochie et de Ras, je ressens la nécessité, avec une responsabilité pastorale et morale énormes, d’exprimer ma plus profonde préoccupation suite à une série de déclarations politiques récentes sur le Kosovo et la Métochie, lesquelles emplissent nos cœurs d’une incertitude et d’une douleur toujours plus croissante. Cela fait déjà maintenant plus de vingt ans que notre diocèse, avec le soutien du Patriarche et des hiérarques de notre Église, ainsi qu’avec l’aide matérielle du gouvernement de la République de Serbie et d’autres donateurs, tant serbes qu’étrangers, produit de grands efforts pour permettre la vie normale de notre Église, la restauration de nos lieux saints détruits et inciter le retour de nos fidèles expulsés, de même que pour la survie de ceux qui demeurent ici aujourd’hui dans cette région. Du fait de cette préoccupation, et à l’occasion du dialogue en cours entre Belgrade et Priština à Bruxelles, l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe a déjà exprimé sa position claire, unique et non équivoque dans son message du 10 mai 2018. Il est connu du public que notre diocèse, avec le soutien de toute l’Église orthodoxe serbe et ce avant le conflit armé au Kosovo et en Métochie, a déployé une activité significative pour éviter la résolution par la force des problèmes existants. Nous avons participé à une série de dialogues avec les représentants de la communauté internationale et des Albanais du Kosovo, avant et après les affrontements armés de 1998-1999, toujours dans le but de témoigner de la position évangélique de l’Église, à savoir que nous devons êtres les témoins de la paix du Christ parmi les hommes. Au monastère de Dečani, pendant la guerre, nous avons accueilli et protégé les réfugiés, tant serbes qu’albanais, roms et d’autres origines, élevant notre voix contre la violence exercée sur les civils innocents, et ce sans tenir compte de leur ethnie et leur religion. Après les affrontements, notre diocèse a participé activement au dialogue multi-ethnique et à la coopération avec les représentants internationaux. Nous avons fait aussi de gros efforts pour défendre le peuple et les lieux saints. Malheureusement, et malgré tout cela, environ 200.000 de nos compatriotes ont été expulsés à l’époque de « la paix garantie internationalement », de nombreux villages et cimetières ont été dévastés, tandis que 150 églises ont été détruites. Or, même à cette époque, nous n’avons pas cessé le dialogue et, depuis 2005 nous avons, sous les auspices du Conseil de l’Europe, rénové un grand nombre de nos églises et monastères, de même que le séminaire Saints-Cyrille-et-Méthode à Prizren. À la demande de l’État serbe, en 2008, nous avons participé aux négociations à Vienne, où nous nous sommes mis d’accord sur des principes importants relatifs à la défense et la survie de notre peuple et de nos lieux saints au Kosovo et en Métochie. Dans la ligne de cet engagement pour le dialogue et la résolution pacifique de tous les différends, nous avons également soutenu le début du dialogue de Bruxelles sur les questions techniques, dans l’espoir que seraient atteints des accords utiles qui faciliteraient la vie de tous les peuples sur cet espace, ainsi que la protection des lieux saints, des biens, de l’identité, des droits de l’homme et de la liberté du peuple serbe particulièrement menacé. Aussi, nous sommes profondément préoccupés par les déclarations politiquement et moralement irresponsables, toujours plus fréquentes, formulées par les politiciens des deux côtés. Ceux-ci mentionnent une « solution définitive » dans le contexte « d’une partition territoriale » et « d’une ligne de démarcation entre Serbes et Albanais ». De telles déclarations, dans notre peuple fidèle, et plus largement dans la région et le monde, provoquent la préoccupation et l’inquiétude. Cela signifie-t-il que nous en arriverons à ce que la majorité des Serbes du Kosovo et de Métochie qui vivent au sud du fleuve Ibar devront quitter leurs foyers et abandonner leurs lieux saints – le Patriarcat de Peć, Dečani, Gračanica, Prizren ? Cela signifie-t-il que la liberté et les droits des gens qui n’ont pu choisir dans quel peuple et dans quelle religion ils naîtraient, ne pourront trouver une solution que par la délimitation territoriale et la création de territoires ethniquement compacts ? Il est évident qu’un tel principe qui, au demeurant, a provoqué les souffrances de nombreuses personnes innocentes au cours des guerres et de l’effondrement de l’ancienne Yougoslavie dans les années 1990, constitue une menace continuelle contre la paix et la stabilité, et ce non pas seulement dans la région des Balkans occidentaux. Il créerait en outre un précédent supplémentaire à un nouveau séparatisme en Europe et dans le monde entier et mènerait à une réaction en chaîne d’effusions de sang, de souffrances et d’expulsion de la population civile, pour la seule raison que suite aux accords conclus par les politiciens, nombreux sont ceux qui se trouveraient « du mauvais côté » de la ligne de démarcation. Aussi, en tant qu’évêque, mais avant tout en tant que chrétien et homme qui a passé la majeure partie de sa vie avec les membres du clergé et de l’ordre monastique au Kosovo et en Métochie, j’appelle les politiciens, tant à Belgrade qu’à Priština, mais aussi les médiateurs internationaux dans le cadre du dialogue, ainsi que d’autres représentants officiels, à ce que la résolution de toutes les questions concernant le Kosovo et la Métochie doive et soit cherchée dans le but unique de la préservation de la paix, de la sécurité de tous les citoyens, principalement des communautés ethniques et religieuses non majoritaires, de la conservation de leur patrimoine spirituel et culturel, de leur identité historique, et des libertés civiles et religieuses. L’appel à la partition comme « meilleur modèle » néglige toute une série de questions essentielles telles que : la liberté de retour des personnes déplacées, la résolution de la question des personnes disparues, la défense des droits de propriété, les prestations sanitaires et scolaires, les droits religieux et humains, qui doivent être garantis au niveau de la loi, mais aussi tout autre accord. Une telle position de notre Église ne signifie pas un appel à soi-disant « geler » le conflit, car notre Église est opposée à tout conflit. Il s’agit d’un appel, avant tout, à la poursuite responsable et transparente du dialogue, qui doit revenir dans un cadre qui sera au service de la stabilité de la région et du continent européen et en conformité avec toutes les normes et les standards internationaux pertinents, parmi lesquels la résolution 1244 du Conseil de sécurité est particulièrement importante. Dans le cas contraire, comme toute autre échange de territoires dans l’histoire, cela provoquerait également un exode massif de la population civile, des atteintes au patrimoine spirituel séculaire de notre peuple, et causerait à tous un dommage irréparable. Nous nous demandons si cela nous est nécessaire, maintenant, au XXIème siècle, et s’il existe des gens qui auraient le « courage » historique et moral de provoquer l’exode et le malheur de dizaines de milliers de personnes innocentes, qui ont réussi à survivre dans leurs foyers durant vingt ans après les affrontements. Pratiquement chaque annonce médiatique dont nous avons connaissance provoque préoccupation et insécurité parmi notre peuple et n’apportent ni la stabilité, ni un avenir pacifique. C’est précisément de telles déclarations qui font que de plus en plus de Serbe apeurés décident de vendre leurs biens, au lieu de les encourager à demeurer dans leurs foyers. Bien que ce soit difficile pour nous, il nous faut en premier lieu, avec foi en Dieu et dans Son aide, préserver ce que nos ancêtres nous ont laissé en héritage. Nous interpellons particulièrement les représentants internationaux au Kosovo et en Métochie et dans le monde entier, afin qu’ils défendent clairement et sans équivoque tous ceux qui sont destinés à vivre ici et qu’ils ne permettent pas de telles décisions qui provoqueraient cet exode, mais au contraire qu’ils fassent plus pour défendre leurs droits. Je mentionnerais particulièrement le cas du refus obstiné des institutions du Kosovo de mettre en œuvre les décisions de la Cour constitutionnelle du Kosovo au sujet des terres appartenant au monastère de Dečani, ainsi que la décision scandaleuse du pouvoir de Priština de transformer une route locale de dix kilomètres en route de transit international, et ce devant les portes d’un monastère du XIVème siècle reconnu par l’UNESCO. Les attaques fréquentes contre les Serbes, lesquelles, en règle générale, restent impunies, des larcins quasiment quotidiens, ne sont pas la voie qui apportera le bonheur à qui que ce soit, y compris pour les Albanais du Kosovo. Sans respect du droit et du respect de la liberté de tous les citoyens, et ce indépendamment de leur origine ethnique, aucune société n’aura un meilleur avenir. Nous, au Kosovo, sommes inquiets de la criminalisation toujours plus forte de la vie politique, qui est dominée par des clans tribaux sous le nom de partis politiques et dans laquelle les intérêts particuliers sont placés au-dessus de l’intérêt des citoyens. Ce n’est pas la voie vers l’Europe pour quelle communauté que ce soit dans les Balkans occidentaux, mais la voie vers une isolation plus prononcée, vers le malheur et l’absence de perspectives pour les jeunes gens qui méritent une vie meilleure. L’utilisation d’une rhétorique nationaliste toujours plus fréquente qui dissimule des activités criminelles, est triste et décevante, et cela décourage plus spécialement les jeunes gens. Priant Dieu dans ce sens, nous croyons sincèrement que notre appel pastoral ne restera pas « une voix criant ans le désert », mais qu’il sera une incitation à trouver une juste solution pour tous ceux qui ont pris sur eux la lourde responsabilité politique de l’avenir du Kosovo et de la Métochie et de nos vies ».

Source: Orthodoxie.com